Navigation – Plan du site

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades sociologiques

Eric Keslassy
Paris
Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades sociologiques, Payot, 2009, 260 p., EAN : 9782228904117.
Haut de page

Texte intégral

1Il existe déjà de nombreux ouvrages portant sur Paris ; et encore beaucoup d’autres qui ont la capitale comme toile de fond. Il paraissait donc très difficile de trouver un angle original pour aborder une nouvelle fois la capitale. Le couple de sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot y est parvenu en proposant des « promenades sociologiques » à travers les rues de la « ville des lumières ». L’objectif des auteurs, parfaitement louable, est de permettre au lecteur de faire œuvre de sociologue tout en s’appropriant une véritable connaissance de Paris. Chacun des parcours propose ainsi de véritables réflexions sociologiques, des statistiques, des descriptions, des adresses et des plans : il s’agit finalement de figer la mémoire du visiteur, de lui apporter les informations dont un sociologue a besoin lorsqu’il étudie la ville. Ce qui revient finalement à se mettre dans les habits d’un pratiquant de la sociologie urbaine. Au total, cet ouvrage démontre combien Paris est un objet sociologique parfaitement adapté pour qui souhaite pratiquer cette science sociale.

2En effet, par le biais des différents itinéraires tracés par les auteurs, du Sentier jusqu’aux portes de Paris – traçant la limite avec les banlieues –, le lecteur devenant visiteur se déplace suivant une ligne imaginaire formant une spirale (un escargot) sur les différents arrondissements de la capitale, du 1er au 20e, et finit par se muer en véritable sociologue ; Cette technique rend tous les aspects de la société parisienne particulièrement visibles. Elle permet d’observer les multiples Paris au travers de thématiques classiques de la sociologie. Ainsi, la question de l’immigration devenue si sensible de nos jours est abordée grâce à des passages par certains quartiers populaires (Sentier, Goutte d’Or ou encore le 13e arrondissement qui s’apparente à un petit « Chinatown »). Il est également possible de s’intéresser à la mobilité par le regard porté sur les lignes de métro si emblématiques de la ville et les gares (en particulier sur celle de Saint-Lazare). L’embourgeoisement de Paris est également bien traité par des promenades construites dans les beaux quartiers comme le 8e arrondissement, Saint-Germain-des-Prés ou encore à partir de la rue Oberkampf : cela nous confirme l’importance prise par les fameux « bobos » parisiens. Enfin, les transformations architecturales de Paris sont également examinées à partir des nouveaux espaces qui ont été créés à Bercy, dans le quartier de la Bibliothèque François Mitterrand, avec les villas de luxe à l’ouest et de la villa populaire à l’est.

3Paris est une ville en constante évolution. L’étude très rapide d’auteurs s’étant donnés Paris comme objet de réflexion en atteste : alors que Louis-Sébastien Mercier pose un regard très critique sur la société parisienne du XVIIIe siècle en raison des fortes inégalités sociales qui y prospèrent, Maurice Halbwachs ou Louis Chevalier rendent compte d’un espace urbain différent au XXe siècle. De fait, depuis 1921, Paris a perdu un milieu d’habitants principalement en raison de son niveau de vie en constante progression qui alimente le développement des banlieues. Au fur et à mesure de notre lecture (et/ou de nos visites), il est tout à fait possible de comprendre pourquoi un quartier devient à la mode perd de son attractivité. La capitale française est une petite ville en comparaison de ses équivalentes européennes : par exemple, elle est six fois plus petite que Madrid. Cette dimension à « taille humaine » rend d’ailleurs l’analyse sociologique plus abordable puisque les « promenades » peuvent se réaliser à pieds. Chaque lieu de Paris est aisément accessible en dépit de sa croissance et des changements réalisés par le Baron Haussmann. On peut alors apprivoiser les nombreux symboles qui existent dans les rues, approcher ce que disent les pierres, les commerces, les hommes – et leurs attitudes –, les accents. Cet exercice offre la possibilité instructive de percevoir les différences et les inégalités derrière ce qui généralement n’est même pas regardé.

4Les itinéraires proposés par cet ouvrage relèvent évidemment de choix nécessaires mais ils donnent à voir Paris dans toute sa diversité, et permettent au total de s’en faire un portrait très ressemblant. Ils permettent de prendre conscience combien « la ville est un réseau de relations intenses, croisées, incessantes » et non pas une juxtaposition d’espaces fermés. Chaque chapitre s’ouvre sur une carte retraçant les « promenades » très précisément avec un repère sur le point de départ et le point d’arrivée ; et une bibliographie très utile pour approfondir sa connaissance de l’endroit traversé les clôture. Si bien que le pari des auteurs est amplement réussi : à partir de la ville, dans Paris, on peut s’initier à la sociologie tout en se cultivant. Ce livre est donc autant à lire qu’à offrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades sociologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 octobre 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6633

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page