Navigation – Plan du site

Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication

Julie Denouël
Usages et enjeux des technologies de communication
Francis Jauréguiberry, Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Erès, 2011, 143 p., ISBN : 9782749214405.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage à la fois concis et clair, Francis Jauréguiberry et Serge Proulx rendent compte des différentes problématiques et voies de recherche qui ont été déployées, depuis une trentaine d’années de part et d’autre de l’Atlantique, dans le but d’observer et d’analyser les usages sociaux des technologies de communication. Constitué de cinq chapitres présentés de manière thématique et/ou chronologique, cet ouvrage s’inscrit pour une large part dans le prolongement d’une étude programmatique livrée par Serge Proulx en 2001, à travers laquelle le chercheur québécois  proposait de reconsidérer le champ de recherche des usages selon trois axes : l’un visant à articuler plus fortement analyse d’usage et analyse de l’innovation, l’autre impliquant de faire davantage appel aux approches sociocognitives (comme la cognition distribuée), le dernier supposant d’intégrer l’étude des usages dans une analyse d’enjeux sociétaux plus vastes à partir d’une approche sociopolitique. On remarque ainsi que s’il s’inscrit à l’évidence dans une démarche de synthèse, Usages et enjeux des technologies de communication fait la part belle à certaines perspectives de recherches dont l’objectif est de porter attention aux processus d’innovation, aux liens entre concepteurs et usagers, mais aussi au rôle des objets dans l’organisation des activités.

  • 1  Certeau de, M. (1980), L’invention du quotidien. Tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard.

2Le lecteur pourra aborder les trois premiers chapitres de cet opus comme un espace de sens homogène. Dans ce premier bloc de mise en cohérence, le chapitre inaugural décrit « les différentes visions du monde » qui, au tournant des années 80, sont au principe de la conception et de la diffusion des technologies et qui tendent à cadrer le regard des chercheurs sur ces sujets. En effet, Jauréguiberry et Proulx soulignent qu’à cette époque, les études sociologiques portant sur les technologies ont souvent recours à des approches déterministes, certaines mettant en évidence une influence massive (habilitante ou contraignante) de la technique sur le corps social, d’autres montrant a contrario que le développement des technologies fait partie intégrante des mécanismes de reproduction sociale. Pour les auteurs, les études d’usage qui émergent au début des années 80 ouvrent alors des pistes de recherche tout à la fois novatrices et pertinentes, en tant qu’elles se départissent des perspectives déterministes pour envisager pratiques techniques et pratiques sociales dans un jeu d’interrelations. Dès lors, le deuxième chapitre permet d’entrer plus avant dans l’examen des études d’usage, en évoquant les trois modèles analytiques qui semblent être à l’origine de  ce champ de recherche : d’une part celui de la diffusion-adoption, dans le sillage des travaux d’Everett Rogers ; d’autre part, celui de la conception-utilisation, en lien avec les études centrées sur les « Interactions Homme Machine », ou celles construites dans le cadre du CSCW (Computer Supported Cooperative Work) ou du CSI (Centre de Sociologie de l’Innovation) ; et enfin celui de l’usage qui, s’inspirant des travaux de Michel de Certeau1, a permis de rendre compte des multiples formes d’appropriation sociale des techniques et de faire émerger la figure d’un usager-acteur (en contrepoint de la figure de l’utilisateur-consommateur traditionnellement invoquée).

3Le troisième chapitre s’intéresse aux usages des technologies au sein de la sphère professionnelle, en accordant une attention toute particulière à  la façon dont les usagers (considérés comme des acteurs) ont pu être associés aux processus de conception (comme dans le cas des « innovations horizontales » ou des « innovations ascendantes ») mais aussi aux processus de normalisation et de valorisation des biens informationnels, dans le cadre d’une économie contributive.

4Dans le prolongement de ce premier bloc de sens, les auteurs visent ensuite à retracer les différentes problématiques et postures épistémologiques qui ont été mobilisées par les chercheurs depuis trente ans. Le quatrième chapitre rend ainsi compte des deux périodes de recherche (la première couvrant la période 1980-1995, la seconde abordant les travaux réalisés de 1995 à 2010) que les auteurs appréhendent comme les deux « topiques conceptuelles » caractéristiques des études d’usage. Approfondissant des éléments évoqués dans le chapitre inaugural, la partie consacrée à la « première topique conceptuelle » met à jour quatre notions fondamentales qui ont accompagné la réflexion sur l’appropriation des techniques et ont permis de structurer les travaux de la sociologie des usages de première génération : l’usage d’un objet technique, la pratique d’un individu ou d’un groupe, les représentations de la technique, le contexte social, politique et culturel. Pour Jauréguiberry et Proulx, les travaux réalisés durant cette première période offrent des éclairages intéressants mais, parce qu’ils restent trop confinés dans le seul champ de la sociologie et trop éloignés des courants de recherche internationaux, invitent, au mitan des années 90, à une ouverture vers d’autres méthodologies et d’autres cadres théoriques. A partir de cette période, force est de constater en effet que les études se multiplient et qu’elles s’accompagnent d’une diversification des appareils de preuve et des objets de recherche. La production scientifique devient rapidement pléthorique. Signalant qu’il est difficile d’effectuer une recension exhaustive de ces nombreux travaux, les auteurs proposent alors d’aborder la seconde topique conceptuelle à partir de cinq problématiques qui, selon eux, fonctionnent comme autant de registres d’interprétation des usages des technologies de communication : l’interaction entre l’utilisateur et le dispositif, la coordination entre l’usager et le concepteur, l’usage situé dans une quotidienneté, l’objet technique prescripteur de  normes politiques et morales et les formes socio-historiques de l’usage. A travers ces recherches, la figure de l’usager actif se voit confirmée : « non seulement il possède une maitrise relative du dispositif technique mais surtout, il agit de manière (à la fois) autonome et contrainte, compte tenu des dispositions et compétences acquises dans le contexte organisationnel de la situation » (p. 100).

