Navigation – Plan du site

Esteban Buch, L’affaire Bomarzo. Opéra, perversion et dictature

Pauline Adenot
L’affaire Bomarzo
Esteban Buch, L’affaire Bomarzo. Opéra, perversion et dictature, EHESS, coll. « Cas de figure », 2011, 237 p., ISBN : 9782713222917.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage d’Esteban Buch est une réédition d’un livre paru en 2003 à Buenos Aires et qui s’inscrit dans la continuité de ses travaux sur les liens entre musique et politique. L’auteur y analyse le scandale qui a entouré la censure de l’opéra argentin Bomarzo, composé par Alberto Ginastera sur un livret de Manuel Mujica Lainez. L’œuvre fut en effet interdite lors de la première représentation au théâtre Colón de Buenos Aires en 1967 par le dictateur Juan Carlos Onganía, parvenu au pouvoir par un coup d’état militaire un an plus tôt, et qui suivit de quelques jours le succès de sa création mondiale à Washington, pourtant soutenue par ce même gouvernement. Cette œuvre de musique contemporaine, librement inspirée de la vie de Vicino Orsini qui créa à la fin du XVIe siècle les désormais célèbres jardins de Bomarzo, fut censurée avec le soutien de l’Église catholique en raison de son contenu sexuel, violent et hallucinatoire.

2L’auteur inscrit ici un objet musicologique dans une démarche historienne et dans une analyse où se mêlent souvent musicologie et sociologie. Sa réflexion s’appuie sur l’étude du contexte musical (un nationalisme musical auquel appartient Ginastera), sur des articles de l’époque, des déclarations des différents protagonistes mais aussi sur des analyses sémantiques, musicales et sur des comparaisons entre différentes oeuvres. Buch met ainsi en évidence la particularité de cette censure qui s’adresse pour la première fois en Argentine à deux personnalités artistiques renommées de la culture bourgeoise et proches du régime en place.

3L’enjeu de l’analyse de ce scandale est de montrer le rôle de l’État dans la régulation des rapports entre l’art et la morale. Buch examine ainsi cette censure particulière dans une perspective des plus intéressantes et apporte une actualisation à la longue histoire entre opéra, sexualité et pouvoir. L’affaire Bomarzo est ici relue comme une manifestation de la représentation esthétique de la dictature, révélée par l’affaire elle-même plutôt que par l’œuvre. Buch parvient ainsi à saisir des aspects de la culture argentine qui s’expriment dans des discours reposant sur un imaginaire, parce que se référant au contenu d’une œuvre jamais jouée. C’est en réalité la représentation artistique des valeurs morales qui est ici en jeu, et plus généralement la question de la dépendance de l’art face à la morale : l’acte de censure représente bien plus une croyance en l’objet qu’en ses admirateurs et confère une véritable influence à l’art sur la vie sociale. Ce sera justement l’argument de l’Église catholique argentine, teinté d’un contenu politique sur fond de décadence nord-américaine et de corruption communiste, en soutien à l’argumentaire de la dictature : l’Église offre ici un fondement théologique, politique et moral à la censure qui manquait au régime. La répression qui s’est abattue sur la culture argentine par la succession des dictatures au XXe siècle avait en effet une signification politique directe : dans la lignée de la posture des états occidentaux mais aussi chrétiens de l’époque, cette répression prit appui sur le combat contre le communisme et ses différents moyens de subversion, notamment culturels. Dans l’affaire Bomarzo, la focalisation sur l’aspect sexuel de l’opéra n’est ainsi qu’un élément de l’avancée du pouvoir militaire sur la moralisation de la vie publique, révélant la volonté d’exclusion symbolique de la vie civile de la corruption morale et esthétique de la modernité.

4Néanmoins la censure de Bomarzo reste spécifique par sa cible, l’importance du scandale et sa logique discursive. Esteban Buch montre que cette censure avait en réalité pour objectif de réaffirmer le principe d’autorité du dictateur, autorité qui se trouvait contestée non seulement par le sujet de l’opéra mais aussi par le lieu symbolique et légitime de la première représentation. Les réactions à la censure furent par ailleurs nombreuses et dans l’ensemble ne suivirent pas le gouvernement, y compris parmi les libéraux proches du régime. Mais l’analyse de Buch révèle d’autres pistes de réflexion quant au silence de certains groupes, autant de la gauche révolutionnaire (qui n’intervint pas en raison des convictions idéologiques des créateurs de l’opéra) que des artistes argentins (pris dans des rivalités professionnelles et des enjeux de domination culturelle), conflits personnels et professionnels qui prennent le pas sur un enjeu pourtant commun.

5L’affaire Bomarzo soulève en outre la question de l’identité de l’œuvre avec son créateur : si Ginastera a été réhabilité par la dictature suivante, la plus sanglante de l’histoire de l’Argentine, et en est devenu l’un des compositeurs officiels, Buch rappelle que les interactions perpétuelles entre l’histoire et la culture d’une nation particulière influent sur le corps social et sur la relation des artistes à la signification de leur art.

6L’ouvrage d’Esteban Buch, au travers de chapitres qui alternent de façon originale analyses sociales, musicologique et littéraires, montre qu’alors que Bomarzo aurait pu apparaître rétrospectivement comme le symbole culturel d’une dictature, le condamnant au pour les régimes suivants, sa censure l’a propulsé sur la scène internationale de façon inédite pour un opéra du XXe siècle et a fait apparaître indûment ses auteurs comme des symboles de la résistance plutôt que comme des artistes officiels du régime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Adenot, « Esteban Buch, L’affaire Bomarzo. Opéra, perversion et dictature », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6549

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page