Navigation – Plan du site

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Frédérique Giraud
Les rémunérations obscènes
Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France, Paris, Zones, 2011, 150 p., ISBN : 9782355220418.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty1 et de Camille Landais2. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

  • 3  On retrouve ici la patte du spécialiste de la sociologie économique. On pourra consulter cet artic (...)
  • 4  Richard Wilkinson et Kate Pickett, epidemiologists, ont démontré que les inégalités économiques ex (...)

2L’objectif de cet ouvrage est d’étudier l’ampleur des « rémunérations obscènes », de cerner les explications qu’en donnent les économistes et celles, alternatives, des sociologues3. Les rémunérations obscènes, ce sont celles des salaires, bonus, stock-options, retraites chapeaux, « golden hello »... Véritable « pollution sociale » leur existence entache le mouvement vers l’égalité des conditions cher à Tocqueville et est source de nombreuses pathologies sociales4.

  • 5  Michel Forsé, Olivier Galland (dir.), Les Français face aux inégalités et à la justice sociale, Ar (...)

3Lors d’une enquête récente5, les Français estimaient à 70 826 euros annuels la rémunération d’un P-DG d’une grande société française. La bonne réponse est pourtant d’une bien autre ampleur. En réalité, le revenu annuel moyen des P-DG du CAC 40, hors stock-options et autres actions gratuites, s’élevait en 2010, à 2,4 millions d’euros rappelle Philippe Steiner. Les revenus des grands patrons sont donc, pour paraphraser le titre du premier chapitre de cet ouvrage, d’une « autre galaxie ». Ce que résume Philippe Steiner en rappelant qu’avec la crise financière, « l’ordre économique est confronté à une situation qui rend caduques les croyances sur l’échelle des inégalités » (p. 12). Les rémunérations atteignent des sommes si importantes qu’elles en deviennent inimaginables. Il parlera de « niveaux proprement stratosphériques de rémunérations » (p. 16) en ce qui concerne les revenus des dirigeants des hedge funds.

4Philippe Steiner démontre chiffres nombreux à l’appui, combien les rémunérations des grands patrons…frisent l’indécence au regard des rémunérations de la France des « petits moyens »6. Pourtant elles sont considérablement sous-estimées par les Français : la « sous-estimation oscille entre 500 et 300% » ! Dans cette incapacité des Français à estimer justement les très hauts revenus se loge pour l’auteur une signification sociale majeure : cette sous-estimation considérable trahit le fait que ces hauts revenus n’appartiennent plus à l’économie ordinaire. Ils ne sont pas redevables des mêmes échelles de mesure. Qu’on en juge : pour un ménage percevant 1500 euros de salaires et prestations sociales, le bonus d’un trader à sept chiffres représente « quatre-vingt-dix années d’activité, soit plus de deux vies de salarié travaillant quarante ans, sans interruption, au salaire médian français » (p. 20). Au centre de l’enrichissement massif de ces acteurs économiques : la relation avec les politiques et la finance.

5Le troisième chapitre au titre volontiers provocateur « Ces hommes qui valent trois milliards, ou comment justifier l’injustifiable » passe au crible les différentes explications marchandes et sociologiques de ces rémunérations : loi de l’offre et de la demande, économie politique de la rémunération (travaux de Kevin Murphy), rareté des talents de dirigeants, théorie des tournois, organisation de la firme… Cet éventail de théories ne justifie cependant qu’imparfaitement la disproportion des rémunérations des grands patrons.

6L’essor spectaculaire des marchés depuis la fin des années 80, et notamment celui du marché financier, porté par la foi dans leur capacité autorégulatrice et leur rationalité ont fait selon Steiner le nid de la crise financière. Or depuis 2008, la croyance en la toute puissance des marchés s’étiole et avec elle la confiance en la justice des rémunérations des grands dirigeants. Les bonus des traders, les parachutes dorés…font l’objet d’une réprobation publique et généralisée. Ce sont surtout la disproportion et la déconnexion des rémunérations au regard de celles du « Français moyen » qui déclenchent une vague d’évaluations morales de celles-ci. Lorsque les inégalités sont jugées « trop fortes », alors que l’ordre économique ordinaire suppose la limitation rationnelle des gains, les « rémunérations obscènes » deviennent intolérables.

7La seule solution possible est pour Philippe Steiner politique : une force politique capable de réduire les rémunérations obscènes, par le biais d’une politique fiscale adéquate.

Haut de page

Notes

1  Les hauts revenus en France au XXe siècle. Inégalités et redistributions 1901-1998, Editions Grasset, Paris, 2001 ; L’économie des inégalités, La découverte, Coll « Repères »,

2  On consultera avec profit le rapport http://www.altermonde-sans-frontiere.com/IMG/pdf/rapport_hauts_revenus_en_France_07_07.pdf

3  On retrouve ici la patte du spécialiste de la sociologie économique. On pourra consulter cet article.

4  Richard Wilkinson et Kate Pickett, epidemiologists, ont démontré que les inégalités économiques expliquaient un grand nombre de pathologies sociales dans un ensemble de pays riches et entre les Etats américains.

5  Michel Forsé, Olivier Galland (dir.), Les Français face aux inégalités et à la justice sociale, Armand Colin, Paris, 2011, p. 268

6  Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Yasmine Siblot, La France des "petits-moyens" Enquêtes sur la banlieue pavillonnaire, La Découverte, coll. « textes à l'appui », 2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6563

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page