Navigation – Plan du site

William Gasparini, Gilles Vieille Marchiset, Le sport dans les quartiers. Pratiques sociales et politiques publiques

Igor Martinache
Le sport dans les quartiers
William Gasparini, Gilles Vieille Marchiset, Le sport dans les quartiers. Pratiques sociales et politiques publiques, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques physiques et Société », 2008, 176 p., EAN : 9782130569718.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter :

Texte intégral

1La pratique sportive serait un puissant vecteur d'intégration sociale et de pacification sociale. Voilà une affirmation qui ne semble plus guère se discuter dans nos sociétés contemporaines. Selon un sondage réalisé en 2000 -et cité en conclusion du présent ouvrage-, plus de 80% des Français estimeraient que « la pratique régulière d'un sport d'équipe permet à un jeune des quartiers difficiles de s'en sortir ». Une croyance idéologique également partagée au-delà des frontières de l'Hexagone, comme l'indiquent notamment le rapport de mai 2003 du Conseil de l'Europe soulignant la « valeur sociale du sport pour la jeunesse » ou le « Livre Blanc » publiée en 2007 par la Commission Européenne enjoignant les états membres à développer des actions visant « l'inclusion sociale par et à travers le sport ». Sans même parler des louanges des supposées valeurs socialisatrices du sport telles que n'ont cessé de chanter les commentateurs de (presque) tous bords à l'occasion des récentes olympiades de Pékin...

  • 1 A laquelle la revue Sociétés contemporaines a récemment consacré un dossier, coordonné par William (...)
  • 2 Respectivement professeur de l'Université Marc Bloch de Strasbourg, directeur de l'Equipe de recher (...)

2Quels sont cependant les fondements réels de cette croyance 1 ? Telle est la question que les deux auteurs de cet ouvrage, William Gasparini et Gilles Vieille-Marchiset 2, proposent ici d'examiner. Notons avant de rentrer dans le « vif du sujet » que l'ouvrage n'est pas réservé aux seuls spécialistes de sociologie du sport ou de sociologie de l'action publique, mais, de par sa rédaction volontairement accessible, à l'ensemble des lecteurs potentiellement intéressés par un tel sujet, étudiants en sciences sociales ou en filière STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) et aux divers acteurs des politiques publiques du sport.

  • 3 Qu'ils continuent, en le justifiant cependant de manière convaincante, à qualifier ici de « populai (...)

3Le premier chapitre invite ainsi à un questionnement épistémologique essentiel dans ce type d'exercice -mais trop souvent négligé-, à savoir une réflexion sur les catégories mobilisées dans le titre : « sport », « quartiers » et « politiques publiques » destinée à clarifier ce dont il est question ici. Il s'agit en particulier pour les auteurs de s'interroger sur l'articulation entre ces trois domaines - articulation qui est loin d'aller de soi, tout en livrant un certain nombre de balises bibliographiques très utiles aux néophytes sur chacun de ces thèmes. William Gasparini et Gilles Vieille-Marchiset fournissent tout d'abord un certain nombre de données de cadrage permettant d'examiner les spécificités de la pratique sportive dans les quartiers pauvres 3, à savoir une sous-pratique par rapport à la moyenne nationale, qui concerne en particulier les femmes et jeunes filles. Ils rappellent également le marquage social des pratiques physiques et sportives, corrigeant au passage certaines représentations du sens commun : de nombreux sports encadrés en clubs sont ainsi pratiqués majoritairement par des jeunes issus de milieux populaires ou intermédiaires, tandis que la plupart des « sports de rue »(skateboard, BMX, rollers...) ou « de glisse » (snowboard) sont l'apanage des enfants des classes favorisées. Ils retracent ensuite la genèse et la diffusion du modèle sportif « éducatif et citoyen », en soulignant au passage dans un tableau éclairant (p.27) les nombreuses contradictions entre les différentes valeurs mises en avant dans le sport (compétition et solidarité, individualisme et altruisme, sélection excluante et intégration de tous, hédonisme et souffrance,...), ainsi qu'entre les normes prônées et les conduites effectives (respect de l'autre/violence et racisme, loisir/travail, unité/chauvinisme,...). Vient ensuite une autre genèse, celle de la politique de la ville, dont le principe est de cibler un certain nombre de territoires infra-urbains, réunis depuis 1996 sous l'appellation de « zones urbaines sensibles » (ZUS) (751 au total à l'heure actuelle), et dont les maîtres d'œuvre ont donc fini par intégrer le sport à une place de choix dans leur palette de dispositifs d'action. Ainsi les décennies 1980 et 1990 voient-elles l'adoption d'une série de lois sur le sport réaffirmant la responsabilité de l'Etat en la matière alors même que celui est en plein désengagement au profit des fédérations et de fonds privés (p.54).

