Navigation – Plan du site

Christine Queffélec (dir.), Être moderne. Les écrivains face aux nouveautés artistiques, littéraires et technologiques des troubadours à nos jours

Michèle Sola-Granier
Être moderne.
Christine Queffélec (dir.), Être moderne. Les écrivains face aux nouveautés artistiques, littéraires et technologiques des troubadours à nos jours, Paris, Euredit, 2011, 262 p., ISBN : 9782848301464.
Haut de page

Texte intégral

1En publiant les actes du XIVe colloque qui s’est tenu en 2008 entre les universités de Lyon et Lodz (Pologne), quel était le projet de Christine Queffelec, enseignante à Lyon 2 ? Cet ouvrage est composé de trois parties s’articulant autour de la problématique suivante : comment les écrivains français rendent-ils compte de la nouveauté dans les lettres mais aussi dans d’autres domaines ? Comment l’appréhendent-ils ?

2Question intéressante dans la mesure où la littérature a évolué en fonction de l’avancée des connaissances et des transformations des mœurs, tantôt les devançant, tantôt cherchant ses modèles dans le passé.

3Force est toutefois de constater que la problématique choisie est posée de manière tellement ouverte qu’elle a permis d’y attacher toutes sortes de sujets correspondant au concept de modernité. Le neuf se présente sous les formes les plus diverses et inattendues. On passe ainsi d’un chapitre à l’autre, d’un fait marquant dans l’histoire de la civilisation occidentale comme l’immense essor des technologies au XIXe siècle, au plus particulier, telle l’appropriation dans une acception nouvelle, par Nathalie Sarraute, d’un mot emprunté au domaine scientifique : « tropisme ».

4De la même façon, dans une partie de ce recueil collectif intitulé « Le choc des cultures », sont évoqués aussi bien la découverte au XVIe siècle de plantes nouvelles qu’il convenait de nommer, définir et classer scientifiquement, de l’aloès au zérumbet (curcuma), que l’accueil ambigu réservé à la fin du XIXe siècle, dans les colonies, aux objets et constructions de la civilisation occidentale.

5Plus déroutant encore, le chapitre sur la présence récurrente du miroir, objet réel et métaphorique, dans le genre narratif de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe semblera au lecteur bien éloigné de la problématique de l’ouvrage. Son auteur reconnaît lui-même que cet accessoire existait depuis longtemps, en argent certes et non en cristal, et que la véritable nouveauté de l’époque, la psyché permettant pour la première fois d’avoir une image globale de son corps, n’est pas mentionnée dans le récit bref auquel il a consacré son étude.

6Malheureusement, rien ne permet de remettre en perspective (si tant est que ce soit possible) cette collection de communications disparates et de lui donner sens, Christine Queffelec, coordinatrice de la publication n’ayant livré, en guise de préface qu’un sommaire détaillé.

7Tout ceci est d’autant plus regrettable que plusieurs analyses présentent un réel intérêt. Le chapitre sur le rapport complexe de Zola à la nouveauté en peinture permet de mieux cerner les éléments de son esthétique. Celui de Philippe Gouday sur Cent ans de solitude de G. Garcia Marques et l’irruption du progrès dans la société autarcique de Macondo donne à voir, à travers le flamboiement baroque de l’œuvre, les déchirements de tout le continent latino-américain, partagé entre son rapport archaïque au surnaturel et le rationalisme moderne.

8Si l’on peut tenter de dégager une ligne claire de ces articles c’est sans doute l’idée d’un double mouvement, chez les écrivains, de fascination et de rejet devant la nouveauté. Celle-ci séduit dans la mesure où elle apporte avec elle, par exemple dans le domaine des inventions scientifiques et de leurs applications dans la vie quotidienne, la promesse d’un mieux-être. Mais elle fait peur également à ceux qui entrevoient les dérives du progrès ou la perte des racines auxquelles l’homme est profondément attaché. Chez certains romanciers, l’Antillais René Maran premier écrivain noir ayant procédé dans son roman Batouala à un véritable réquisitoire contre la colonisation et le Colombien Gabriel Garcia Marquès, elle met en évidence un douloureux clivage identitaire. En effet, si le neuf est facteur d’émancipation, il est aussi  toujours ce qui vient de l’étranger, le colon ou « l’Amerloque » comme les habitants de Macongo nomment les promoteurs investissant leur territoire. D’autres tels Stendhal écrivant une Vie de Rossini ou Zola s’exprimant dans de nombreux textes de critique d’art sur les peintres contemporains, s’enthousiasment pour les voies innovantes qui rompent avec un académisme poussiéreux tout en condamnant paradoxalement ce qui est trop différent, ce qui s’écarte par trop de leur sensibilité de créateurs.

9Ainsi des enseignants, des chercheurs spécialisés dans l’étude d’une des problématiques secondes choisies par les contributeurs, fût-elle aussi pointue que l'influence du canso des troubadours sur la chanson contemporaine ou le nouveau dans les Dialogues non moins profitables que facétieux (1565) de Jacques Tahureau, peuvent, pourquoi pas ? trouver ici matière à réflexion. Toutefois, chaque chapitre ne comptant qu'une quinzaine de pages et le recueil étant vraiment disparate, il nous semble qu’il eût été judicieux de recourir à une publication électronique des actes du colloque, moins onéreuse que la version papier et … opportunément plus conforme à la modernité de la recherche contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Sola-Granier, « Christine Queffélec (dir.), Être moderne. Les écrivains face aux nouveautés artistiques, littéraires et technologiques des troubadours à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 octobre 2011, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6511

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page