Navigation – Plan du site

Xavier Leflaive, Repenser l’entreprise et la gestion Un enjeu de société

Guillaume Arnould
Repenser l'entreprise et la gestion
Xavier Leflaive, Repenser l'entreprise et la gestion. Un enjeu de société, Paris, Economica, coll. « Gestion », 2011, 158 p., ISBN : 9782717860788.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un livre qui est à la fois court et d’une densité remarquable. Il s’agit d’une véritable introduction en langue française à un courant de sciences de gestion : « les études critiques en management ». Une approche qui s’inspire de la démarche généalogique du philosophe Michel Foucault et qui ne prend pas le management pour un corpus de techniques neutres permettant de gérer au mieux les entreprises. Il faut, bien au contraire, questionner la manière dont les problématiques et les outils de la gestion finissent par s’imposer dans la pratique et dans les discours des acteurs sociaux. On note bien évidemment que le management déborde aujourd’hui de son champ initial pour proposer sa démarche au-delà de l’entreprise, dans les organisations publiques notamment, et que c’est pourquoi l’auteur estime primordial de « repenser » la gestion.

2Xavier Leflaive porte ce projet atypique et semble assez bien l’incarner : formé à la fois en gestion et en sociologie, il a travaillé comme consultant, et est à présent en poste à l’OCDE tout en étant professeur associé. Cette proximité avec les problématiques intellectuelles qu’il aborde se ressent dans son analyse et c’est tout à fait appréciable. L’auteur nous livre en effet trois clés de lecture de la place du management dans les sociétés. Il expose dans un premier chapitre assez scolaire les trois grandes théories alternatives qui permettent de penser l’entreprise et la gestion : la rationalité limitée ; les coûts de transaction et l’économie des conventions. Dans le deuxième chapitre, Xavier Leflaive défend avec beaucoup de qualités l’idée qu’il faut étudier les organisations comme des « systèmes sociaux réflexifs », ce qui signifie que les entreprises, les administrations, les associations … analysées racontent une histoire (storytelling) et cherchent à présenter la réalité sociale qu’elles vivent de manière à la dominer. Enfin dans un troisième et dernier chapitre, toutes les grandes problématiques modernes ou non du management sont passées à la moulinette critique.

3Au terme de l’ouvrage, le lecteur subit les risques classiques des introductions : soit il pense n’avoir pas appris grand-chose ; soit il se trouve face à une tâche immense d’approfondissement devant l’ampleur du défi intellectuel. C’est bien évidemment la deuxième option qui s’impose ici, le développement du management est en effet disséqué sur le plan théorique par trois courants qui en ont fourni les critiques les plus solides. En effet, quand la théorie économique n’a proposé qu’une microéconomie sommaire de l’entreprise, plusieurs auteurs ont voulu montrer qu’on ne pouvait réduire la gestion à l’allocation de ressources visant à maximiser le profit au moindre coût. On retrouve ainsi le questionnement de bon sens de l’économiste Ronald Coase : si le marché est supérieur à l’entreprise, pourquoi y-a-t-il donc autant d’entreprises dans la vie économique ? Leflaive ne livre pas un traité de théorie des organisations et ne va donc pas puiser dans toute la riche littérature critique de la vision économiciste, il propose simplement trois théories solides ayant la plaisante particularité d’être pluridisciplinaires.

4Repenser l’entreprise et la gestion s’appuie ainsi sur la théorie de la rationalité limitée, défendue et approfondie par Herbert Simon. Face à la rationalité parfaite de la théorie économique, Simon propose une vision plus réaliste : celle où les individus ne font pas le choix optimal qui nécessite des capacités cognitives trop développées, mais où un choix satisfaisant va guider l’action des individus. Cette vision permet de mettre en valeur les rôles clés des décideurs à tous les niveaux. Dans son entreprise, Xavier Leflaive mobilise également la théorie des coûts de transaction qui en vient à considérer l’entreprise comme un nœud de contrats, une institution qui peut être plus efficace que le marché dans certaines conditions de l’environnement économique, car elle réduit les coûts liés à l’incertitude des échanges. L’auteur estime clairement que cette approche ne permet pas de repenser la gestion, même si elle en améliore la compréhension. Enfin dans la partie théorique, c’est l’apport original de l’économie des conventions qui est mis en avant. Les travaux de Laurent Thévenot, Luc Boltanski ou Eve Chiapello deviennent une référence pour analyser la manière dont le management s’impose dans la société, en prenant appui sur les processus de justification par lesquels les individus s’engagent dans la vie économique et sur la manière déroutante dont le capitalisme se nourrit des critiques qui lui sont faites.

5Saluons au passage la lecture attentive et non réductrice de ces théories économiquement hétérodoxes par l’auteur, mais notons également la place réduite de la tradition française de critique de la gestion. Comme le rappelle en miroir la préface d’Hugh Willmott, grand spécialiste britannique des études critiques en management, et le reste de l’ouvrage, trop rares sont les travaux francophones s’emparant de ces problématiques. L’ouvrage sur Les études critiques en management publié sous la direction de Damon Golsorkhi, Isabelle Huault et Bernard Leca aux Presses de l’Université de Laval en 2009 reste une exception. Les travaux isolés de quelques chercheurs novateurs ne sont pas encore fédérés dans une véritable école, ce qui est regrettable même si une pensée complexe et pluridisciplinaire se développe, notamment dans le cadre de la socio-économie.

6Car c’est bien en sociologue que l’auteur nous invite à nous pencher sur l’impact du management dans les sociétés. Approfondissant la pensée de son directeur de thèse, Anthony Giddens, et puisant dans une sociologie d’inspiration interactionniste (on croit lire des idées que l’ethnométhodologie aurait pu défendre) Leflaive invite à se défendre contre le storytelling des organisations avec trois concepts : la réflexivité pour questionner l’histoire qui nous est racontée ; l’accountability pour toujours garder en tête l’idée que les organisations rendent des comptes aux sociétés dans lesquelles elles évoluent ; et la situation qui insiste sur le contexte social. Ainsi pourvu de cet outillage intellectuel, on peut analyser un trait marquant de la pensée managériale : la succession des modes. En effet depuis les années 60 de nombreux concepts clés sont proposés par les sciences de gestion pour révolutionner le management mais n’aboutissent que rarement en réalité (ou sont déjà remplacés par le concept suivant) : toyotisme, qualité totale, empowerment, downsizing

7Dans le troisième chapitre, l’auteur étudie dans un inventaire à la Prévert certaines de ces modes, afin d’illustrer sa démarche et d’inviter les auteurs en sciences sociales et en sciences de gestion à faire de même. Ainsi le marketing, le management des savoirs, la comptabilité, la gestion des ressources humaines, le développement durable ou la responsabilité sociale et environnementale deviennent des objets d’études qui montrent à la fois les attentes d’une société et les évolutions de la demande sociale face aux réponses plus ou moins originales des organisations. En effet celles-ci se contentent parfois de produire un discours, mais en général elles adoptent des pratiques qui vont modifier la manière dont sera perçu le problème au niveau des sociétés. Au final, l’auteur arrive à la même conclusion que les sociologues de la performativité, mais par une démarche distincte : aucune science ne peut être pensée comme neutre. Elle s’inscrit dans la société, est influencée par elle et cherche à l’influencer en retour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Xavier Leflaive, Repenser l’entreprise et la gestion Un enjeu de société », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6685

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Professeur agrégé d'Economie gestion - Classe préparatoire ENS Cachan - Lycée Gaston Berger - Université Lille 1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page