Navigation – Plan du site

Jérôme Dubois, Les Usages sociaux du théâtre hors ses murs. École, entreprise, prison, hôpital, etc.

Igor Martinache
Les Usages sociaux du théâtre hors ses murs
Jérôme Dubois (dir.), Les Usages sociaux du théâtre hors ses murs. Ecole, entreprise, prison, hôpital, etc., Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, 230 p., ISBN : 9782296551039.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur ce champ d'intervention sociale et les métiers qui le constituent, voir notamment Francis Lebo (...)

1À l’instar des activités physiques et sportives, les arts -entendus aussi bien comme pratiques que spectacles- se voient assigner une fonction « sociale ». Autrement dit, loin désormais de pouvoir valoir pour elles-mêmes comme le voudraient les défenseurs de « l'art pour l'art », ces activités sont désormais enrôlées dans la noble mission de « restaurer le vivre ensemble », « réparer le lien social », ou encore « renforcer la cohésion sociale » selon les formules convenues. Ainsi en va-t-il du théâtre, dont les « usages » n'ont de cesse de se diversifier, dépassant les enceintes qui lui sont consacrées pour atteindre des publics et pratiquants habituellement tenus à l'écart de celles dernières. Pour autant, si elles gagnent en visibilité du fait d'entreprises politiques auxquelles on peut reprocher de préférer traiter les symptômes plutôt que les racines de la « crise sociale », ces pratiques ne sont pas nouvelles, loin de là. C'est donc à ces derniers que, comme son titre l'indique, cet ouvrage collectif est consacré. Rassemblés par Jérôme Dubois, maître de conférences en études théâtrales à l'Université Paris-8, les textes qui le composent ne sont dans la grande majorité pas constituées d'analyses sociologiques, mais davantage de témoignages d'acteurs – dans tous les sens du terme- engagés dans un dispositif de ce type, parmi lesquels certain-e-s étudiant-e-s du Master coordonné par le directeur de l'ouvrage. Pour autant, ceux-ci permettent de donner à voir la diversité de ces expériences d'action (ou médiation) sociale par le théâtre en même temps que les principes et objectifs sur lesquels elles se fondent, ainsi que les sources théoriques auxquelles elles puisent. Reprenant en introduction un schéma esquissé par le sociologue Luis Aguilar, Jérôme Dubois suggère ainsi que celles-ci se distribuent dans un espace dont les trois pôles seraient l'art, la thérapie et l'éducation. Entre les deux premiers se situeraient ainsi des pratiques relevant notamment du « psychodrame » (ou « sociodrame ») tel que conçu dans les années 1920 par Jacob Levi Moreno, où la mise en représentation est censée agir comme une caisse de résonance dans le groupe, favorable aux transferts et autres identifications, mais aussi des thérapies par le clown, dans lesquelles la dérision permet de sortir du « sérieux existentiel » comme le dit le directeur d'une clinique y recourant. Entre thérapie et éducation se retrouvent aussi bien les pratiques tournées vers le très à la mode – et problématique- « développement personnel », que les ateliers relevant du théâtre-forum tel qu'initié au Brésil par le « théâtre de l'opprimé » d'Augusto Boal. Il s'agit précisément ici d'abolir la frontière entre acteurs et publics, en intervertissant les rôles, tout en représentant les situations de domination et de violence afin de réfléchir collectivement – et par l'action- sur les moyens de les transformer. Cela étant, on peut noter que, contraintes de financement oblige, certaines compagnies intervenant dans ce secteur oscillent entre cet objectif de transformation sociale via la prise de conscience et l' « empouvoirage » - comme disent joliment les Québecois- des « dominés », et l'intervention en entreprise relevant davantage du « développement personnel » et la psychologisation des problèmes sociaux qu'il induit. Enfin, entre art et éducation, l'auteur range aussi bien le théâtre de l'opprimé que le théâtre d'entreprise, en passant par ce qui relève plus généralement de l'animation socioculturelle1, et bien évidemment les ateliers en milieu scolaire qui, en 1999, ne touchaient « que » 3 % des élèves selon le ministère de la Culture. Reste enfin un espace à égale distance de ces trois pôles selon Aguilar, dans lequel peuvent notamment se nicher de nouvelles formes de médiation théâtrale qui relèveraient un peu de ces trois registres.