4Une fois ce cadre posé, le deuxième chapitre est consacré aux pratiques sportives dans les quartiers populaires. Premier constat : celles-ci sont caractérisées par leur diversité. Les auteurs repèrent ainsi trois types distincts d'associations sportives assurant une certaine socialisation des populations concernées : les clubs sportifs « traditionnels » souvent issus d'un « paternalisme sportif » (autrefois celui des patrons de la métallurgie ou des houillères, puis à partir de 1945 via les comités d'entreprise) et qui privilégient la performance ; les « associations de sport-insertion », dont les projets portés présentent également une certaine diversité ainsi que le suggèrent les trois exemples détaillés ici ; et enfin les « associations non sportives proposant des sports », à commencer par les centres sociaux et les Maisons des jeunes et de la culture (MJC). William Gasparini et Gilles Vieille-Marchiset identifient également, à partir de l'exemple strasbourgeois, les transformations qui ont affecté l' « offre » et la pratique sportive dans les clubs de quartiers populaires au cours des dernières décennies, elles-mêmes à relier aux mutations socio-économiques récentes.

5Mais outre les structures réglementées, la pratique sportive se joue aussi dans la rue. Là encore, les pouvoirs publics ont cherché dès les années 1960 à les circonscrire tout en les facilitant, à travers la construction d' « espaces sportifs ouverts », qui, au fil d'une série de corrections de la part de leurs concepteurs, en sont aujourd'hui à leur troisième « génération ». Les utilisateurs ont été progressivement impliqués dans cette conception, ce qui n'est pas sans soulever un certain nombre d'enjeux importants du point de vue des décideurs publics en matière de citoyenneté participative comme les auteurs le détaillent. Reste que ceux-ci présupposent un peu trop rapidement un «transfert de compétences » entre différents champs sociaux, comme si le respect des règles apprises sur le terrain devait mécaniquement entraîner un respect des règles sociales en vigueur au-delà. Du côté des pratiquants, les auteurs relèvent un certain nombre de principes structurants d'organisation derrière une apparente anarchie, non sans relever les tensions qui se jouent là aussi, entre besoin d'être regardé, sociabilité subie et choisie, ouverture à tous et exclusion des moins « doués », ainsi que vis-à-vis des marchés du sport en pleine expansion. En fait, remarquent-ils, loin de s'opposer, les pratiques en club et dans la rue sont souvent le fait des mêmes jeunes, notamment en matière de football ou de basket : « l'associatif et l'auto-organisé sont les deux faces d'une même réalité » (p.104).

  • 4 Sur cet aspect et plus généralement sur l'évolution « managériale » des politiques publiques, voir (...)

6La troisième partie enfin revient en détail sur l'intégration du sport dans les dispositifs de politique de la ville, en présentant ses différentes étapes, et l'évolution des priorités ainsi que les résistances suscitées. Ils montrent en particulier bien l'implication croissante des collectivités locales dans ces dispositifs, ainsi que l'essor d'une logique devenue dominante : la contractualisation de l'action publique 4. Ils montrent également bien certaines limites de ces politiques, comme par exemple le renforcement de l'exclusion des filles - alors même que son endiguement constitue l'une des priorités majeures de l'action publique sportive dans les quartiers populaires ! - ou l'impasse que constituent finalement les dispositifs d'insertion par l'emploi, ceux-ci ne permettant pas aux jeunes bénéficiares de ces contrats précaires dédiés à l'encadrement sportif dans ces quartiers d'accéder ensuite à un emploi pérenne dans le même domaine. Au contraire, cela tend plutôt à alimenter après coup une certaine frustration, d'autant plus renforcée que les jeunes dépourvus de qualification ont progressivement été remplacés dans ces dispositifs par d'autres de milieux plus favorisés et pourvus des titres adéquats - brevet d'Etat ou diplôme universitaire de Staps. 

  • 5 Cf Robert Castel, L'insécurité sociale. Qu'est-ce qu'être protégé ?, Paris, Seuil, 2003
  • 6 Cf Loïc Wacquant, Les prisons de la misère, Paris, Éditions Liber-Raisons d'agir, 1999
  • 7 Tel est également le message rappelé dans un autre domaine - celui des relations internationales- p (...)
  • 8 Cf notamment Jean-Marie Brohm, Sociologie critique du sport, Paris, Delarge, 1976
  • 9 Cf Alain Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991
  • 10 Car comme le rappellent aussi les auteurs après d'autres, il s'agit de rompre avec une vision par t (...)

