Navigation – Plan du site

Moïse Tsayem-Demaze, Géopolitique du développement durable. Les Etats face aux problèmes environnementaux internationaux

Dimi Theodore Doudou
Géopolitique du développement durable
Moïse Tsayem-Demaze, Géopolitique du développement durable. Les États face aux problèmes environnementaux internationaux, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact Géographie », 2011, 234 p., ISBN : 9782753514225.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage est structuré en trois parties et 11 chapitres. La première partie expose quatre problèmes environnementaux, à savoir les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité, la déforestation et la désertification : des préoccupations mondiales majeures. Elle comprend quatre chapitres respectivement rattachés aux problèmes identifiés.

2Dans le premier chapitre consacré aux changements climatiques, est expliqué le mécanisme du réchauffement de la terre dans ses dimensions « naturelle » et « anthropique ». La controverse relative au rôle des activités humaines dans la production des gaz à effet de serre y est exposée, ainsi que les solutions envisagées par les Etats en termes d’ « atténuation » et d’ « adaptation ».

3Le second chapitre s’intéresse à l’érosion de la biodiversité. Ici, comme pour le changement climatique, la notion de biodiversité est d’abord définie. Elle est présentée comme un ensemble intégrant à la fois les gènes, les espèces et les écosystèmes au sein de la biosphère. Ensuite, elle est décrite sous deux formes, l’une d’origine naturelle qui renvoie aux divers écosystèmes et les « formes de vie » qu’ils contiennent, et l’autre d’origine anthropique liée notamment aux modifications apportées par la domestication des espèces et à l’avènement des biotechnologies. Ce chapitre fait aussi le point de la répartition de la biodiversité sur la terre et dresse une typologie des différents espaces et pays en fonction de leur dotation en espèces animale et végétale. Il ressort que les zones intertropicales sont mieux nanties en biodiversité que les régions tempérées. Certains concepts tels que « hauts lieux de biodiversité », « pays de méga diversité », « pays d’endémisme élevé », « points chauds de la diversité biologique », « zones rouges » sont utilisés pour distinguer les aires écologiques selon que celles-ci sont fortes en biodiversité, riches en espèces et milieux spécifiques ou qu’elles sont menacées. Le chapitre s’achève par un exposé sur les mécanismes d’appauvrissement de la biodiversité, que ceux-ci soient naturels : effets de la température, des précipitations, etc. ; ou anthropiques : exploitation des écosystèmes par l’Homme en vue de s’approvisionner en « ressources alimentaires », développer des « pharmacopées traditionnelles », obtenir des « ressources vivantes à usage domestique et industriel ».

4Quant au troisième chapitre, il aborde la question de la déforestation. Les définitions des notions de forêt et de déforestation par les scientifiques et la FAO sont d’abord rappelées. Mais, le texte insiste surtout sur les contradictions inhérentes à ces définitions. Il note une variation des sens donnés à ces termes en fonction des zones géographiques. Il invite par conséquent à une prudence dans l’utilisation des statistiques sur les forêts et la déforestation. Ensuite, les différences entre zones tempérées et zones intertropicales en matière de couvert forestier et de déforestation sont mises en évidence. Les dernières citées sont présentées comme enregistrant les plus fortes destructions de surfaces forestières. Des théories explicatives de la déforestation sont aussi mentionnées dans ce chapitre. Il s’agit de la théorie malthusienne qui relie la dégradation de l’environnement à une forte croissance démographique, et à laquelle s’oppose le courant « antimalthusien » fondé sur la thèse de Boserup. La modélisation, est présentée comme un outil permettant de combler les insuffisances de ces théories dans leur tentative de cerner le phénomène de la déforestation dans sa globalité. Cela, grâce à la prise en compte des paramètres et processus variés qui influencent le couvert forestier en milieu tropical, que ceux-ci soient économiques, historiques, socioculturels, etc. Elle est décrite dans ses dimensions empiriques (modèles fondés sur l’observation), mécaniste (les processus) et systémique (application de formules mathématiques aux processus complexes). Par ailleurs, l’examen des effets et enjeux de la déforestation réalisée dans ce chapitre, permet d’établir un lien entre ce phénomène, l’érosion de la biodiversité et le changement climatique. L’accent est mis d’une part, sur la perte des espèces animales, végétales et les types de forêt dans la zone intertropicale. D’autre part, l’attention est attirée sur l’accroissement des émissions de CO2 dans l’atmosphère, dus au brûlis de la forêt, entraînant ainsi une augmentation des gaz à effet de serre.

