Navigation – Plan du site

Serge Saada, Et si on partageait la culture ? Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur

Samuel Coavoux
Et si on partageait la culture ?
Serge Saada, Et si on partageait la culture ? Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur, Editions de l'Attribut, coll. « La culture en questions », 2011, 154 p., ISBN : 9782916002200.
Haut de page

Texte intégral

1La médiation culturelle est une notion polysémique, tantôt pensée comme un fondement de la communication, tantôt, de manière plus pragmatique, comme l’ensemble des intermédiaires, matériels, idéels et humains, agissant dans la relation d’un individu à un produit culturel. L’ouvrage de Serge Saada part de la seconde définition, qu’il restreint encore à son aspect humain. La médiation est alors l’action de l’entremetteur de la culture : épauler, aider, orienter, sans jamais contraindre, le spectateur le plus éloigné de la culture. L’auteur, fort d’une longue expérience de terrain dans « la médiation culturelle dans le champ social », c’est-à-dire en direction des plus démunis, et enseignant ce sujet à l’université, y livre une réflexion informée et subtile, qui révèle pourtant, en filigrane, les contradictions fondamentales de la médiation culturelle.

2Son approche est, à première vue du moins, résolument relativiste. La familiarité avec la culture cultivée masque tout l’arbitraire des conventions de ce milieu, au point que l’on en oublie l’importance « des médiateurs et des médiations, diffus ou conscients » dans notre propre parcours. La culture légitime se vit sur le mode de l’évidence, de la révélation, comme le pensait André Malraux. Cette évidence est pourtant le produit d’une longue construction sociale : la familiarité ne vient qu’avec la fréquentation répétée des établissements culturels et la consommation intensive de culture. Celui que l’on nomme parfois le non-public, et que Serge Saada voudrait plutôt qualifier de « spectateur potentiel », disposant à ce titre d’un « potentiel du spectateur », est exclu de ces pratiques par la méconnaissance de ces codes. Comment s’y retrouver dans ce monde étranger ? Aussi étranger, note malicieusement l’auteur, que peut l’être un stade de rugby pour le spectateur exclusif de théâtre et d’opéra.

3La médiation est alors l’action qui doit libérer la parole, et plus généralement l’expérience, des publics éloignés de la culture. Elle ne doit jamais, pour l’auteur, imposer une interprétation, contraindre la réception, mais au contraire abaisser les barrières qui entravent cette expérience. Ces obstacles sont multiples. L’incompréhension, par manque de code, est la première ; or, le rejet d’une œuvre ne devrait jamais être le fait d’une incompréhension. Le sentiment d’être ou non autorisé à discourir sur la culture n’est pas de moindre importance. Les spectateurs éloignés, constate l’auteur, intimidés par les modes d’exposition des produits culturels, craignent trop souvent que leurs propos soient jugés naïf ou hors de propos, et préfèrent ne rien dire. On les voit, au passage, fort conscient des rôles sociaux de la culture : ils insistent, lors des sorties à l’opéra ou au théâtre, sur les vertus d’élévation sociale des sorties ou sur le caractère socialement marqué des lieux.

4Le médiateur, alors, doit accompagner, donner confiance, et parfois expliquer, donner les codes nécessaires pour comprendre les produits culturels. Son action elle-même se heurte à de nombreuses résistances, y compris dans le monde de la culture, qui confond trop souvent communication et médiation. La médiation dans le champ social, qui constitue l’objet de la troisième partie de l’ouvrage, est, elle, confrontée à la réticence des travailleurs sociaux, mal formés pour de telles interventions. Elle produit, pourtant, des effets bénéfiques, rappelant ainsi que la culture est au fondement du lien social, et qu’elle peut devenir une arme contre l’exclusion.

5L’auteur montre dans ce livre ses qualités d’observation et d’analyse. Les nombreuses situations dont il rend compte ne manquent pas d’intérêt pour le sociologue de la culture, et l’insistance sur les problèmes d’habilitation (le sentiment d’être autorisé à parler de la culture) et sur les divergences de codes culturels entre catégories sociales est salutaire dans un monde où les politiques publiques de l’offre, centrées sur une vision quantitative de la « démocratisation culturelle », sont encore dominantes. L’ouvrage révèle cependant l’ambiguïté de la médiation culturelle, prise entre les deux feux du légitimisme et du populisme. L’auteur y vante tantôt les mérites de la compréhension, c'est-à-dire de l’interprétation conforme aux intentions de l’artiste, tantôt ceux de la libre interprétation. Il insiste parfois sur l’appropriation du code légitime, parfois sur la libération de la parole dominée. Et quand il veut revaloriser les spectateurs éloignés de la culture, c’est en notant leur capacité à apprécier « les artistes les plus obscures », faisant ainsi d’un critère fort légitimiste, le goût pour l’avant-garde artistique, le mètre étalon de la mesure de la réception. Plus généralement, c’est toute la médiation culturelle qui semble prise entre ces deux objectifs apparemment contradictoires, mettre à bas les barrières culturelles, ou apprendre à tous à les maîtriser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Serge Saada, Et si on partageait la culture ? Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 octobre 2011, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6603

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie à l'École normale supérieure de Lyon et au sein de l'équipe "Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations" du Centre Max Weber

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page