Navigation – Plan du site

« L'évaluation : contextes et pratiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n°189, septembre 2011

Antoine Idier
L'évaluation : contextes et pratiques
« L'évaluation : contextes et pratiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n°189, septembre 2011, 103 p., Seuil, ISBN : 9782021040234.
Haut de page

Texte intégral

1Une illustration et une citation donnent le ton de ce dernier numéro des Actes de la recherche en sciences sociales. L'illustration est celle de couverture : un oeil, qui, dans la lignée des représentations de Big Brother, symbolise l'impression d'une surveillance permanente que donne la généralisation des dispositifs d'évaluation. Quant à la citation, elle est du pédagogue Célestin Freinet : celui-ci explique que « la meilleure méthode, ce n'est pas celle qui se défend le mieux du point de vue théorique, intellectualiste ou scolaristique, mais celle, qui à même les enfants, à même le travail, donne, avec un maximum de réussite, les moissons les plus efficaces. »

  • 1 « Pour une sociologie critique des dispositifs d'évaluation », Sandrine Garcia et Sabine Montagne.

2Ce numéro de la revue se propose en effet d'étudier les « effets » de l'évaluation et de défendre, comme l'expliquent Sandrine Garcia et Sabine Montagne en ouverture, une « sociologie critique des dispositifs d'évaluation »1. Les contributions réunies ne proposent pas de considérer les pratiques d'évaluation depuis un point de vue moral (qui pourrait par exemple dénoncer l'évaluation comme une forme de « raison instrumentale » produite par le néo-libéralisme), mais, bien au contraire de « prendre au sérieux les objectifs d'efficacité, sans oublier le point de vue de ceux auxquels les services sont dispensés ». Loin de défendre les politiques d'évaluation, la revue souligne ainsi qu'il convient d'accorder du crédit à certains principes défendus par l'évaluation, notamment l'efficacité, en particulier dans le souci de combattre les inégalités entre groupes sociaux.

3La revue entend poser ainsi la question de l'efficacité des dispositifs d'évaluation au prisme d'impératifs de service public et de leurs effets sur les activités professionnelles, en regardant notamment la manière dont ces dispositifs sont reçus par ceux qui travaillent : « le phénomène de l'évaluation peut donc être examiné à partir de cet écart entre effet concret  ex post et objectif théorique ex ante, entre contexte réel de l'implémentation et contexte posé par la justification théorique ». Il s'agit en somme de prendre l'évaluation à son propre piège, « d'évaluer l'évaluation ».

4Le premier dispositif d'évaluation étudié est un dispositif touchant les services d'urgences des hôpitaux publics. Dans ses travaux ethnographiques, Nicolas Belorgey s'intéresse aux dispositifs initiés par l'Agence d'audit des établissements de la santé2 : la réponse de l'agence à de nombreux « engorgements » dans les services d'urgence est la mise en place d'un indicateur inspiré de techniques de benchmarking, un indicateur de « temps d'attente et de passage ».

5Quels sont les effets d'un tel indicateur ? Nicolas Belorgey décrit la diversité de ces effets, aussi bien dans l'organisation de l'hôpital (il permet une revalorisation de la position des urgences dans la division du secteur hospitalier, ce qui explique en partie le soutien que lui apportent certains urgentistes) que dans le travail des agents, en montrant que l'application des nouvelles recommandations dépend de la trajectoire sociale des agents et de leur position dans la hiérarchie interne. Enfin, à partir de calculs étudiant les « retours » (les patients qui avaient été réorientés mais qui reviennent de nouveau aux urgences), Nicolas Belorgey met en évidence une dégradation de la qualité de la prise en charge : l'incitation à diminuer le temps passé à soigner les patients s'accompagne ainsi de retours plus importants des patients, démontrant ainsi l'inefficacité du dispositif.

  • 3 « Gestion de la file d'attente et invisibilisation des précaires. Mensonge institutionnalisé dans (...)

6Il est également question de service public dans l'article que Pascal Martin consacre au dispositif d'accueil mis en place dans une Caisse primaire d'assurance maladie3. Destiné à réduire la file d'attente, le dispositif distingue différentes catégories d'usagers selon leur demande et la durée de résolution de celle-ci.

