Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2024Anne Lancien, Anaël Levy (dir.), ...

Anne Lancien, Anaël Levy (dir.), Faits religieux et médias

Guy Palmaccio
Faits religieux et médias
Anne Lancien, Anaël Levy (dir.), Faits religieux et médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Hors Série », 2023, 170 p., ISBN : 978-2-7535-9200-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gauchet Marcel, Le Désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985.

1Faits religieux et Médias regroupe les contributions des doctorants des groupes Sociétés, Religions, Laïcités (EPHE-CNRS) et du Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS) présentées lors du colloque du même nom, organisé à Paris les 23 et 24 mars 2016. Malgré l’annonce d’un « désenchantement du monde »1 au XXe siècle, évoquant un mouvement vers une société hors religion, force est de constater que les sociétés occidentales sont confrontées à un retour du religieux ainsi qu’à la prépondérance du rôle des médias dans les sociétés de l’information et de la communication, qui amplifient le traitement médiatique du religieux. C’est pourquoi la thématique choisie invite à « questionner les mécanismes de production de l’information sur les faits religieux et les enjeux de leur médiatisation » (p. 11) ; en d’autres termes, quelle image et quel traitement du religieux dans les médias, quelle stratégie des acteurs du traitement médiatique du religieux, et quel statut médiatique pour les religions ?

2L’ouvrage est d’abord constitué d’une préface de Jean Paul Willaime contextualisant l’interconnexion des médias et des religions, suivie d’une introduction générale, rédigée par les deux directrices de l’ouvrage, restituant les réflexions et les questions à l’origine du colloque ; s’ensuivent les neuf articles constitutifs de ce recueil répartis en trois parties thématiques, auxquels s’ajoute une conclusion générale rédigée par Anaël Levy. Tout au long de l’ouvrage, les différents articles mobilisent l’actualité de ces dernières années à travers des controverses autour de sujets précis soulignant le rôle des médias, leur importance croissante en tant que source d’information sur les religions, mais aussi en tant que lieu de redéfinition des valeurs, des identités et des relations dans la société. L’articulation étroite des faits religieux et du traitement médiatique sous les angles politique et sociétal pose ainsi la question des manières de faire société.

3Chaque article semble avoir été sélectionné pour son originalité et sa spécificité, permettant d’aborder un traitement particulier de la thématique. L’ouvrage place par ailleurs le lecteur dans un temps médiatique long, allant des années 1990 jusqu’à 2015 ; quant à l’espace couvert, il regroupe différents pays (Canada, États-Unis, France, Danemark, Grande-Bretagne) permettant d’appréhender une diversité de médias (allant de la presse écrite, nationale et régionale jusqu’au web et aux chaines de télévision) ainsi qu’un panel religieux élargi (christianisme, islam, judaïsme, orthodoxe, protestantisme).

  • 2 « Religion and media are co-implicated in the construction of meanings today. It is not “separate s (...)

4Dans la première partie, le livre s’attache à travers deux articles en langue anglaise à présenter les enjeux de pouvoirs, d’images et de représentation. Les articles de Steeven Hoover et de Mia Lövheim insistent sur les modalités du traitement médiatique des faits religieux. Le premier article dresse un cadre général : médias et religion s’entremêlent dans la compréhension du monde actuel. Y sont exposés une complexification et un élargissement des enjeux avec une impossible distinction entre sphère privée et sphère publique aboutissant à l’irruption du débat public sur la scène médiatique. « La religion et les médias sont aujourd’hui co-impliqués dans la construction des significations. Il ne s’agit pas de “sphères séparées” de “médias” et de “religion” fonctionnant comme des contextes hermétiques et s’influençant mutuellement »2 (p. 37). Ils sont en constante et étroite union et nous proposent un monde social formé de valeurs, symboles et revendications révélateurs d’un « âge des médias » (p. 35).

5L’article de Mia Lövheim s’intéresse quant à lui à la nouvelle visibilité accordée aux religions par un traitement médiatique croissant. Il nous interpelle plus précisément sur la façon dont la connaissance des religions est produite et diffusée par une couverture médiatique renforcée, en soulignant l’utilisation et l’instrumentalisation qui en est faite non seulement par les médias, mais aussi par les mouvements religieux. L’autrice s’interroge sur l’image présentée de la religion, de son poids en tant que question importante dans la société et de son implication dans la formation de la société. Cette médiatisation du religieux occupe un rôle essentiel en matière de lien social dans l’espace médiatique, espace public de sociétés contemporaines, si et seulement si son message est sociétal, relevant d’une question vive sujette à débat et considérée comme digne d’intérêt. D’ailleurs, dans le traitement journalistique, le religieux devient prétexte à débat et à discussion plutôt qu’un sujet véritable en étant lié aux questions de droits, de démocratie et de politique. C’est pourquoi les faits religieux et les médias entretiennent une relation paradoxale, en étant simultanément dans une situation de coopération et de concurrence en tant que vecteur du lien social.

