Navigation – Plan du site

Jean-François Laé, Les nuits de la main courante. Ecritures au travail

Frédérique Giraud
Les nuits de la main courante
Jean-François Laé, Les nuits de la main courante. Ecritures au travail, Stock, coll. « Un ordre d'idées », 2008, 287 p., EAN : 9782234060494.
Haut de page

Texte intégral

1La main courante est un objet sociologique rebelle, inattendu. Surtout pour ses auteurs. S'il fallait trouver pour cette rentrée universitaire, un exemple pédagogique, pour expliquer à des étudiants, comment un objet devient redevable d'un questionnement sociologique, la main courante fera l'affaire. Peut-on trouver, en effet, un objet plus fragmentaire, discontinu ? Les faits et gestes rapportés dans une main courante ne sont pas ordonnés. La main courante est une simple suite d'incidents, de notations au vol et lues à la suite, sans indication complémentaire, leur sens fait souvent défaut, parce que ces notations elliptiques par construction, sont éminemment rapportées à un contexte géographique, social qui informe et donne sens aux commentaires. Document non officiel, la plupart du temps détruit au bout d'une période donnée, la main courante perd sa consistance lorsqu'elle est extraite du contexte dans lequel, elle a été écrite. Ainsi que les définit Jean-François Laé, ce sont des « écritures du non-lieu », parce que les évènements qui y sont relatés n'ont pas eu de suite. Comment faire alors, pour le sociologue, pour les faire sortir de leur indexicalité et de leur oubli ? Là se situe tout l'enjeu de l'ouvrage Les nuits de la main courante. Construire ce qui, au premier abord, paraissait anodin, et même sans intérêt, comme un espace de sens et de réflexion. Elever au rang d'objet d'étude sociologique, des écritures prédestinées à l'oubli et surtout au secret. La main courante est, en effet, réservée au strict contexte professionnel, à la lecture entre collègues d'un même service.

2L'auteur, professeur de sociologie à l'université de Paris VIII a étudié de manière approfondie les mains courantes de plusieurs espaces de travail, une cité HLM, un service d'alcoologie, un lieu de vie pour handicapés, un centre d'hébergement pour hommes à la rue, un service de milieu ouvert, une maternité. Toutes décrivent des gestes et des paroles prodigués à autrui, dans une relation de service à des personnes. Elles relatent des incidents, le chien d'un locataire de la cité HLM qui terrorise des voisins, des adolescents peu respectueux des espaces de vie collectifs, des boîtes aux lettres fracturées, l'alcoolémie de telle ou telle personne hébergée pour la nuit dans le centre d'accueil, la rechute d'un patient traité pour sa dépendance à l'alcool, les réactions du personnel soignant aux réclamations de la famille des patients, la dernière consigne pour la collègue du soir...Les mains courantes sont très descriptives, et diverses : elles vont des bobos aux médicaments, à la bouteille de Ricard confisquée, de l'usure des corps, à celle des matelas du centre d'hébergement, de l'attitude des patients aux sentiments de celui qui consigne par écrit. Ces écritures au travail font état des débordements rencontrés et par l'écrit informent les autres équipes soignantes, le gardien remplaçant...Par l'écrit, il s'agit de gérer l'évènement, de le contenir et prévenir les risques. La main courante est une aide pour le travail au quotidien, elle explicite des pratiques professionnelles et à ce titre, Jean-François Laé la considère comme une « modalité pour l'action ». Elle aide celui qui l'écrit, et contrôle les autres. Pour chacun des espaces de travail considérés, l'auteur resitue les écrits dans leur contexte, dispose pour le lecteur les éléments de compréhension de notes éparses.

3Jean-François Laé ne s'est pas contenté de lire et d'étudier les mains courantes en elles-mêmes. Si l'ouvrage est captivant, c'est bien parce que l'auteur fréquente assidûment les lieux dont il traite. « Le déchiffrement de ces écritures serait vain sans une observation ethnographique et une connaissance approfondie du milieu dans lequel elles se réalisent (page 25). L'enquête débute aux alentours de 1999, mais l'auteur était déjà, sans en avoir conscience sociologiquement, familier de ces écritures. Son expérience comme éducateur dans les structures de l'Aide sociale à l'enfance l'avait mené à rédiger de pareilles notes, pour son collègue que le relevait de ses fonctions en début de semaine. Ce que l'observation apporte, en plus du travail de déchiffrement des écritures, c'est le contexte qui leur fait, défaut originellement. Mais plus que cela, c'est un regard en contrepoint qui éclaire les silences, les omissions des notes. Le regard intérieur est l'étape essentielle de la compréhension des mains courantes, puisqu'écrites à destination d'un professionnel du service, relevant parfois de la confidence professionnelle, elles s'éclairent par l'action.

  • 1 Selon le titre que l'auteur donne du chapitre 7 de l'ouvrage, « Une sociologie des écritures mineur (...)
  • 2 Dardy, Claudine, Identités de papiers, Paris, Lieux communs, 1990.
  • 3 Lahire, Bernard, La raison des plus faibles. Rapports au travail, écritures domestiques et lectures (...)
  • 4 Fabre, Daniel, Ecriture ordinaire, Paris, Centre George Pompidou/POL, 1993.
  • 5 Fraenkel, Béatrice, La Signature. Genèses d'un signe, Paris, Gallimard, 1982.
  • 6 Laé, Jean-François, Les nuits de la main courante, p. 258.
  • 7 Idem, p 261.
  • 8 Idem, p 263.

4L'objectif réussi du livre de Jean-François Laé est de montrer l'importance que revêtent les « écritures mineures »1. Il se situe ainsi dans la lignée des travaux de Claudine Dardy2, de Bernard Lahire3, Daniel Fabre4, Béatrice Fraenkel5. A la croisée des mondes professionnels et ordinaires, les mains courantes décrivent la relation entre les engagements professionnels et personnels. Le dernier chapitre, très dense, livre de façon très stimulante des éléments de compréhension de l'ensemble des chapitres. Il pose les grandes lignes d'analyses, montrant que l'écriture de la main courante a pour caractéristique d'être « brute ». La main courante livre une écriture « telle quelle »6, puisqu'elle se résume souvent à la transcription des mots des personnes prises dans l'action. Ecrite dans l'urgence, la main courante est également une « écriture de décompression »7, le texte absorbe et amortit l'évènement. En tant que telle, elle joue le rôle d'une « police des pratiques »8. La plupart des signalements dans les mains courantes ne trouveront pas de suite évènementielle, l'écriture a prévenu les conséquences, mais elle suffit le plus souvent à désamorcer la crise. Au total, Jean-François Laé livre avec Les nuits de la main courante, un ouvrage séduisant, riche en hypothèses de travail.

Haut de page

Notes

1 Selon le titre que l'auteur donne du chapitre 7 de l'ouvrage, « Une sociologie des écritures mineures », p. 248.

2 Dardy, Claudine, Identités de papiers, Paris, Lieux communs, 1990.

3 Lahire, Bernard, La raison des plus faibles. Rapports au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Lille, PUL, 1993.

4 Fabre, Daniel, Ecriture ordinaire, Paris, Centre George Pompidou/POL, 1993.

5 Fraenkel, Béatrice, La Signature. Genèses d'un signe, Paris, Gallimard, 1982.

6 Laé, Jean-François, Les nuits de la main courante, p. 258.

7 Idem, p 261.

8 Idem, p 263.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Jean-François Laé, Les nuits de la main courante. Ecritures au travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 09 octobre 2008, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/669

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page