2Une fois ce cadre théorique posé se succèdent les articles des différents contributeurs. Jean-Paul Ramat de la compagnie NAJE (Nous n'Abandonnerons Jamais l'Espoir2) revient sur les principes du théâtre de l'opprimé que cette dernière s'efforce de perpétuer, et plus particulièrement sur le spectacle « Les impactés » que celle-ci a monté avec les salariés de France Telecom à la demande de son Comité d'entreprise, et avant la médiatisation de la vague de suicides que le groupe a connue.

  • 3  Ex ESC Grenoble, rebaptisée « Grenoble Ecole de Management » (sic)…
  • 4  L'ouvrage désormais classique de Luc Boltanski et Eve Chiapello (Paris, Gallimard, 1999) sur la ca (...)
  • 5  Sur la structure particulièrement inégalitaire des « mondes de l'art » qui en fait un laboratoire (...)

3Pascale Poirel et Pierre Vincent de la compagnie Issue de Secours présentent pour leur part deux autres types d'interventions théâtrales « hors les murs », du moins ceux des théâtres, en l’occurrence en maison d'arrêt et dans un collège, à travers notamment des ateliers de lecture et d'écriture Le propos s'en tient toutefois essentiellement à la description, à l'instar de beaucoup d'autres textes ici réunis. En présentant la forme du « spectacle-débat » que sa compagnie a choisi de développer - un spectacle minimaliste afin d'aller vers son public plutôt que d'attendre qu'il vienne à lui, suivi d'un débat en compagnie de professionnels de la santé (les deux thèmes traités étant successivement l'anorexie et le SIDA)-, Helga Fraunholz évoque toutefois – trop brièvement- les difficultés financières rencontrées par sa troupe et leurs implications sur son activité, tant en termes de pénurie matérielle et humaine que de surcharge de travail administratif et de la difficulté d'obtenir des financements de la part du milieu de la « culture », incitant à se tourner vers d'autres tutelles relevant « de la santé, de la jeunesse ou du social ». Cette contribution, comme la suivante, de Laurent Lesavre, enseignant en « communication et théâtre » à l'école de commerce de Grenoble3 sur les apports du théâtre en entreprise pour le « développement » de ces dernières comme de leurs salariés – article et qui n'est pas sans faire quelque écho au Nouvel esprit du capitalisme4et aux nouvelles formes d'enrôlement des salariés par les dispositifs du « management participatif »-, invite une réflexion malheureusement absente de cet ouvrage, sur les conditions matérielles de développement de ces formes hybrides – et instrumentales- de théâtre. Autrement dit, il peut paraître essentiel de s'interroger sur les structures économiques dans lesquelles s'inscrivent ces pratiques, et notamment de voir jusqu'à quel point celles-ci ne correspondraient pas à de nouvelles niches d'investissement professionnelles créées et alimentées par divers financeurs publics -et apparemment de plus en plus privés- dans lesquels des comédiens en situation de professionnalisation « inachevée » peuvent trouver malgré tout le moyen de vivre de leur art5.

4La tension entre « récupération » et « irresponsabilité »6 constitue un faux problème selon Bertil Sylvander, ou est en tous les cas dépassable. C'est ce qu'il suggère en présentant la « clownanalyse » que met en œuvre sa troupe des Bataclowns7 depuis les années 1980, du fait que, selon Jean-Bernard Bonange, qui s'est beaucoup interrogé sur la nature d'intervenant social du clown, celui-ci remplirait en réalité trois fonctions qui se neutraliseraient en quelque sorte : le clown jouerait en effet à la fois le rôle de « perturbateur » de l'ordre social institué, de « passeur » d'informations et de « révélateur » des blocages et non-dits. La critique sociale ne serait dès lors acceptable selon l'auteur qu'à partir du moment où elle permettrait de renforcer dans le même temps le lien social. Une proposition non dénuée de contradictions qui mérite indéniablement d'être prolongée et diffusée.

  • 8  Fortement ritualisé et usant de constantes mises en scène, on pourra noter du reste que la justice (...)
  • 9  Sur le principe de ces stages mis en place en 2004 présenté par cette association, voir : http://w (...)