6À travers quatre articles, la seconde partie part de la question suivante : « faits religieux, un traitement médiatique engagé ? ». Pour y répondre, la pluralité des médias doit être mise en avant, résultant non seulement de l’existence d’orientations politiques divergentes, mais aussi de la variété des types des supports médiatiques existants. La contribution d’Ekaterina Grishaeva restitue ainsi une enquête sur les médias russes. La couverture médiatique de l’orthodoxie en Russie est présentée à travers la confrontation de deux chaines nationales officielles de télévision et de deux sites web privés. Alors que les premières abordent l’orthodoxie d’un point de vue neutre ou bien idéologique, mais dans un but toujours consensuel et conforme à un discours conditionné et voulu par le pouvoir, en mettant l’accent sur les fêtes et les évènements, les seconds développent un point de vue beaucoup plus critique en tenant davantage compte des aspects politiques et sociaux de l’orthodoxie, tout en délaissant le caractère évènementiel rythmé par le calendrier religieux.

7Loin d’être une affaire uniquement privée, les médias nous rappellent que le religieux est une donnée importante de la vie collective, ne serait-ce qu’à travers les fonctions sociales qu’il remplit et qui se déploient en communauté. Toutefois, sa couverture médiatique interpelle également à travers les choix opérés, les divers éléments qui lui sont liés, qui accentuent ou bien minorent son appréhension dans l’espace public en raison de son envergure politique et économique, mais aussi de son caractère symbolique.

8Bénéficiant de trois contributions sur les quatre composant cette partie, les sujets relatifs à l’islam sont prépondérants. Le traitement médiatique de la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public (Lauren Bakir, p. 73-82), celui de la crise des caricatures de Mahomet en 2005 via l’étude comparative des journaux français et québécois (Lélia Nevert, p. 83-96), mais aussi l’affaire de la burqa de 2010 relatée par la presse régionale (Camila Aréas, p. 97-114) témoignent non seulement de la visibilité publique nouvelle et accrue de cette religion, mais aussi des controverses afférentes. Les contributeurs dénoncent la mise en scène, le traitement de l’image et l’énonciation journalistique des affaires tout en rappelant la nécessaire vigilance à avoir dans le traitement d’un même fait afin d’éviter tout amalgame, toute confusion et toute dénaturation pouvant introduire un biais et influencer l’opinion. L’article de Lauren Bakir en particulier dénonce la complexité du problème juridique relatif au voile intégral et la simplification abusive effectuée par le discours médiatique, par inculture et/ou par parti-pris, aboutissant à une déformation de la réalité religieuse.

9La troisième et dernière partie de l’ouvrage, composée de trois articles, s’intéresse aux acteurs du traitement médiatique des faits religieux, qu’ils soient journalistes, experts, issus de la société civile ou bien politiques. Ces constructions médiatiques du religieux sont le résultat d’un jeu complexe dans lequel la distanciation n’est pas toujours évidente pour cette multiplicité d’acteurs en raison du rôle qui leur est assigné par les médias. L’article de Muriel Guittat-Naudin (« Du Vicaire à Amen : Pie XII est-il coupable ? Les historiens dans l’arène médiatique », p. 131-142) nous relate la prescription médiatique faite aux historiens de se prononcer sur le silence coupable de Pie XII face à l’extermination des juifs européens, dénoncé dans la pièce de Rolf Hochhuth, Le Vicaire (1963) puis dans son adaptation cinématographique Amen par Costa Gavras (2002), le tout dans deux contextes historiographiques très différents. Les acteurs peuvent aussi être convoqués pour une multiplicité de postures dans le cadre de leur intervention, allant de la caution scientifique jusqu’à la simple opinion. Parfois les postures peuvent être perméables. La mise en place de règles de distanciation et de principes déontologiques ainsi que leur respect paraissent donc indispensables afin d’atteindre et/ou de garder une certaine objectivité, de même qu’un regard réflexif sur les liens qui unissent ces acteurs au monde médiatique.

10L’intérêt de l’ouvrage réside dans le questionnement qu’il propose sur le rapport des médias envers les faits religieux, mais aussi des faits religieux envers les médias. Il rassemble des travaux inédits, originaux, faisant le point sur les recherches scientifiques, contribuant à leur développement voire les réactivant par les travaux de jeunes chercheurs. Les médias restent incontournables et ont un rôle prépondérant dans le traitement de l’information. Ils sont à la fois acteurs et observateurs pris dans un système médiatique où la distanciation s’avère nécessaire, mais n’est pas simple à mettre en œuvre pour traiter des faits religieux. L’organisation de ce volume en permet une lecture aussi bien linéaire qu’une consultation ponctuelle d’un chapitre. Par ailleurs, l’ouvrage convainc par la pluralité des approches mobilisées, des supports évoqués comme des acteurs et espaces considérés, ouvrant par là de nombreuses pistes de réflexion appuyées sur des méthodes aussi bien qualitatives que quantitatives. Néanmoins il gagnerait à être complété par une analyse de la terminologie utilisée par les médias pour qualifier les faits religieux et par une traduction des contributions en langue étrangère, qui permettrait d’en faciliter la lecture.

Haut de page

Notes

1 Gauchet Marcel, Le Désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985.

2 « Religion and media are co-implicated in the construction of meanings today. It is not “separate spheres” of “media” and “religion” functioning as hermetic contexts and influencing one other » (traduction libre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Palmaccio, « Anne Lancien, Anaël Levy (dir.), Faits religieux et médias », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 juillet 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/65125 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ypc

Haut de page

Rédacteur

Guy Palmaccio

Doctorant en histoire contemporaine à l’EPHE, Laboratoire EDEPHE-472.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search