Navigation – Plan du site

« La rationalité », Idées économiques et sociales, n°165, septembre 2011

Delphine Moraldo
La rationalité
« La rationalité », Idées économiques et sociales, n°165, septembre 2011, SCEREN/CNDP-CRDP.
Haut de page

Texte intégral

1La notion de rationalité est centrale pour les sciences sociales. En économie notamment, elle est souvent envisagée dans un sens étroit, celui de « l’homo oeconomicus » : est rationnel tout comportement fondé sur une comparaison entre les moyens à la disposition de l’agent et les fins qu’il cherche à atteindre. Mais dès Max Weber, on peut voir que la rationalité peut aussi se définir « en valeur », en fonction des valeurs et des croyances fortes auxquelles adhère l’acteur. En sociologie, on tend ainsi à se placer dans une vision plus large de la rationalité, qui peut alors être qualifiée avec des auteurs comme Raymond Boudon de « cognitive ». Ce dernier numéro de la revue Idées économiques et sociales propose justement de revenir sur ce qu’est la rationalité et sur les processus mis en œuvre par les agents pour prendre des décisions, dans un dossier consacré à cette notion de rationalité dans les sciences sociales.

2Comme le rappelle Gilles Martin dans l’éditorial, trois des plus grands spécialistes du sujet y ont contribué : on y retrouve ainsi un article de Raymond Boudon, qui revient sur sa « théorie de la rationalité ordinaire », un point sur la rationalité dans l’analyse des organisations par le sociologue des organisations Erhard Friedberg, et un article de l’économiste Roger Guesnerie sur la rationalité économique et les anticipations rationnelles. Le dossier est en outre complété par des articles reprenant les notions centrales de « rationalité », de « croyances », ou encore « d’anticipations » ou de « choix rationnel » par Gilles Martin et Mathieu Ferrière, ainsi que par la reproduction d’une interview de Jon Elster. En somme un « dossier très roboratif », comme l’écrit Gilles Martin !

3La rationalité est une notion complexe et plurielle. L’objectif fixé par les auteurs du dossier est ainsi de recenser les grands modèles de rationalité, dans la perspective très pédagogique de la revue Idées, afin de discerner les lignes de clivage, notamment entre économistes et sociologues, mais également les possibilités de rapprochement entre les différents modèles. On peut dire d’emblée que les différents articles répondent à cet objectif.

4Un entretien avec Roger Guesnerie permet tout d’abord de faire le point sur la théorie du choix rationnel et ses extensions à des domaines auparavant réservés à la sociologie : l’éducation (le « capital humain »), la famille ou le crime par exemple, chez Gary Becker. Dans une perspective actuelle, il revient notamment sur la crise financière et la remise en cause de l’hypothèse d’anticipations rationnelles qu’elle a pu entrainer.

5En écho à cet entretien, on peut citer l’article conclusif de Mathieu Ferrière qui revient sur la théorie du choix rationnel pour en discuter les fondements et envisager des modèles alternatifs, venant tant de sociologues, de la part de qui on attend assez naturellement une critique de cette théorie qui pourrait apparaitre comme un outil au service d’un impérialisme économique visant à unifier les sciences sociales (Elster, Sen, Callon, Laville, Thévenot, Bourdieu), que d’économistes souvent hétérodoxes (Orléan, Simon).

  • 1  Auteur d’Essais sur la théorie générale de la rationalité en 2007 (Boudon R, 2007, Essais sur la t (...)

6Mais la théorie du choix rationnel se situe à un extrême du spectre des approches de la rationalité : les articles d’Erhard Friedberg (qui revient sur les approches de la rationalité des agents telles que développées dans l’analyse des organisations) et de Raymond Boudon (qui explique ici sa « TRO » - Théorie de la Rationalité Ordinaire, alternative sociologique à la « TCR » des économistes mais également à des théories sociologiques comme celle de la rationalité limitée) permettent ainsi de revenir sur les notions de « rationalité limitée » et de « bonnes raisons », deux notions différentes mais permettant de penser la rationalité de manière large, sorte de voie médiane englobante, voire, pour Raymond Boudon1 qui entend se distinguer d’une conception qu’il estime trop instrumentale de la rationalité (puisqu’il propose un modèle de « rationalité cognitive »), véritable « colonne vertébrale des sciences sociales ».

7Rationalité instrumentale (la « TCR » des économistes), cognitive (la « TRO » de Raymond Boudon), limitée, mais également procédurale, imparfaite, etc. Ce dossier revient de façon claire et pédagogique, avec de nombreux exemples et encadrés, sur toutes ces notions. Un tour d’horizon complet au final, qui permet de faire le point sur cette vaste notion qu’est « la rationalité », et qui pourrait s’avérer utile autant pour les enseignants que les étudiants cherchant à comprendre rapidement les enjeux du concept.

Haut de page

Notes

1  Auteur d’Essais sur la théorie générale de la rationalité en 2007 (Boudon R, 2007, Essais sur la théorie générale de la rationalité, Paris, PUF)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « « La rationalité », Idées économiques et sociales, n°165, septembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 octobre 2011, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6540

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page