Navigation – Plan du site

Bernard Lahire (dir.), Ce qu'ils vivent, ce qu'ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains

Denis Saint-Amand
Ce qu'ils vivent, ce qu'ils écrivent.
Bernard Lahire (dir.), Ce qu'ils vivent, ce qu'ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Archives contemporaines, 2011, 573 p., EAN : 9782813000507
.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Au sujet duquel je me permets de renvoyer à l’excellente note de lecture, précise et nuancée, de V (...)
  • 2  Ces contributions sont du reste prolongées par deux élégants addenda, signés par Roger Chartier et (...)
  • 3  Le chapitre consacré au cas de David Lodge (pp. 251-278) est cosigné par Julien Bertrand et Gaële (...)

1Dirigé par Bernard Lahire, l’ouvrage collectif Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent constitue le résultat de différentes applications d’une méthode de « biographie sociologique » élaborée en grande partie par le professeur de l’ENS de Lyon et présentée par ses soins dans le texte liminaire de ce volume. Suivant ce dernier, on découvre treize articles, auxquels doit être articulé le récent travail de Lahire sur Kafka1, consacrés à des cas aussi variés qu’attrayants, — de David Lodge à Amélie Nothomb, en passant par Lovecraft, Zola et John Fante (tous choisis pour la possibilité de réaliser une enquête sociologique à leur sujet autant que pour l’intérêt particulier qu’ils suscitent chez les chercheurs ici rassemblés) —, qui visent à défendre et illustrer l’intérêt d’une démarche interrogeant les « mises en scène littéraires du social et [les] expériences socialisatrices des écrivains » (le sous-titre du volume)2. Treize articles pour quatorze sociologues3, doctorants et jeunes chercheurs, tous proches du laboratoire lyonnais de Lahire et/ou membres de l’équipe Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations que ce dernier dirige au centre Max Weber : en cela, ce volume, au-delà de l’intérêt de la démarche qu’il préconise et de la valeur des contributions qu’il contient, se révèle non seulement le témoignage de la formidable activité de Lahire, mais aussi la preuve de ses talents de formateur.

  • 4  Lequel, on s’en souvient, se moquait franchement, en ouverture des Règles de l’art, de la croyance (...)

2En tant que métronome de ce volume, affirmant que les différentes contributions réalisées l’ont été « à partir d’une problématique et d’une démarche communes plutôt qu’en laissant à chacun le soin de construire son objet en fonction de présupposées “spécificités” de son matériau ou de son cas » (p. 12), l’article introductif est celui qui impose le commentaire en ce qu’il définit les prolégomènes à une « science de la création littéraire » (p. 32). Cette dernière se présente comme une forme de contre-sociologie des champs et prend à revers la vision bourdieusienne du primat du collectif, dans le sens où elle se fonde sur l’idée qu’on ne peut rendre compte de la nécessité de singularité des créateurs en rattachant les créations de ces derniers à « des “épistémès”, des “époques”, des “milieux” ou des contextes socio-historiques plus larges de “représentations collectives” » (p. 20). Pour autant, explique Lahire, il ne s’agit pas de refuser la prise en compte de contextes plus larges dans lesquels s’inscrit l’individu, mais de les considérer pour la façon dont ceux-ci sont « réfractés dans une expérience individuelle » (p. 20). On voit bien ce qu’un tel projet possède de fondamentalement romantique, qui, sans aller jusqu’à faire du créateur un Génie, n’en sacralise pas moins son point de vue spécifique, exceptionnalisé. En cela, le projet de Lahire peut se défendre qui, bien qu’opposé à la sociologie littéraire héritière des travaux de Pierre Bourdieu4, trouve notamment à dialoguer avec certains travaux de Jacques Dubois (tels son Stendhal ou ses toutes récentes Figures du désir), accordant un statut d’exception à certains écrivains et refusant une distance critique totale et trop austère.

  • 5  Bernard Lahire (dir.), Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La (...)

3Dans ce texte introductif, Lahire en profite également pour exposer, comme dans l’ouvrage qu’il a dirigé à propos de l’héritage de Bourdieu5, les dettes qu’il a contractées à l’égard de différents auteurs et prendre ses distances avec d’autres. Le sociologue le fait parfois au moyen d’une évaluation lapidaire de ses prédécesseurs, dont les travaux sont diminués pour valoriser par contraste ses propres apports. Ainsi l’extrait suivant, qui réduit de façon pratiquement caricaturale l’œuvre de Pierre Bourdieu : « À force d’étudier les créateurs comme des « agents » qui se positionnent par rapport à (créent avec et contre) d’autres auteurs (vivants ou morts), mettent en œuvre des stratégies et luttent pour la reconnaissance littéraire, on a presque fini par oublier que, avant d’être de tels « agents », ils ont d’abord et avant tout ressenti le « besoin » (socialement constitué), parfois même l’impérieuse nécessité, d’écrire et de « dire » des choses, de « témoigner » ou de « faire travailler » les schémas de leurs expériences, bref, de transposer dans l’ordre littéraire des éléments de ce qu’on peut appeler leur problématique existentielle (p. 16) ».

