Navigation – Plan du site

Daniel Bachet, Gaëtan Flocco, Bernard Kervella, Morgan Sweeney, Sortir de l'entreprise capitaliste

Alexis Penot
Sortir de l'entreprise capitaliste
Daniel Bachet, Gaëtan Flocco, Bernard Kervella, Morgan Sweeney, Sortir de l'entreprise capitaliste, Editions du Croquant, 2007, 220 p., EAN : 9782914968300.
Haut de page

Texte intégral

1Sortir de l'entreprise capitaliste est un ouvrage collectif rédigé par deux sociologues, un juriste et ce que l'on pourrait appeler un praticien de l'entreprise devenu conseiller du président de CEA Industrie. Bien que les propos du livre n'engagent pas l'association ATTAC connue pour son opposition à la mondialisation financière, la rédaction de l'ouvrage a bénéficié des apports de nombreux de ses membres. Le lecteur ne doit donc guère être surpris par la grande ambition du livre de remettre en cause le modèle capitaliste qui sert de socle à la plupart des entreprises dans le monde et dans lequel les actionnaires jouent les premiers rôles dans la définition et la mise en œuvre de la stratégie des entreprises.

2Pour ce faire, trois chapitres sont mobilisés. Le premier dresse un portrait assez conventionnel de la mondialisation financière en mettant en évidence le rôle des grandes entreprises dans son développement et en soulignant la nature avant tout politique des décisions prises. Les entreprises sont devenues de plus en plus internationales en élargissant sans cesse leurs réseaux de coopération et en investissant en dehors de leurs frontières d'origine. Elles ont surtout peu à peu abandonné le régime d'endettement bancaire pour passer à un régime de fonds propres qui a nettement accru le pouvoir des actionnaires. L'ouvrage voit cependant dans la multiplication des scandales financiers (Enron en étant l'exemple le plus célèbre) une des limites d'un tel modèle, que l'on qualifie de shareholder, ne servant que les intérêts des actionnaires par des processus permanents de flexibilisation et réduction des coûts.

3Le deuxième chapitre rappelle toutefois à juste titre que l'entreprise ne fonctionne pas qu'avec des actionnaires et des dirigeants (dont on aimerait au passage que la divergence d'intérêt soit mieux soulignée) et qu'il y existe au contraire de nombreuses “parties prenantes”, dont l'ouvrage dresse une typologie. Le rôle des normes comptables figure parmi les points les plus intéressants de ce chapitre : les bilans des entreprises ne doivent désormais plus valoriser les actifs à leur valeur historique mais à leur valeur de marché. Les actionnaires peuvent alors obtenir une meilleure information sur la santé de l'entreprise mais au prix d'un bilan de plus en plus déconnecté des performances économiques des entreprises puisque les valeurs de marché sont très volatiles. Cette réforme illustre la prépondérance de la logique des actionnaires dans le fonctionnement des entreprises. Ce chapitre consacre aussi une large part aux salariés qui n'ont encore qu'une place bien trop limitée dans cette démocratie que les auteurs entendent promouvoir et la participation aux bénéfices ne peut assumer seule ce rôle. L'ouvrage montre également que l'effacement de l'autorité publique (fiscale ou judiciaire) laisse les entreprises avec de moins en moins de devoirs et contribue à l'absence de contre-pouvoirs face aux actionnaires.

4Le troisième chapitre énonce alors des solutions pour améliorer la démocratie au sein des entreprises. Il faut avouer que la section consacrée aux expériences alternatives à la firme capitaliste peinent à convaincre. Certes, les auteurs parviennent à expliquer que le secteur mutualiste et coopératif représente tout de même 10% du PIB français mais les exemples ne sortent qu'insuffisamment du cadre de la banque et de l'assurance. L'ouvrage met en avant les SCOP (sociétés coopératives ouvrières de production) dans lesquelles les salariés détiennent la majorité du capital mais peine à donner des exemples probants de leur réussite. Les forces et les faiblesses de ces structures sont identifiées depuis longtemps par les économistes : elles bénéficient de salariés certes plus productifs car mieux incités à la bonne performance de l'entreprise mais au prix d'une plus grande fragilité financière puisque les apporteurs de capitaux exigent des coûts plus élevés pour renoncer à leur droit de regard sur la gestion de l'entreprise.

5Beaucoup plus intéressante en revanche est la proposition de donner un vrai statut juridique à l'entreprise alors que seule la société en est pour l'instant dotée. Or, cette dernière ne recouvre qu'une faible portion des réalités de l'entreprise, à savoir les capitaux qu'elle y injecte. Or, la production dépend également de la gestion, des salariés, de la qualité des biens et services consommés. Le livre soutient que, alors que le capital n'est que l'un des éléments de la production, ce sont pourtant ses détenteurs qui se sont arrogés le monopole de décision au sein de l'entreprise. Donner une réalité juridique au concept économique de l'entreprise permettrait selon eux de modifier la hiérarchie des objectifs de gestion : la maximisation du cours de bourse laisserait la place à la maximisation de la valeur ajoutée, plus motivante pour les salariés et moins synonyme de recherche systématique de réduction des coûts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Penot, « Daniel Bachet, Gaëtan Flocco, Bernard Kervella, Morgan Sweeney, Sortir de l'entreprise capitaliste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 28 août 2008, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/654

Haut de page

Rédacteur

Alexis Penot

Maître de conférences en économie à l'ENS Lettres & Sciences Humaines.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page