Navigation – Plan du site

Claire Rueff-Escoubès, La sociopsychanalyse de Gérard Mendel. Autorité, pouvoirs et démocratie dans le travail

Karim Bensalah
La sociopsychanalyse de Gérard Mendel
Claire Rueff-Escoubès, La sociopsychanalyse de Gérard Mendel. Autorité, pouvoirs et démocratie dans le travail, La Découverte, coll. « Entreprise & Société », 2008, 235 p., EAN : 9782707153647.
Haut de page

Texte intégral

1Gérard Mendel (1930-2004), psychanalyste, a suivi un parcours intellectuel atypique au regard de celui de ses semblables. Ecrit par Claire Rueff-Escoubès, une psychanalyste qui fait partie du groupe « Desgenettes-AGASP » de sociopsychanalyse depuis 1972, cet ouvrage qui lui est consacré comporte une première partie plutôt théorique, exposant les fondements épistémologiques de la discipline, le parcours intellectuel de Gérard Mendel et les concepts clés de sa théorie, une deuxième partie explicitant la méthode d'intervention, et enfin une troisième partie rendant compte des expériences concrètes réalisées par différents groupes de sociopsychanalyse. En première impression, cet essai fait sensiblement figure de plaidoyer en faveur de l'intervention sociopsychanalytique. Cependant, il convient d'accorder mérite à l'auteur d'avoir pu présenter en quelques dizaines de pages la pensée de Gérard Mendel, dont l'œuvre intellectuelle souvent méconnue aujourd'hui, mérite meilleure diffusion.

2La sociopsychanalyse est une approche interdisciplinaire d'intervention, de « recherche-action ». Son orientation est comparable aux approches sociopsychologiques, mais accorde une place primordiale à la dimension sociologique, ce qui la rapproche de la sociologie clinique dont Vincent De Gaulejac est un des principaux théoriciens. La psychologie fait partie intégrante du corpus théorique de référence de Gérard Mendel, ce qui distingue la discipline de la sociologie de l'action (Crozier, Tourraine, Lapassade etc.), ayant aussi pour objet les conditions de l'organisation humaine. Quant au cadre interprétatif des interventions, il est collectif, ce qui distingue la méthode sociopsychanalytique de la psychanalyse groupale d'Anzieu et Kaës.

3Cela dit, l'interdisciplinarité chez Mendel ne se limite pas à une approche bi-disciplinaire psychanalyse/sociologie. Selon Claire Rueff-Escoubès, son œuvre théorique serait le fruit d'un riche cheminement intellectuel intégrant d'autres sciences sociales comme l'histoire ou encore l'anthropologie. Ainsi, ce dernier fonde sur une théorie complexe, un projet politique humaniste, fondé sur une étude approfondie de l'évolution sociohistorique de notre société. Il fut dans les années 60-70 un précurseur de l'évolution à venir des effets négatifs de l'individualisme dans un contexte de recul de la société patriarcale. L'évolution actuelle peut être caractérisée d'anomique, du fait de la valorisation excessive de des valeurs d'autonomie et de responsabilité individuelle (Alain Ehrenberg ; 1995) pour un individu manquant désormais de « supports » (Martucelli ; 199). Gérard Mendel a ainsi insisté sur le danger qui risquait de toucher en conséquence nos sociétés vers une régression autoritaire, sous une forme qu'il définit comme « maternelle », négative, celle de « la mauvaise mère archaïque, arbitraire et toute puissante ». Ainsi se trouvent menacés le caractère démocratique des rapports entre les individus.

4La sociopsychanalyse a une visée éducative puisqu'elle vise à orienter les rapports sociaux. Seules les petites entreprises ainsi que les chômeurs ne font pas parti du champ potentiel d'intervention. Ainsi, le projet d'action de la sociopsychanalyse consiste à intervenir au niveau des institutions (écoles, centres sociaux, entreprises et autres organisations) afin de rétablir les conditions nécessaires aux rapports démocratiques entre les individus, contre les relations hiérarchiques de pouvoir dans les organisations. Chacun apprend ainsi à « s'approprier plus de pouvoir sur son acte de travail ou de formation, via une appropriation collective de son groupe d'appartenance ». Il s'agit de lutter contre les effets dysfonctionnels et humains de la parcellisation de l'organisation du travail et de redonner à chacun une vision d'ensemble sur l'organisation à laquelle il appartient lui permettant de retrouver sens et pouvoir sur son « acte de travail ». L'intervention sociopsychanalytique vise ainsi la « transformation des rapports institutionnels dans lesquels s'inscrivent ces groupes professionnels et hiérarchiques, et consécutivement, transformation du rapport à l'acte de travail individuel et collectif. »