5Enfin, le quatrième chapitre examine le problème de la désertification. Il est d’abord présenté comme un phénomène naturel avant d’être anthropique. L’auteur se livre à un plaidoyer pour une plus grande considération de la désertification dans les rencontres internationales. Il montre la position centrale qu’occupe la désertification dans la survenue ou l’aggravation des autres grands problèmes environnementaux. Les mécanismes naturels (faible pluviométrie, sécheresse) et anthropiques (coupe de bois, agriculture, irrigation, élevage, sédentarisation autour des points d’eau) sont exposés dans ce chapitre. Il y est également fait mention de l’ampleur de la désertification, avec des chiffres montrant les continents africain et asiatique comme les zones les plus touchées. Quant aux effets et enjeux de la désertification, il est question de savoir de la désertification et de l’érosion de la biodiversité, lequel des deux est la cause et lequel est l’effet. De même pour la désertification et le changement climatique (réchauffement de la terre). Une conclusion tirée de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire (2005) est mentionnée. Celle-ci souligne une relation de cause à effet entre l’érosion de la biodiversité et la désertification, puis une autre relation de cause à effet entre la désertification et le changement climatique.

6La deuxième partie de l’ouvrage, retrace le rôle de l’ONU dans l’avènement du développement durable et effectue une analyse critique de la conception Onusienne de ce concept. Elle comporte aussi quatre chapitres. Le premier, s’intéresse au lien entre « l’ONU et l’émergence du développement durable ». Ici, sont passées en revue les grandes rencontres et les décisions internationales ayant concouru à l’avènement du développement durable. On y voit comment l’on est passé progressivement du concept de « Ecodéveloppement » à celui de « Développement durable ». Un point des critiques du développement durable en tant que concept est également fait, ainsi qu’une mise en évidence des contradictions relatives à cette notion telle que pensée par l’ONU. Une insistance est faite sur les imprécisions des textes Onusiens et leur conséquence qui est d’approfondir les clivages entre les pays du Nord portés sur l’environnement et ceux du Sud captivés par le développement. Toute chose qui met en mal la marche vers le développement durable, entendu comme un développement écologiquement viable.

7Le deuxième chapitre de cette seconde partie, analyse les « controverses internationales sur l’environnement ». On y trouve une revue critique de trois conventions internationales et de deux protocoles. Il s’agit des conventions sur les changements climatiques, la diversité biologique et sur la lutte contre la désertification dans les pays touchés par la sécheresse, et des protocoles de Kyoto et de Carthagène. L’auteur dresse un point critique des ratifications de chaque traité : seulement 134 pays avaient ratifié l’ensemble des trois conventions et des deux protocoles à la date du 1er janvier 2008. Il décrie la faiblesse de l’engagement des Etats, en particulier les Etats-Unis, la prédominance des priorités nationales sur celles internationales, et un déséquilibre en faveur des pays émergents.

  • 1  Indice de développement humain
  • 2  Empreinte écologique

8Dans le troisième chapitre, est abordée la question des « désaccords Nord-sud ». Les contradictions existant au niveau du clivage Nord-Sud, renforcé par le protocole de Kyoto et la convention sur le changement climatique, sont mises en évidence. La démonstration s’appuie sur l’IDH1 un indicateur économique, et l’EE2 un indicateur d’environnement. À partir de l’analyse d’une représentation graphique fondée sur ces deux indicateurs, sont dégagées les conditions à réunir, pour réduire ce clivage et parvenir au développement durable tant dans les pays du Nord que dans ceux du Sud. Celles-ci varient selon qu’il s’agit des pays développés (ils doivent se détourner du développement tel qu’ils le pratiquent et s’orienter vers le développement durable par l’accroissement de leur EE) ou des pays en développement (ils sont appelés à accroître leur IDH, donc à se développer, sans toutefois augmenter leur EE, c’est-à-dire sans nuire à l’environnement).