7Comme le veut ce numéro des Actes, l'enquête interroge l'évaluation au nom de son efficacité sociale, en montrant que le dispositif mis en place à la CPAM a pour effet un « traitement différentiel » de l'accès au soin, accès qui est retardé pour les populations les plus déclassées.

8Si le sous-titre de l'article évoque un « mensonge institutionnalisé », c'est bien que « l'on fait comme si les chiffres traduisaient la réalité, alors qu'en fait on tend à réaliser les chiffres. » La prétendue amélioration de la qualité du service (par la réduction du temps d'attente) ne témoigne pas d'un meilleur service offert par la CPAM, mais d'une relégation et d'une invisibilisation de ses usagers les plus précaires, « en procédant à une sélection entre les catégories d'usagers les plus « aptes » à satisfaire les critères « d'efficacité » des agents et ceux qui sont « problématiques » ». Comme les autres contributions du numéro, l'article met ainsi l'accent sur la réception des dispositifs d'évaluation et sur les « relations de guichets », entre usagers et agents des services publics, montrant les résistances et les adaptations des agents. Dans le cas de la CPAM, alors que les agents anciens, plus expérimentés, socialement plus favorisés, se montrent plutôt critiques, l'évaluation trouve un accueil plus favorable chez les agents plus jeunes, recrutés dans des milieux sociaux proches des clients de la CPAM et semblant intérioriser davantage les discours institutionnels de responsabilisation des usagers.

9Le dossier se poursuit avec un article qui étudie les transformations du travail dans les chaînes hôtelières4. Dans un contexte de forte normalisation des prestations et des procédures, d'une formalisation exacerbée et d'une évaluation omniprésente, Sylvie Monchatre montre que l'évaluation a des conséquences distinctes selon les types d'emplois qu'elle vise : si elle peut contribuer à produire de nouvelles solidarités, elle exacerbe également la mise en concurrence entre employés.

  • 5 « Lectures critiques : Rémunération à la performance. Effets pervers et désordre dans les services (...)

10Une note de lecture expose les effets pervers d'un mode de rémunération à la performance des fonctionnaires5. Dans la mesure où celle-ci ne prend pas en compte les spécificités du travail dans les services publics (par exemple le nombre de tâches difficilement quantifiables, l'objectif d'égalité des usagers ou les motivations non monétaires des agents) en fixant des critères d'efficacité, l'adoption d'une telle rémunération se révèle finalement contre-productive.

  • 6 « Les portes fermées du journalisme. L'espace social des étudiants des formations « reconnues » », (...)

11Enfin, ce numéro des Actes de la recherche en sciences sociales se clôt par un article « hors thème » : consacré aux origines sociales et aux parcours scolaires des étudiants d'une école de journalisme (le Centre de formation des journalistes à Paris), il décrit la sélection sociale et l’homogénéisation des parcours des étudiants et conclut à une « élévation du droit d'entrée » dans le milieu journalistique6.

Haut de page

Notes

1 « Pour une sociologie critique des dispositifs d'évaluation », Sandrine Garcia et Sabine Montagne.

2 « Réduire le temps d'attente et de passage aux urgences », Nicolas Belorgey, <http://www.arss.fr/?p=4010>.

3 « Gestion de la file d'attente et invisibilisation des précaires. Mensonge institutionnalisé dans une caisse d'assurance maladie », Pascal Martin, <http://www.arss.fr/?p=4013>.

4 « Ce que l'évaluation fait au travail », Sylvie Monchatre, <http://www.arss.fr/?p=4016>.

5 « Lectures critiques : Rémunération à la performance. Effets pervers et désordre dans les services publics »
Maya Bacache-Beauvallet, <http://www.arss.fr/?p=4019>

6 « Les portes fermées du journalisme. L'espace social des étudiants des formations « reconnues » », Géraud Lafarge et Dominique Marchetti, <http://www.arss.fr/?p=4022>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Idier, « « L'évaluation : contextes et pratiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n°189, septembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6693

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page