4La locution finale de cet extrait, du reste, peut intriguer : en parlant de « problématique existentielle », mais aussi en citant l’anthropologue Marianne Gullestad, l’écrivain Pascal Mercier et Gilles Deleuze, tout en faisant dialoguer ce petit monde avec Max Weber ou Lucien Goldmann, Lahire déborde fréquemment des cadres de la sociologie pour lorgner du côté de la philosophie et, surtout, de la psychologie sociale. On pourra éventuellement tenir ces convocations hétérogènes pour une forme d’interdisciplinarité bien à la mode, mais on pourra aussi les considérer comme des indicateurs d’une sociologie prospective, soucieuse de sortir des sentiers battus et d’inquiéter les modes de fonctionnement habituels de la discipline plutôt que de les laisser ronronner.

5Quant aux différentes applications, fort bien documentées, de cette démarche, si elles ne sont pas toutes égales (quelques-unes versent parfois naïvement contre les écueils que Pierre Bourdieu avait pourtant illuminés de ses contre-feux en brûlant les travers de l’illusion biographique), certaines valent très certainement le détour, qui parviennent à faire voir plus que de simples reflets de l’homme dans l’œuvre. Ainsi de cette lecture de L’Enfant par Aurélien Raynaud (pp. 139-175), qui a le bon goût de postposer une étude biographique croisée de Vallès et Vingtras à l’analyse en contexte, minutieuse, des rapports de domination symbolique qui se font jour dans le premier volet de la célèbre trilogie ; de la mise en lumière, par Laure Flandrin, des mécanismes de déformation comique qui permettent de brouiller les frontières de la trajectoire du personnage de Solal et d’Albert Cohen (pp. 317-368) ; ou de l’exploration, menée par Géraldine Bois, des ambivalents échanges et rencontres inter-classes qui émaillent l’œuvre de Marguerite Duras, efficacement articulés par la sociologue à une position intenable et un sentiment de déclassement vécues par l’auteure de Moderato Cantabile (pp. 401-437).

6Une remarque ultime, à la lecture de ce volume peut-être pas unanimement persuasif mais très certainement stimulant, tiendrait au traitement du corpus étudié par les différents chercheurs. Si Lahire, héritier en cela du Sartre de Qu’est-ce que la littérature ?, choisit, en s’en justifiant dans l’introduction du recueil, d’écarter la poésie des matériaux fictionnels, une réflexion sur les auto-discours des auteurs étudiés mériterait assurément d’être menée, qui permettrait de faire le départ entre journaux intimes, types d’interviews (en fonction du lieu et du médium, à tout le moins) et autres autobiographies, et, éventuellement, sur les enjeux et mises en scène qu’impliquent ces déplacements.

Haut de page

Notes

1  Au sujet duquel je me permets de renvoyer à l’excellente note de lecture, précise et nuancée, de Valérie Stiénon, publiée sur cette même plateforme : « Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire », dans Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 24 août 2011. URL : < http://lectures.revues.org/6153 >

2  Ces contributions sont du reste prolongées par deux élégants addenda, signés par Roger Chartier et par Patrick Boucheron, qui interrogent les possibilités d’une représentation du social avant le XIXe siècle — respectivement à travers une lecture en contexte de Georges Dandin, comédie-ballet moliéresque jouée la première fois en 1668, et une mise au jour des jeux de voilement/dévoilement des réalités sociales permises par la novellistica italienne à la fin du Moyen Âge.

3  Le chapitre consacré au cas de David Lodge (pp. 251-278) est cosigné par Julien Bertrand et Gaële Henri-Panabière.  

4  Lequel, on s’en souvient, se moquait franchement, en ouverture des Règles de l’art, de la croyance de Danielle Sallenave en une littérature « qui traite toujours de l’homme singulier, dans sa singularité absolue ».   

5  Bernard Lahire (dir.), Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Bernard Lahire (dir.), Ce qu'ils vivent, ce qu'ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 novembre 2011, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6706

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page