Navigation – Plan du site

Jean-Baptiste Harguindeguy, Romain Pasquier (dir.), « Langue et politique. Les mobilisations ethnolinguistiques en Europe », Cultures & Conflits, Automne/Hiver 2010

Colette Milhé
Langue et politique
Jean-Baptiste Harguindeguy, Romain Pasquier (dir.), « Langue et politique. Les mobilisations ethnolinguistiques en Europe », Cultures & Conflits, Automne/Hiver 2010, 194 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782296560475.
Haut de page

Texte intégral

1Cultures et Conflits est une revue trimestrielle de sociologie politique de l’international qui consacre son numéro d’automne/hiver 2010 (n°79-80) aux « mobilisations ethnolinguistiques en Europe ». Six articles, concernant le Pays basque, le Canada et la Grande-Bretagne, la Roumanie, les Bulgares turcophones, l’Italie (deux contributions), constituent le dossier, complété par deux articles hors-thème. L’un sur les prétendants musulmans à la nationalité en France, l’autre consacré à la répression militaire des insurrections, dans une perspective historique et internationale.

2Le dossier est organisé autour d’une question suffisamment vaste – « ce que la défense des langues régionales nous « dit » sur l’évolution de l’Etat et de la nation » (p.14) pour autoriser des lectures différentes de cette juxtaposition d’articles. Envisagé dans sa globalité, il permet en effet d’aborder la multiplicité des approches d’un objet évanescent : « les mobilisations ethnolinguistiques », dans une perspective théorique. Ainsi X. Itçaina et L. Cardinal considèrent-ils le point de vue de l’Etat. Le premier évoque un outil de politique linguistique classique : une enquête menée au Pays basque par questionnaire fermé, faisant office de diagnostic pour justifier des mesures de sauvegarde et de soutien. Il en examine ensuite les résultats pour remarquer les disparités (peut-être prévisibles ?) entre nord (France) et sud (Espagne).

3De même L. Cardinal envisage-t-elle les mobilisations (qui, par l’absence dans l’article des acteurs deviennent « silencieuses ») en aval. Elle analyse en effet le traitement des revendications par le prisme du néo-libéralisme au Canada ainsi que le choix du constitutionnalisme et du droit par les minorités francophones. Elle compare ensuite avec le « pragmatisme » du Pays de Galles avec la mise en place d’un office de la langue (WLB) et l’évolution du statut de cet organisme.

4N. Ragau évoque l’assimilation forcée des Turcs de Bulgarie (1984-1989) et A. Capelle-Pogacean la réactivation d’une revendication linguistique par la minorité magyare de Roumanie. Ces deux auteures mobilisent alors des éléments de géopolitique (les relations avec la Turquie d’une part, la Hongrie de l’autre) replacés dans une perspective historique et politique : la chute du communisme.

5N. Ragau, qui s’appuie sur une enquête, étudie l’assimilation non-linéaire des turcophones dans une perspective que l’on pourrait qualifier de bourdieusienne : elle se réfère à la mobilité sociale, au pouvoir symbolique de la langue, au rôle de l’école… Elle s’intéresse à la fois aux pratiques et aux archives pour étudier les discours des locuteurs turcophones et des dirigeants bulgares, les différents moyens de disqualifier une langue et les résistances qui s’opèrent. Son article s’achève par l’étude des mobilisations turques, envisagées dans la diversité de ses acteurs et des stratégies mises en place et replacées dans un nouveau contexte international.

6Les deux dernières contributions sont consacrées aux mouvements politiques en Italie. Celle de C. Pala et de G. Sandri étudie la « représentation politique des minorités linguistiques » au travers de la comparaison de trois partis ethnorégionalistes. Ils précisent les différents statuts des langues régionales considérées (sarde, français et franco-provençal, allemand), fonction de lois régionales et nationales, d’une histoire, de la place de la langue dans la constitution de chaque groupe et de la mobilisation politique régionale mise en place. Ils s’intéressent ensuite aux types de représentation politique qui caractérisent chacune d’elles. M.Avanza quant à elle montre l’instrumentalisation de la langue dans la construction idéologique de la Ligue du Nord.

7La diversité des « mobilisations ethnolinguistiques » apparaît dans les articles réunis. L’espace européen retenu n’existe ici que dans sa dimension géographique et dans la concomitance de telles questions linguistiques, pas spécifiques néanmoins à ce continent.

8Le choix est fait d’aborder les mobilisations linguistiques du point de vue de la singularité de chaque système politique, qui engendre des types de politiques linguistiques différents. Or il suffit d’examiner le cas italien (article de C. Pala et de G. Sandri) ou français, où le centralisme et une philosophie politique confondant nationalité et citoyenneté rendent extrêmement difficiles les revendications de droits collectifs et de le confronter à la diversité des mobilisations sur son territoire (on ne peut raisonnablement assimiler les questions basque, corse, bretonne et occitane) pour envisager les limites de ce choix. Cette approche globale exclut en fait les contextes très locaux et la diversité des militantismes.

9En l’absence d’une problématique forte qui organiserait le dossier et les contributions, au-delà des champs disciplinaires de chaque auteur, il nous semble qu’une seconde lecture s’impose, celle de cas particuliers, difficiles à « comparer ». Les différentes contributions permettent de recenser, chacune de manière partielle, les éléments à prendre en compte pour étudier une mobilisation politique sur une base linguistique : Quels acteurs ? Quel projet politique, culturel, idéologique ? Quelles réponses étatiques ? Quelles interactions dans quelle organisation politique ? Quel contexte historique ? Quels types de revendications politiques et culturelles ?

10En cela, l’article de M. Avanza sur la Ligue du nord apparaît comme le plus abouti. En effet, elle précise à la fois les acteurs, l’historique du mouvement, le contexte politique, historique et économique, la construction d’un imaginaire national et, ce décor planté, étudie la dynamique des interactions et jeux d’adaptations. Elle n’oublie pas la dimension idéologique, ici d’extrême droite, essentielle à mon avis pour ne pas assimiler une mobilisation à l’autre. Elle analyse enfin un cas très concret, celui de la toponymie et les enjeux qu’elle mobilise.

11Comme le précise J-B Harguindeguy et R. Pasquier en introduction (p.7), « les études sur le multiculturalisme et les politiques linguistiques » sont « encore peu diffusées en France. » La revue Cultures et Conflits a eu l’ambition, et le mérite d’essayer de « pallier cette lacune » tant les questions des mobilisations ethnolinguistiques sont essentielles pour comprendre le monde contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Milhé, « Jean-Baptiste Harguindeguy, Romain Pasquier (dir.), « Langue et politique. Les mobilisations ethnolinguistiques en Europe », Cultures & Conflits, Automne/Hiver 2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 09 octobre 2011, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6508

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page