Navigation – Plan du site

Guillaume Vallet, Petit manuel de sociologie à l’usage des économistes

Christophe Brochier
Petit manuel de sociologie à l'usage des économistes
Guillaume Vallet, Petit manuel de sociologie à l'usage des économistes, Presses universitaires de Grenoble, coll. « L'économie en plus », 2011, 115 p., ISBN : 9782706116766.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre se présente lui-même comme un vade-mecum destiné aux non-spécialistes. Il consiste essentiellement en une présentation rapide des idées des « grands auteurs », eux-mêmes divisés en précurseurs, fondateurs et contemporains. S’y côtoient sans surprise, Saint-Simon, Comte, Tocqueville, Marx, Durkheim, Weber, Simmel, Boudon, Bourdieu, Touraine, Elias, Goffman. Certains pourront critiquer ces choix, mais en si peu de pages, il est peu probable qu’aucune sélection ne puisse satisfaire toutes les curiosités. Ce corps central du livre est précédé d’un court historique insistant sur les conditions de formation de la sociologie ainsi que les ruptures ou évolutions récentes. Dans le dernier quart du livre l’auteur aborde quelques écoles méthodologiques et théoriques : Ecole de Chicago, fonctionnalisme, culturalisme, école de Francfort. La tradition de Chicago, divisée en première et deuxième école se taille la part principale. Puis, les pages finales sont consacrées à une réflexion épistémologique : scientificité éventuelle de la sociologie et problèmes de méthode.

2Le livre est précédé d’une préface de Claudine Burton-Jeangros qui essaie de dire en quelques lignes quelles peuvent être les intentions de la sociologie (par exemple, « mettre en cause ce qui semble aller de soi »). Il est également suivi d’une post-face de Christine Castelain-Meunier qui cherche à montrer comment se servir du livre et des idées qu’il résume pour réfléchir à des questions de fond sur nos sociétés.

3Le premier pari réussi de ce livre consiste à faire entrer un programme aussi complet dans un format de 116 pages sommaire compris. Le panorama d’auteurs et de courants correspond à ce qui serait traité dans de plus volumineux traités. Malgré l’espace réduit, l’auteur parvient à offrir au lecteur des exposés clairs se suffisant pratiquement à eux-mêmes. Le deuxième pari réussi consiste à proposer un contenu scientifique attirant pour un public voulant aller au-delà des fiches de lectures toutes prêtes. Guillaume Vallet prend ainsi l’initiative d’essayer de résumer les idées de Simmel, tâche qui ne va de soi surtout pour un manuel d’introduction, de développer des analyses au sujet de la vaste école de Chicago et d’esquisser de véritables discussions sur de vraies questions, comme la scientificité de la sociologie. Chaque fois qu’il le peut l’auteur glisse des réflexions pertinentes sur la façon d’utiliser la sociologie ou de penser les problèmes qui lui sont rattachables. L’arrière pensée évidente de l’auteur est que manuel court ne doit pas rimer forcément avec une teneur allégée des exposés. On ne peut qu’être d’accord avec cette position.

4Mais le pari le moins réussi concerne justement le ciblage d’un public et la prévision de ses besoins. En effet, le manuel se veut un livre d’introduction, mais il vise également les étudiants préparant le CAPES ou l’agrégation de sciences sociales. Or il est difficile de satisfaire à la fois les débutants et les futurs agrégés. Ainsi certaines pages du livre ne peuvent être pleinement mises à profit que si l’on connaît déjà la sociologie et si l’on sait apprécier les choix et les modes de présentations pour lesquels l’auteur a opté. En dépit d’un utile lexique à la fin de l’ouvrage, le vocabulaire, toujours juste et précis, est parfois hors de portée des étudiants sans bagage. En même temps, si le livre est profitable pour bachoter et mettre ses idées au clair il n’est pas suffisant à un étudiant préparant un concours. Par ailleurs, on ne voit pas bien en quoi ce texte pourrait être destiné aux économistes. Il manquerait ici une mise en évidence des besoins spécifiques des économistes et une adaptation des exposés à ces besoins.

5En fait, peut-être l’auteur aurait-il pu pousser son originalité jusqu’au bout et recourir à deux approches distinctes (peut-être dans deux livres), comme le font si peu d’auteurs de manuels : l’une montrant aux débutants, souvent perplexes face à notre discipline, comment raisonne la sociologie (outils, habitudes de pensées, schéma d’explication classique, vocabulaire) ; l’autre fournissant aux futurs enseignants les clefs de compréhension des grands auteurs et des grands courants. Il n’en demeure pas moins que ce livre est pratique et utile. Il serait par exemple une aide commode pour préparer une série de conférences destinées à un public de novices désirant savoir ce qu’est la sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brochier, « Guillaume Vallet, Petit manuel de sociologie à l’usage des économistes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 octobre 2011, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6577

Haut de page

Rédacteur

Christophe Brochier

Sociologue- Université Paris 8

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page