Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Laurent Gayer, Le capitalisme à m...

Laurent Gayer, Le capitalisme à main armée. Caïds et patrons à Karachi

Julien Terzaghi
Le capitalisme à main armée
Laurent Gayer, Le capitalisme à main armée. Caïds et patrons à Karachi, Paris, CNRS, coll. « Logiques du désordre », 2023, 416 p., ISBN : 978-2-271-14553-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Adam Baczko, Laurent Gayer, Élise Massicard, « La monographie comparative : partager les questionne (...)

1Publié dans la belle collection « Logiques du désordre », l’ouvrage du politiste Laurent Gayer donne à voir comment le capitalisme, hier comme aujourd’hui et là-bas comme ici, peut voir sa reproduction assurée moins par la fabrique d’un consentement chez les membres des sociétés marchandes, sur laquelle insistent certaines critiques du capitalisme, que par le recours à différents entrepreneurs de violence. Plaidant pour une science politique ouverte aux autres disciplines et à leurs méthodes1, l’auteur s’appuie sur un travail de terrain au long cours dans la principale aire urbaine pakistanaise pour révéler les « logiques prédatrices » (p. 16) du capitalisme à l’œuvre dans cette région.

2Dans le premier chapitre, à travers des exemples empruntés à différents moments de l’histoire mondiale du capitalisme, Gayer définit deux figures parmi d’autres de ces acteurs de la coercition qui se font les « gardiens de la paix industrielle » : le « courtier violent » et le « mercenaire antisyndical ». Les courtiers violents sont des hommes de la pègre qui recrutent dans les quartiers populaires de la main-d’œuvre pour les usines. S’ils se font les agents coercitifs de l’ordre patronal, ces « patrons » des quartiers ouvriers doivent aussi répondre aux attentes des habitant·e·s, en finançant des organisations ou des cérémonies, sous peine de devenir eux-mêmes la cible de violences. Le mercenaire antisyndical, quant à lui, n’entretient pas ou peu de liens avec les populations employées dans les usines. Il est enrôlé au sein de polices privées en vue de surveiller et de mater les travailleur·ses en lutte. Cet essor d’un « capitalisme à main armée » à différents endroits du globe n’a pu être permis « qu’avec la bienveillance de l’État » (p. 59). Ainsi, il peut arriver que des représentants officiels de la force se rangent aux côtés de ces milices privées du capital pour briser des luttes sociales. C’est à l’une de ces « constellations de forces productives et répressives » (p. 70), celle du capitalisme industriel de Karachi, que s’intéresse le politiste dans le reste de son livre.

3À Karachi, depuis les années 1950, le monde du patronat industriel a engagé une myriade d’acteurs violents. Parmi les premiers gardiens de la paix sociale présentés dans le troisième chapitre, on retrouve les jobber, des ouvriers recrutés pour assurer le maintien de l’ordre au sein des usines. Ils ont un pied dans l’entreprise et un autre dans les quartiers populaires. Autre figure d’autorité au service du patronat karachite, les chowkidar qui participent de milices privées tout en étant rattachés aux départements de la sécurité des firmes. Les fauji sont pour leur part des militaires retraités de plus en plus présents dans les usines, ayant fondé des entreprises dominant un marché secondaire de la sécurité. Par ailleurs, parmi ces mains armées du capital, l’auteur insiste sur la présence de criminels de petit calibre, mais aussi de policiers recourant à des « méthodes extrajudiciaires » (p. 137), comme la torture de militants syndicaux. À Karachi comme ailleurs, « les frontières entre la pègre, les professionnels de l’ordre et le monde de l’entreprise » (p. 64) sont perméables.

4Le quatrième chapitre est l’occasion pour le politiste d’insister sur la montée en puissance, dans une ville « entrée dans une véritable spirale de violences » (p. 150) depuis les années 1990, de certains « partis ethniques » (p. 180) dans l’organisation de la cité et de l’industrie. Certains des entrepreneurs de violence employés par les entreprises locales sont associés à ces organisations au cœur du « désordre urbain » (p. 193). Pour éteindre les revendications et les mobilisations des travailleur·ses, les patrons peuvent en effet mettre à leur service les ressources coercitives de tels partis politiques et groupes religieux (chapitre 5). Ces derniers offrent également d’autres services aux dirigeants d’entreprises, notamment l’accès à des ressources essentielles – comme l’eau douce – qu’ils contrôlent illégalement. Dans certaines situations, les industriels textiles de Karachi peuvent même se faire les prestataires de ces groupes à la jonction entre l’espace politique local et le monde du crime.

5Historiquement, les syndicalistes pakistanais·es se voient criminalisé·e·s par un État qui craint l’effondrement du pays. Dans les décennies qui suivent l’indépendance du pays (chapitre 2), le primat accordé par les élites politiques à la défense nationale – au détriment de la sécurité sociale – pour assurer l’avenir du pays autorise la criminalisation et la répression du mouvement syndical, « ennemi de l’intérieur » (p. 94). À cette période, l’industrialisation est présentée par les autorités politiques comme une nécessité pour garantir la sécurité du pays. L’accent mis sur le développement à tout prix d’un important secteur industriel conduit les représentants de l’État à détourner leur regard des multiples entorses aux droits des travailleur·ses auxquels s’adonnent certains patrons, voire à les accompagner. Celles et ceux qui s’opposent à cette industrialisation à marche forcée du pays sont réprimé·e·s.

