Navigation – Plan du site

Paula M. Niedenthal, Silvia Krauth-Gruber, François Ric, Comprendre les émotions. Perspectives cognitives et psycho-sociales

Lou-Andréa Chéradame
Comprendre les émotions
Paula M. Niedenthal, Silvia Krauth-Gruber, François Ric, Comprendre les émotions. Perspectives cognitives et psycho-sociales, Mardaga, coll. « Psy individus, groupes, cultur », 2009, 415 p., EAN : 9782870099971.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre se veut un panorama international des différentes recherches réalisées en psychologie sociale et psychologie cognitive dans le domaine des émotions. L'enjeu est ainsi de fournir une importante et perspicace revue de la littérature (50 pages de bibliographie) et les auteurs présentent de manière dynamique et discutée les différentes expériences menées au cours des dernières décennies ainsi que les théories qu'elles induisent. Ces expériences sont décrites entre 10 et 20 lignes (hypothèses, protocoles, résultats, limites), avec tableaux et graphiques des résultats ou encore présentation du matériel utilisé (photographies, dessins...).

2La structure extrêmement méthodique de cet ouvrage en fait un outil très intéressant pour les étudiants plongés dans l'étude du phénomène des émotions, public auquel ce livre semble directement s'adresser (à la seconde personne du pluriel parfois). Les sociologues et anthropologues pourront y trouver un certain intérêt toutefois puisque les émotions sont ici abordées avant tout dans leur dimension sociale. En ce sens les auteurs considèrent que la composante expressive des émotions est provoquée par des stimuli sociaux et que la situation sociale dans laquelle se trouve l'individu contrôle et modèle ces émotions puis sert en retour à façonner l'état émotionnel vécu. L'expérience émotionnelle ainsi présentée et étudiée peut alors apporter une contribution à certains questionnements concernant l'établissement des relations interpersonnelles, les conflits intergroupes ou encore les différences genrées et/ou culturelles dans les manières d'exprimer, de ressentir et d'identifier les émotions. Sans compter sur la curiosité personnelle de tout un chacun en ce qui concerne un phénomène qui anime notre quotidien et, pourrait-on dire, lui donne sa couleur.

3A titre d'exemple, voici quelques questions auquel cet ouvrage permet de répondre. Qu'est-ce qui distingue des émotions telles que l'envie et la jalousie, la honte et la culpabilité ? Est-il vrai que les femmes sont plus émotives que les hommes ? Qu'est-ce que cela signifie ? Comment l'émotion peut-elle accentuer des conflits inter-groupe ou des comportements pro-sociaux ? Se sentir joyeux permet-il de créer des liens sociaux plus facilement ? Un japonais ressent-il les mêmes émotions qu'un nord-américain ? Comment un état émotionnel peut-il influencer notre interprétation de la situation ? Etc.

4Les trois premiers chapitres permettent de poser des bases théoriques et méthodologiques à la question : « qu'est-ce qu'une émotion ? », tandis que les chapitres suivants traitent chacun d'un domaine plus particulier concernant l'étude des émotions, ce domaine variant selon des approches à dominante sociale ou cognitiviste.

5Les auteurs s'accordent pour définir l'émotion comme un processus complexe à composantes multiples, qui comprennent des sentiments subjectifs (plus ou moins plaisants), des comportements expressifs (dont l'expression faciale qui est la plus étudiée), des évaluations cognitives, des réactions physiologique ainsi que des dispositions à agir de manière spécifique. A l'aide d'extraits de films, de bandes sonores, de photographies ou de situations imaginaires, les chercheurs peuvent induire expérimentalement des états émotionnels et en mesurer les implications. On pourra retenir que la joie, la tristesse et la colère sont les émotions les plus étudiées. Ces émotions, auxquelles il faut rajouter le dégoût et la peur, sont dites « de base » ou encore « discrètes », et se ressentent et s'expriment de manière quasiment universelle. Elles s'opposent aux émotions plus complexes, dites « réflexives », qui concerneraient plutôt l'envie, la jalousie, la culpabilité, la honte ou encore l'embarras, la fierté et l'orgueil. Ce dernier type d'émotion implique une conception de soi plus élaborée intervenant plus tard dans le développement de l'enfant, mettant en jeu des processus d'auto-évaluation ou de comparaison avec autrui. On peut rajouter que chaque émotion est associée à des règles d'expression et de ressenti et se trouve plus ou moins appropriée selon le contexte situationnel et les différentes variables qui composent celui-ci. L'expérience émotionnelle n'est ainsi pas toujours désirable, d'un point de vue personnel ou social, et il existe alors différentes stratégies pour les réguler (ré-évaluation cognitive de la situation, suppression de pensées à valeur émotive, ruminations...). L'appartenance à un groupe, le genre, les valeurs culturelles dominantes d'une société sont alors autant de facteurs qui influencent la manière de vivre les émotions, les siennes autant que celles que nous pouvons observer chez autrui.

6Une place importante est faite aux considérations culturelles, notamment à travers la prise en compte des normes d'expression et de ressenti qui peuvent gouverner les états émotionnels des personnes. Cependant l'approche fonctionnaliste qui sert de trame de fond aux explications théoriques de cet ouvrage peut parfois apparaître comme réductrice au sociologue, et tient peut-être à la condition (presque) exclusivement expérimentale des résultats présentés ici. Ce sentiment peut également être accentué par l'aspect panoramique de cet ouvrage qui, s'il permet de rendre très accessible l'enjeu de chacune des recherches présentées et de les situer dans le champ plus vaste de la recherche sur les émotions, n'en établit pas moins un raccourci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lou-Andréa Chéradame, « Paula M. Niedenthal, Silvia Krauth-Gruber, François Ric, Comprendre les émotions. Perspectives cognitives et psycho-sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 octobre 2011, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6565

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page