7On voit au passage à travers ces derniers exemples combien cette étude dépasse le seul cadre du sport pour alimenter une réflexion plus générale sur les récentes évolutions de l'action publique. William Gasparini et Gilles Vieille-Marchiset démontrent en particulier comment celle-ci est guidée par un certain nombre de croyances invérifiées qui semblent suffire à légitimer les mesures mises en œuvre, sans que leur pertinence ne soit suffisamment débattue ex-ante ni infléchies ex-post. Ils invitent enfin, à travers ce cas particulier des politiques sportives initiées dans les quartiers populaires à cesser de croire au sport comme remède politique ultime et exclusif aux difficultés sociales croissantes qui accompagnent le délitement de l'Etat social depuis les années 1970 5 et le traitement pénal corrélatif de la pauvreté 6. Comme si, à l'instar d'autres objets "mous" instrumentalisés par les décideurs politiques, il pouvait se substituer à de réelles politiques sociales. « Il s'agit d'abord de battre en brèche l'idée que le sport peut seul pallier le déficit de socialisation d'autres institutions (famille, école...) » (p.157). Il faudrait donc avant tout ne pas trop en demander au sport 7 ? Celui-ci est en effet porteur de logiques d'exclusion et d'anomie fortes, bien mises en évidence par la théorie critique du sport notamment 8 et d'un « culte de la performance » 9 dont on ne peut que constater les effets dans les rapports sociaux comme dans l'action publique. Reste que, comme l'affirment les auteurs, le sport peut malgré tout constituer un levier d'éducation et d'émancipation. A condition de l'utiliser avec précaution(s), après un diagnostic serré et partagé du territoire local 10 et la définition d'objectifs éducatifs précis, et sans attendre trop de lui. Car le sport ne peut et ne doit constituer "qu'un tremplin pour aborder des objectifs éducatifs, généraux et opérationnels (...)" (p.157). Telle est la conclusion des recherches auxquelles les deux auteurs ont participé et qu'ils livrent en clôture de cet ouvrage, évoquant le recueil des bonnes pratiques effectué depuis une dizaine d'années par l'Agence nationale d'éducation par le sport et plus récemment le pôle Sport, éducation, insertion du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Un conseil que certains décideurs publics seraient bien inspirés d'écouter, et pas seulement dans le domaine sportif.

Haut de page

Notes

1 A laquelle la revue Sociétés contemporaines a récemment consacré un dossier, coordonné par William Gasparini, intitulé "L'intégration par le sport" (n°69, 2008/1), dont on peut lire l'introduction en ligne sur le portail Cairn et qui retrace notamment la « genèse de cette catégorie de pensée »

2 Respectivement professeur de l'Université Marc Bloch de Strasbourg, directeur de l'Equipe de recherche en sciences sociales du sport (EA 1342) et maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l'Université de Franche-Comté (UFC) et membre du Laboratoire de sociologie et d'anthropologie (LASA-EA 3189)

3 Qu'ils continuent, en le justifiant cependant de manière convaincante, à qualifier ici de « populaires » malgré les profondes mutations qui y sont intervenues au cours des dernières décennies

4 Sur cet aspect et plus généralement sur l'évolution « managériale » des politiques publiques, voir l'ouvrage collectif coordonné par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences-Po, 2005

5 Cf Robert Castel, L'insécurité sociale. Qu'est-ce qu'être protégé ?, Paris, Seuil, 2003

6 Cf Loïc Wacquant, Les prisons de la misère, Paris, Éditions Liber-Raisons d'agir, 1999

7 Tel est également le message rappelé dans un autre domaine - celui des relations internationales- par un récent colloque organisé par l'Institut français des relations internationales le 9 septembre dernier et dont on peut lire le compte-rendu sur le site de nonfiction.fr

8 Cf notamment Jean-Marie Brohm, Sociologie critique du sport, Paris, Delarge, 1976

9 Cf Alain Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991

10 Car comme le rappellent aussi les auteurs après d'autres, il s'agit de rompre avec une vision par trop homogénéisante des quartiers pauvres alors que chacun quartier présente des spécificités importantes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « William Gasparini, Gilles Vieille Marchiset, Le sport dans les quartiers. Pratiques sociales et politiques publiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 06 octobre 2008, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/660

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page