6Plus loin, dans le sixième chapitre de l’ouvrage, Gayer montre comment l’arsenal de lutte contre le terrorisme et la criminalité constitué depuis les années 1990 par l’État a pu trouver dans le monde industriel karachite un espace social dans lequel se déployer. Certaines forces armées antiterroristes, à l’image des Rangers initialement mobilisés pour assurer la sécurité à la frontière avec l’Inde, peuvent se faire les gros bras des firmes industrielles en violentant les militant·e·s pour les droits des travailleur·ses et en se jouant là encore de la limite entre le légal et l’illégal. Dans cette appropriation de ressources étatiques, on peut voir une preuve supplémentaire de la capacité du patronat à « tirer profit d’un ordre social violent » (p. 393).

7Habités par le sentiment que l’État ne met pas tout en place pour assurer leur sécurité, certains dirigeants d’entreprises entendent aussi rendre justice eux-mêmes. Ils créent, dirigent et financent des polices privées à l’image du Citizens-Police Liaison Commitee au cœur du septième chapitre. Assimilant classes laborieuses et classes dangereuses, des patrons karachites font appel à ces organisations pour assurer leur protection dans une ville qui leur fait peur, notamment les quartiers ouvriers qui jouxtent les usines. Les polices privées agissent dans ces quartiers, c’est-à-dire en dehors des murs de l’usine, et y usent de la force armée. De telles interventions illégales sont autorisées par les représentants de l’État, avec lesquels travaillent ces agents privés de la pacification urbaine. S’ajoute à cette violence l’expertise de ces organisations dans la collecte de données individuelles. Celles-ci peuvent être transmises à la police mais aussi à des industriels voulant s’assurer de la moralité de leurs employés, y compris de leurs nervis.

8Dans un contexte d’éclatement de l’autorité, les relations entre les mains armées du capitalisme et ceux qui les emploient sont marquées du sceau de la défiance. Le chapitre 8 est consacré à cette domination patronale « inquiète » (p. 344) qui vient infirmer une conception harmonieuse des rapports entre les capitalistes et leurs hommes de main. Les patrons se méfient de leurs gardes, qu’ils pensent déloyaux ou incompétents. Cette perception peut en partie s’expliquer par le recours croissant des entreprises prestataires de sécurité à des travailleurs précaires qui n’ont pour la plupart aucun passé comme professionnels de l’ordre. Les industriels cherchent alors à faire « surveiller leurs surveillants » (p. 318) en mettant en œuvre différentes stratégies de contrôle.

  • 2 Liora Israël, L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

9Ouvrant son livre par l’incendie en septembre 2012 d’une des usines Ali Entreprises – l’« incendie industriel le plus meurtrier de l’histoire mondiale » (p. 12) –, Gayer analyse dans l’ultime chapitre la requalification de ce drame en affaire politique. En effet, si ce sont d’abord les acteurs du capitalisme industriel qui sont mis en cause, ainsi que le désordre urbain qui caractérise Karachi, l’origine de l’incendie serait en réalité criminelle. L’accusation se porte précisément vers des « agents du désordre » qui compromettraient le bon fonctionnement du monde industriel : les partis ethnico-politiques. Les industriels sortent gagnants de ce retournement. « Le procès du capitalisme industriel de Karachi n’a donc pas eu lieu » (p. 387). Ce neuvième chapitre est aussi l’occasion d’évoquer une des figures de la contestation des illégalismes du capitalisme industriel : le cause lawyer. Se substituant à un syndicalisme réprimé et se saisissant de l’arme du droit2, ce militant expert participe à un déplacement des luttes sociales de l’usine vers le tribunal.

10L’ouvrage se clôt sur un « essai photographique », qui donne à voir la manière dont le capitalisme industriel autoritaire et les résistances qu’on peut lui opposer façonnent le paysage urbain aux bords de la mer d’Arabie. Déjà, dans l’ensemble du livre, des photographies de l’auteur accompagnaient le propos afin de le « prolonge[r] sur le terrain du sensible » (p. 28).

  • 3 Michel Naepels, Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité, Paris, Éditions de l’EHESS (...)

11En refermant Le capitalisme à main armée, il appartient au lecteur d’exprimer son enthousiasme mais aussi ses réserves. On peut d’abord souligner la densité du propos de l’auteur. Celui-ci est alors parfois difficile à suivre, notamment dans la caractérisation des différents entrepreneurs de violence. On peut aussi regretter certaines idées insuffisamment développées, à l’image des nouvelles insécurités auxquelles font face les patrons karachites dans leurs relations avec les caïds. Néanmoins, avec ce livre, le recours à la violence se dévoile clairement comme registre contemporain, et largement diffusé, d’action patronale. Cette publication met de plus en valeur les atouts de l’ethnographie pour saisir comment le capitaliste peut prospérer « sous condition de destruction, de prédation, de chaos »3.

Haut de page

Notes

1 Adam Baczko, Laurent Gayer, Élise Massicard, « La monographie comparative : partager les questionnements en sciences sociales », Critique internationale, 2023, n° 100, p. 101-117.

2 Liora Israël, L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

3 Michel Naepels, Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Terzaghi, « Laurent Gayer, Le capitalisme à main armée. Caïds et patrons à Karachi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 juillet 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/65113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y81

Haut de page

Rédacteur

Julien Terzaghi

Doctorant en sociologie (ISP / Université Paris Nanterre).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search