5L’usager comme sujet est précisément le thème du chapitre conclusif de cet ouvrage. Plus précisément, c’est de l’« usager branché dans une société hypermoderne » dont il est question dans cette dernière section. Sur la base, notamment, des travaux que Jauréguiberry a consacré à cette thématique, les auteurs démontrent que l’usage d’un dispositif de communication fonctionne avant tout comme une expérience individuelle à travers laquelle l’usager branché tend à mobiliser, de façon séparée ou conjointe, trois principes d’action différents. L’un renvoie à « une logique d’intégration et de reconnaissance dans un système d’appartenance réticulaire et technologique »,  l’autre à « une logique utilitaire, de gain et de puissance dans un système de concurrence et de compétition », le dernier à « une logique de prise de distance et d’autonomie dans un système d’individualisation et de subjectivation » (p. 106). Entre ces trois logiques d’action, l’expérience du branché se déploie selon des pratiques diverses et hétérogènes qu’il semble néanmoins possible de regrouper autour de trois conduites spécifiques : le zapping (attitude pro-active visant à rechercher le maximum d’opportunités d’échange et de bénéfices possibles), le filtrage (attitude critique visant à restaurer une autonomie d’action) et la préservation (attitude défensive visant à instaurer des protections entre soi et ceux qui contrôlent les systèmes de télécommunication).

  • 2  Smoreda, S. (dir.) (2007), « Entrelacement des pratiques de communication et de loisirs », Réseaux(...)
  • 3  Flichy, P. (2010), Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Pa (...)
  • 4  Granjon, F. Lelong, B. et Metzger, J. L. (dir.) (2009), Inégalités numériques. Clivages sociaux et (...)
  • 5  Cardon, D. (dir.) (2006), « Autopublication », Réseaux, n° 137, vol. 3.
  • 6  Kessous, E. et Rey, B. (2009), « Economie numérique et vie privée », Hermès, n°53, p. 49-54.

6Si cet ouvrage offre une introduction intéressante à l’étude des usages des technologies de communication, on remarquera cependant que quelques thématiques manquent d’être pleinement développées. On regrettera par exemple, que dans la présentation de la deuxième topique conceptuelle (période 1995-2010), l’attention soit par trop focalisée sur des études produites entre 1995 et 2000 et centrées sur la conception et l’innovation. La dernière décennie a été pourtant riche de travaux en sciences humaines et sociales qui, s’intéressant aux usages des services du web, et plus particulièrement du web 2.0, ont pu dès lors analyser des pratiques diverses relevant de l’entrelacement des usages (Smoreda, 20072), du développement des pratiques en amateur (Flichy, 20103), des inégalités numériques (Granjon, Lelong, Metzger 20094), de l’autopublication (Cardon, 20065), de la privacy (Kessous et Rey, 20096), etc. Or rien n’est dit, ou presque, sur ces pratiques plus récentes des technologies de communication. Par ailleurs, il nous aurait semblé utile de pouvoir articuler la question du sujet avec celle, très largement débattue, de l’identité numérique et de l’expression de soi en ligne. En complément de cet ouvrage, on pourra donc lire avec profit l’opus collectif Communiquer à l’ère numérique, publié cette année aux Presses de l’Ecole des Mines !

Haut de page

Notes

1  Certeau de, M. (1980), L’invention du quotidien. Tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard.

2  Smoreda, S. (dir.) (2007), « Entrelacement des pratiques de communication et de loisirs », Réseaux, n° 145-146, vol. 6.

3  Flichy, P. (2010), Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, coll. La république des idées, Ed. du Seuil.

4  Granjon, F. Lelong, B. et Metzger, J. L. (dir.) (2009), Inégalités numériques. Clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC, Paris, Collection technique et scientifique des télécommunications, Hermès/Lavoisier.

5  Cardon, D. (dir.) (2006), « Autopublication », Réseaux, n° 137, vol. 3.

6  Kessous, E. et Rey, B. (2009), « Economie numérique et vie privée », Hermès, n°53, p. 49-54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Denouël, « Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 octobre 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6607

Haut de page

Rédacteur

Julie Denouël

Maître de conférences en sciences du langage à l’Université Paul Valéry Montpellier III, membre de l’UMR Praxiling.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page