Navigation – Plan du site

« Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races », Raison Présente, n°178, 2°trimestre 2011

Clément Arambourou
Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races
« Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races », Raison Présente, n°178, 2°trimestre 2011, Nouvelles éditions rationalistes, ISBN : 3780244413503.
Haut de page

Texte intégral

1Raison présente, revue de l'union rationaliste, publie un numéro dont l'objectif est de développer la sociologie des rapports sociaux. Cette approche, développée dans le sillage de la sociologie des rapports sociaux de sexe, propose une voie originale pour désessentialiser les catégories produites par les rapports sociaux de classe, de sexe ou de race. Il s'agit plus précisément d'articuler ces différents rapports sociaux pour étudier ce que Danièle Kergoat appelle leur coextensivité (ces rapports s'entremêlent) et leur coproduction (ces rapports font système).

2Si l'approche globale est commune, des divergences existent parmi les différentes contributions. Alors que Danièle Kergoat tend à poser qu'aucun rapport social n'est premier, Alain Bihr, se situant dans une filiation marxiste plus traditionnelle, distingue des rapports de production capitaliste qui déterminent rapports de classe, rapports internationaux, rapports sociaux de sexe et rapports de génération. Cette conceptualisation des rapports internationaux en termes de rapports sociaux offre ici une voie féconde pour contextualiser les formes modernes de xénophobie et de racisme, ce qui semble permettre d'enrichir les études des processus d'ethnicisation et de racisation.

3Ces deux derniers processus de catégorisation sont étudiés par Aude Rabaud et Xavier Dunezat. Si ces deux contributions les étudient « par le bas », dans le cadre du travail social pour la première, par la division du travail au sein d'un collectif de défense des sans-papiers pour le second, elles prennent aussi en compte l'action des pouvoirs publics dans la production des rapports interethniques ou de race. Comme le reconnaissent Xavier Dunezat et Roland Pfefferkorn dans l'introduction du numéro, les articles réunis se caractérisent souvent par l'occultation d'un des trois rapport sociaux sériés dans le titre du dossier. Ainsi, Aude Rabaud prend pour objet les quartiers stigmatisés. Elle se focalise cependant sur la coproduction des catégories ethniques et de genre via la mobilisation des stéréotypes sur les groupes ethnicisés et leurs cultures considérées comme « patriarcales ». Si Xavier Dunezat évoque, quant à lui, les expériences des femmes « sans-papières », son étude développe avant tout l'hypothèse selon laquelle « la théorie de l'ethnicisation de la force de travail éclaire une part du réel (capitaliste) mais n'épuise pas les contours, objectifs et subjectifs, de la réalité (raciste et racisée) du précariat. » (p. 84). Le sociologue refuse de considérer le « précariat » comme une question sociale simplement aggravée par la question raciale, puisque, selon-lui les sans-papiers subissent un mode spécifique d'exploitation et de précarisation du fait de pratiques politiques (au sens large, politiques publiques et travail militant) racisantes.

4Sacha Leduc concentre son analyse sur les rapports de classe. Elle étudie la relation entre le processus de déqualification du travail des techniciennes de l'Assurance maladie (informatisation des tâches de contrôle, évaluation systématique du travail accompli, intensification du travail, etc.) et le recours aux catégorisations des ayants-droits « suspects » (rmistes, jeunes femmes isolés, gens du voyage) par ces mêmes techniciennes. Par ces catégorisations, ce personnel de la Sécu défend un savoir-faire professionnel non traditionnellement féminin et conjure ainsi la crainte du « déclassement ».