5Quant à la méthodologie, elle est largement décrite dans l'ouvrage. Mentionnons tout de même l'essentiel à ce propos : les interventions peuvent être brèves (quelques mois) ou longues (plusieurs années) selon les cas. Dans le cadre des interventions, on compose des groupes homogènes selon la hiérarchie et le métier (ou le type d'activité). Chaque groupe se réunit pour débattre sous l'animation et la supervision du sociopsychanalyste, qui transmet les remarques et revendications aux autres groupes et aux groupes supérieurs hiérarchiquement. Des règles strictes sont appliquées pour éviter les manifestations émotives, les attaques « personnalisées». La direction est dans l'obligation d'apporter des réponses précises, ce qui permet de nouveaux débats, et de nouveaux cycles de débats. Avec le temps, l'intervenant s'efface peu à peu, jusqu'à n'assurer plus qu'un suivi à distance. Ce dernier quant à lui communiquera les données à son groupe de sociopsychanalystes pour que l'interprétation concertée puisse avoir lieu. Il est en effet considéré qu'un regard extérieur est nécessaire pour éviter les biais interprétatifs pouvant être attribués à la subjectivité, celle de l'inconscient.

6Ceci dit, quels sont les rapports de la discipline avec la psychanalyse ? Selon Gérard Mendel, la psychanalyse présente des limites lorsqu'il s'agit d'agir sur le social Si la théorie psychanalytique est intégrée, en revanche, Gérard Mendel postule que l'inconscient est « encore malléable ». Pour Gérard Mendel, si l'inconscient affecte les rapports sociaux, le cadre (macrosocial ou mésosocial) influence les productions psychiques.L'approche sociopsychanalytique sous-tend donc un renversement paradigmatique car elle vise à agir sur les organisations, sur le collectif, en impliquant tous les acteurs institutionnels, de manière à modifier les impacts psychiques. Le mécanisme d'intervention est ainsi exactement inverse à l'approche psychanalytique.

7La première partie de cet ouvrage offre un condensé très éclairant des fondements théoriques de la discipline au travers de la pensée de Gérard Mendel. La suite expose de manière détaillée les principes méthodologiques, illustrés par différentes expériences concrètes. On pourrait ici peut-être reprocher à l'auteure d'avoir été trop redondante, pas assez structurée dans l'organisation de ses idées. Par ailleurs, cet ouvrage exprime une vision de l'intérieur, celle du sociopsychanalyste, ne peut donc être la garantie d'un avis présentant un recul suffisant par rapport aux éventuelles limites de la discipline d'intervention.

8En revanche si l'on se tient aux convictions de l'auteure, la sociopsychanalyse constitue une des formes d'intervention dans les organisations visant à lutter contre les dysfonctionnements et la souffrance sociale, au même titre que la sociologie clinique, ou encore la psychodynamique du travail. Par rapport à cette dernière, la sociopsychanalyse présente un point commun épistémologique essentiel : celui d'avoir fait rupture avec l'intervention privilégiant essentiellement la dimension psychologique, individuelle. Par ailleurs, la discipline se distingue de l'intervention psychosociologique par une préoccupation Marxienne d'affranchissement par rapport au pouvoir, et par l'ambition de transformer la société globale. En ce sens la sociopsychanalyse constitue une science appliquée trouvant écho dans notre contexte marqué les préoccupations de santé liée à l'organisation du travail. Elle fait partie des tentatives de solution contre la souffrance sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karim Bensalah, « Claire Rueff-Escoubès, La sociopsychanalyse de Gérard Mendel. Autorité, pouvoirs et démocratie dans le travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 28 août 2008, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/650

Haut de page

Rédacteur

Karim Bensalah

Karim Bensalah est doctorant en sociologie à l'université de Paris X (Nanterre).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page