Navigation – Plan du site

Eyal Sivan, Jaffa. La mécanique de l'orange

Laure Célérier
Jaffa
Eyal Sivan, Jaffa. La mécanique de l'orange, Momento films, 2009.
Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières années, les appels au boycott des produits estampillés ‘Jaffa’, associés à la colonisation israélienne, ont fait grand bruit, certains voyant dans cet acte de non-violence une énième manifestation d’un antisémitisme mal déguisé en un antisionisme à peine voilé. Alors que les orangers ont disparu des paysages de Jaffa, ville autrefois prospère, devenue un quartier de Tel Aviv, il est temps de se pencher sur la production des oranges, sur l’évolution de leur label, et enfin, sur le devenir des Palestiniens autrefois associés à la culture des orangeraies de Jaffa.

2Le documentaire d’Eyan Sivan, intitulé La mécanique de l’Orange, paru en 2009, propose un voyage dans le temps, à la recherche de l’histoire des oranges de Jaffa. Déconstruisant la représentation officielle de l’Etat israélien tant retenue en Occident, ce long métrage, extrêmement riche de recherches historiques et d’analyses contemporaines, parvient autant à nous emporter vers les senteurs merveilleuses des orangeraies disparues, qu’à nous laisser le goût amer d’une destructrice violence d’Etat.

3Les Juifs, dès leur arrivée massive en Palestine, auraient permis à une terre aride et abandonnée de retrouver une fertilité trop longtemps négligée. Qui n’a pas entendu cet argument, usé jusqu’à la corde et pourtant bien faible, pour légitimer la création de l’Etat d’Israël sur les terres palestiniennes? Dans cette perspective, les orangers de Jaffa ont été présentés comme le fruit d’un dur labeur des Juifs pour faire à nouveau fleurir la Terre Sainte. Cette dernière aurait ainsi été, jusqu’au début du vingtième siècle, une terre vierge, attendant la conquête occidentale comme la promesse d’un salut modernisateur apportant « le progrès dans la désolation ». Ces représentations ont été alimentées par une iconographie rigoureusement contrôlée : les photographies envoyées en Occident corroborent cette vision. Cette dernière semble davantage relever d’une propagande sioniste, chrétienne et occidentale, visant à légitimer la création d’Israël, à conformer la Terre Sainte aux textes bibliques représentant une terre désertique, et à reproduire la mythologie moderne de la conquête de nouveaux mondes, comme un nouveau Western. Les recherches historiques mettent à mal cette vision. Les orangers étaient souvent le fruit d’une collaboration, aujourd’hui oubliée, entre Chrétiens, Musulmans et Juifs, bien avant l’arrivée des Sionistes. Ils auraient été réappropriés, dès les années 1920-1930, par des Juifs fraîchement et massivement installés, évinçant les Palestiniens. Dès les années 1930, la conflictualité devient ouverte entre Juifs et Arabes, tant les équilibres établis sont bousculés. Alors que, suite à la création de l’Etat d’Israël en 1948, seuls 5% des Palestiniens persistent à Jaffa, les orangers sont de fait, en grande partie, repris par les Juifs. L’orange devient un élément central dans la symbolique sioniste et incarne plus que jamais « la colonisation, la rédemption de la terre ». Mais aujourd’hui, sur fond de guerre israélo-palestinienne, nombre d’orangers de Palestine ont été arrachés par l’armée israélienne. Jaffa est devenue une marque, déposée en 1948, privatisée dans les années 1990, sous laquelle sont commercialisés des fruits produits un peu partout - sauf à Jaffa - en Afrique du Sud aussi bien que dans les colonies israéliennes. L’imaginaire sioniste a finalement été bradé aux forces du marché.

4Le documentaire dément largement la représentation officielle d’une Palestine quasi déserte, désolée avant l’arrivée des Sionistes puis la construction d’Israël. Cette déconstruction de l’histoire officielle est permise par un impressionnant travail d’archive, qui tisse les fils d’une histoire dont nous, Occidentaux, peinons trop souvent à saisir la substance. Images, extraits de documentaires, photos, peintures, sont analysées et commentées, par des chercheurs et des citoyens, témoins de l’histoire, des deux côtés du mur, et parfois avec des visions dissonantes. Une musique bien choisie, d’époques et de cultures diverses, accompagne les images. Dans le même temps, cette déconstruction offre la possibilité de la construction nouvelle d’une narration, d’une histoire commune aux Israéliens et aux Palestiniens. Cette narration, qui aujourd’hui fait défaut, empêche de bâtir un vivre ensemble, une communauté transcendant les différences ethniques et religieuses. A ce titre, proposer une lecture alternative aux discours officiels semble salutaire. Le défi est grand, tant la communication de guerre semble intimement liée à la constitution d’Israël.

5Comment peut-on aimer une terre et la maltraiter, la massacrer de la sorte, en arrachant ses orangers, en détruisant ses oliviers, en érigeant un mur défigurant le paysage? Cette question est posée par un intervenant, et n’obtient pas vraiment de réponse. La violence militaire et policière, exposée dans le documentaire, laisse un goût particulièrement amer, contrastant avec l’éveil des sens suscité par l’évocation des orangeraies disparues de Jaffa. L’impression reste de l’affirmation d’une virile violence d’Etat cherchant à dominer une terre, dans l’illusoire perspective de pouvoir mieux la posséder, dans l’impossible espoir d’y légitimer une présence que l’utilisation de cette même violence rend contestable, dans la vaine recherche de séparer deux peuples pourtant de facto rassemblés. Le sens de l’écho du titre au long-métrage de Stanley Kubrick saute aux yeux. Néanmoins, la violence, dans ce documentaire, semble trop se réduire à un camp juif, dont certains membres maltraitent des Palestiniens travaillant amoureusement leur terre. L’existence d’une collaboration harmonieuse entre Juifs et Arabes dans les orangeraies, du début à la fin du vingtième siècle, n’est certes pas occultée – le réalisateur veut au contraire dénoncer cette occultation dans les discours officiels ; mais l’utilisation de la violence semble circonscrite aux Juifs. Le documentaire n’aurait, semble-t-il, rien perdu à une représentation plus en nuance des relations à la terre et à la violence de ces deux populations.

6Le documentaire d’Eyal Sivan a été plusieurs fois primé, à Milan, Palerme ou encore Reus. On ne s’en étonne guère. Le réalisateur, sans sombrer dans un pathos pourtant largement compréhensible, parvient à souligner la complexité de la situation de cette terre trois fois sainte, meurtrie par les conflits, et déconstruit avec pertinence les représentations officielles habituellement retenues en Occident. En partant de l’orange pour questionner les discours historiques dominants sur la constitution d’Israël, Eyal Sivan choisit un angle original traité de manière convaincante et persuasive. Ce long-métrage sonne résolument comme un salutaire rappel de la nécessaire vigilance face à de nombreux discours historiques, constructions déterminés par des rapports de force issus de contextes donnés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Eyal Sivan, Jaffa. La mécanique de l'orange », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6686

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales, doctorante en sociologie et comptabilité à HEC.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page