5Les contributions qui suivent traitent respectivement d'expériences concernant le théâtre-forum et le clown-théâtre avec la présentation -succincte- d'une expérience dans un foyer (on n'en saura pas plus) parisien auprès d'adolescents et jeunes adultes ; d'interventions de clowns en milieu scolaire et hospitalier ; d'un récit de stage au sein d'un atelier pour enfants autistes, dans lequel l'auteure, ancienne étudiante, a le mérite de ne pas cacher ses propres difficultés et contradictions à cette occasion ; un autre récit de stage au sein du dispositif des « ateliers bleus », sportifs ou artistiques, mis en place après la classe par la mairie de Paris depuis 1987 à destination des élèves de l'école élémentaire ; la lecture de contes par une comédienne auprès de personnes âgées comme d'enfants ; un autre récit, également (trop) bref d'ateliers théâtraux en milieu carcéral, mais au Mexique ; un plaidoyer pour l'utilisation du théâtre dans l'arsenal de la justice pénale8, avec la présentation en particuliers des « stages de citoyenneté », sortes d'ateliers de théâtre-forum, menés notamment par l'association Dialogues Citoyens en lien avec des sociologues du CADIS, tenants du courant de l'intervention sociale9 ; une présentation (auto-) critique par Bernard Balzani de la technique déjà évoquée du sociodrame, qui consiste à rejouer des situations problématiques et enfin une réflexion à quatre mains sur les effets psychiques et « socialisants » d'un atelier de théâtre mené au sein d'un Point accueil jeunes à Saint-Denis, au nord de Paris.

6Si l'ouvrage offre un panorama instructif sur la diversité des formes d'intervention sociale, voire sanitaire et sociale, du théâtre, on peut cependant regretter la brièveté des textes qui les cantonnent de ce fait pour la plupart à une simple description des dispositifs présentés, sans s'interroger sur leurs effets réels et leurs limites, s'en tenant le plus souvent à une justification de principe naturalisant les vertus supposées de la scène. On peut le lire toutefois en creux à développer les recherches quant aux influences réelles de chacun de ces dispositifs, mais aussi sur leurs conditions matérielles d'existence, en rappelant que, comme toute autre pratique, le théâtre n'est pas intrinsèquement un vecteur miracle de cohésion sociale. À l’instar de tout acte éducatif, la réflexivité est de mise sous peine de redoubler à son corps défendant la violence symbolique dont les situations concernées sont déjà chargées. Car il n'est pas anodin de livrer son corps aux regards des autres, surtout lorsqu'on est déjà fragilisé d'une manière ou d'une autre.

Haut de page

Notes

1  Sur ce champ d'intervention sociale et les métiers qui le constituent, voir notamment Francis Lebon, Les animateurs socioculturels, Paris, La Découverte, 2009 : http://lectures.revues.org/4189

2  Voir le site de l'association : http://www.naje.asso.fr/

3  Ex ESC Grenoble, rebaptisée « Grenoble Ecole de Management » (sic)…

4  L'ouvrage désormais classique de Luc Boltanski et Eve Chiapello (Paris, Gallimard, 1999) sur la capacité du système capitaliste à s'adapter aux transformations sociales en métabolisant ses critiques, la dernière en date étant la « critique artiste » telle qu'exprimée entre autres par le mouvement étudiant de mai-juin 1968 pour le résumer rapidement.

5  Sur la structure particulièrement inégalitaire des « mondes de l'art » qui en fait un laboratoire de la précarisation générale, voir notamment Pierre-Michel Menger, Portrait de l'artiste en travailleur, Paris, Seuil, 2003

6  Autrement dit, un double écueil concernant les effets de ce type d'intervention entre d'une part celui d'une « catharsis » qui permet de rééquilibrer le système social sans le changer, et de l'autre un « effet de rupture » qui déséquilibre le système sans proposer de moyen de le transformer à court terme.

7  Voir son site : http://www.bataclown.com (et ses publications : http://www.bataclown.com/spip.php?rubrique20)

8  Fortement ritualisé et usant de constantes mises en scène, on pourra noter du reste que la justice nourrit déjà de fortes affinités avec le théâtre, comme l'a bien montré notamment Antoine Garapon (voir notamment Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Paris, Odile Jacob, 1997)

9  Sur le principe de ces stages mis en place en 2004 présenté par cette association, voir : http://www.avocats-bobigny.com/uploadsnossites/docs/site2007/dialoguecitoyen.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jérôme Dubois, Les Usages sociaux du théâtre hors ses murs. École, entreprise, prison, hôpital, etc. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 octobre 2011, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6634

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page