5Il faut noter que Philippe Cardon prend à la fois en compte rapports de classe, de sexe et de race, mais aussi implicitement les rapports de génération, en étudiant l'organisation du travail agricole, son endo-reproduction en lignée masculine (la transmission familiale des exploitations se fait à 90% aux enfants de sexe masculin) et ses activités salariées de plus en plus précarisées. Il observe alors une transformation de la racisation de la main-d'œuvre avec l'usage de migrants d'Europe centrale et orientale en lieu et place d'immigrants africains. On aimerait ici que soit mieux clarifiée la distinction - toujours analytique, pour reprendre le mot de Danièle Kergoat - entre ce qui relève de la racisation stricto sensu, c'est-à-dire la biologisation de la perception sociale pour reprendre la définition qu'en donne Philippe Cardon, de l'ethnicisation et de la nationalisation, puisque l'auteur parle des discours sur la proximité culturelle entre polonais et français (discours justifiant les transformations migratoires). Cette critique est aussi valable pour la contribution de Xavier Dunezat. La comparaison des cas qu'il étudie avec des précaires nationaux ou « avec-papiers », mais non-blancs, ou avec des précaires sans-papiers et blancs (susceptibles, ou non, de rentrer dans un processus de racisation malgré leur couleur de peau, les « roms » par exemple), permettrait peut-être de mieux faire la part des choses.

6L'usage pratique de la notion de race par Nathalie Benelli conduit à en faire un synonyme de nationalité. Cette chercheure s'intéresse à la Suisse et aux divisions sexuelle et raciale du travaildans un « sale boulot féminin », le nettoyage. Combinant entretiens de recherche et observations participantes auprès de travailleuses et de travailleurs du nettoyage d'origine suisse ou étrangère, elle propose une typologie distinguant « le nettoyage de care, le nettoyage de la maison, le nettoyage d'entretien, la maintenance professionnelle et la maintenance industrielle » (p. 97). Les trois premiers types correspondant à des pratiques plutôt féminines, les deux derniers à des pratiques masculines. Le nettoyage d'entretien et la maintenance industrielle concernent avant tout les travailleurs étrangers. Ces cinq types recoupent donc la division sexuelle et raciale du travail. Prenant en compte les cas d'hommes effectuant des travaux dits « féminins », Nathalie Benelli s'intéresse aux pratiques fonctionnant comme opérateurs de sexuation et de racisation plutôt qu'à des groupes sociaux déjà préconstitués. Cette analyse est particulièrement intéressante pour porter la critique contre tout essentialisme, qu'il soit biologique ou même sociologique. Selon l'auteure, les deux extrémités de la hiérarchie du nettoyage sont occupées, d'une part, par la maintenance professionnelle constitués d'activités masculines de traitement de la saleté extraordinaire (boulot le plus « sale » au sens propre alors qu'il est le moins sale des sales boulot, le plus valorisé) et, d'autre part, par le nettoyage d'entretien qui est le plus féminisé, le plus déqualifié et le plus précarisé. On peut déplorer que cette contribution ne s'intéresse qu'aux pratiques des travailleurs reproduisant les différentes divisions et hiérarchisations du travail et des groupes sociaux. Il aurait été intéressant de prendre en compte l'activité des employeurs, des entrepreneurs, des pouvoirs publics, etc., c'est-à-dire des acteurs disposant d'un pouvoir d'imposition des pratiques au-delà de celui des travailleurs étudiés.

7Si l'on peut émettre cette dernière critique, c'est certainement parce que ce dossier regroupe des contributions de tailles réduites. Certaines réalités sont donc nécessairement passées sous silences. Comme le reconnaissent les coordinateurs du dossier, c'est notamment le cas pour les pratiques subversives des acteurs. Sur ce point, on remarquera l'apport de la contribution de Daniel Zamora présentant le travail politique de l'auteur de Rules for Radicals, Saul Alinsky.

8Cette sociologie des rapports sociaux n'est pas une approche concurrente des théories extérieures à l'espace francophone des sciences sociales (queer theory, black feminism, etc.). Elle en intègre les effets bénéfiques (comme la revisibilisation de thèmes de recherche précédemment abordés mais alors minorés) tout en proposant d'étudier tous les rapports sociaux, sans exclusive. En effet, Danièle Kergoat déplore que les études de genre, prenant notamment en compte les rapports sociaux de race, tendent, comme l'ensemble des sciences sociales, à laisser de côté les rapports sociaux de classe, dans une période où ces derniers s'exacerbent tout en faisant l'objet d'une dénégation croissante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Arambourou, « « Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races », Raison Présente, n°178, 2°trimestre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 octobre 2011, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6512

Haut de page

Rédacteur

Clément Arambourou

Doctorant-moniteur, IEP de Bordeaux – Centre Durkheim

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page