  • 3  Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation forestière, dans les pays en d (...)

9Le dernier chapitre est consacré à « l’accord de Copenhague et sa consolidation avec l’accord de CANCUN ». Chacun de ces accords est exposé et décrypté (nombre de pages, nombre de points ou articles, lien avec le protocole de Kyoto, etc.). En ce qui concerne l’accord de Copenhague, l’accent est mis sur l’innovation qu’il apporte, par la mise à jour de la REDD + 3avec financement par les pays développés. C’est l’aboutissement d’une longue lutte des pays forestiers organisés en coalition et appuyés par des pays émergents, notamment le Brésil, en vue de la prise en compte des forêts tropicales dans la lutte contre les changements climatiques. Une autre singularité de l’accord de Copenhague est soulignée : il s’agit de la mention des notions d’ « adaptation » et de « mitigation », évoquées également à l’endroit des pays en développement, et de l’interpellation des pays émergents quant à la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Toute chose qui contribue à assouplir le clivage entre pays développés et pays en développement. Par ailleurs, cet accord est décrit comme ayant marqué aux yeux du monde, l’éveil des pays émergents épaulés par les pays en développement, désormais publiquement engagés à servir de locomotive dans la lutte contre les changements climatiques. Cela, notamment par la prise d’engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la création de groupes de pression politiques et géopolitiques à même d’influencer les débats internationaux sur les changements climatiques, etc. En ce qui concerne l’accord de CANCUN, sa spécificité relevée dans ce chapitre, est l’accent mis sur le besoin d’adaptation et d’atténuation en plus de la RED. Mention est faite d’instances telles qu’un cadre et un comité pour l’adaptation, prévus dans l’accord, ainsi qu’un Centre international de recherche et de coordination sur l’adaptation.

  • 4  Mécanisme pour un développement propre

10La troisième partie de l’ouvrage, est consacrée à l’analyse de « la mise en œuvre des mécanismes internationaux de développement durable ». Elle comprend trois chapitres dont le premier se rapporte au MDP4. Il comporte une description de ce mécanisme dans ses principes et son fonctionnement. On y constate le dynamisme de sa mise en œuvre, à travers des statistiques sur la répartition des projets MDP dans le monde, montrant un avantage pour les pays émergents. Un accent est aussi mis sur la prise en compte des dimensions environnementales par le MDP. À ce sujet, il est fait cas d’un ascendant des intérêts économiques, susceptibles d’empêcher la prise en compte des exigences environnementales du protocole de Kyoto. Le second chapitre s’intéresse au « mécanisme de réduction de la déforestation ». Ici, est souligné comment la déforestation, un domaine négligé par les débats internationaux sur les changements climatiques, a soudainement émergé, et comment on assiste à une marchandisation poussée dans ce domaine, réduisant la REDD à un commerce international, au lieu que ce soit un mécanisme de préservation des forêts voire de l’environnement ainsi que du bien-être des communautés. Quant au troisième chapitre, il porte sur la « certification forestière ». Il s’agit principalement d’un passage en revue d’un ensemble de statistiques de deux organisations internationales majores en matière de certification forestière : le Forest Stewardship Council (FSC) et le Programme for Endorsement of Forest Certification (PEFC). Une comparaison de leurs résultats de certification, ainsi que la mise en exergue du climat de concurrence et de marchandisation dans lequel se déroule cette activité, est effectuée. Il est signalé une discrimination dans la répartition géographique des certifications, en défaveur des forêts tropicales. Une interrogation est soulevée, à savoir la faisabilité de la gestion forestière durable, vue l’incompatibilité des éléments que celle-ci cherche à concilier.

  • 5  Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat
  • 6  Union mondiale pour la nature
  • 7  Fonds Mondial pour la Nature
  • 8  Carbon Dioxide Information Analys Centre

11En définitive, l’ouvrage que nous propose Moïse Tsayem-Demaze, est d’un intérêt scientifique indéniable. C’est un ouvrage fort bien documenté, qui rend compte de l’actualité des débats sur les changements climatiques. En témoigne la diversité des sources des documents exploités : documents du PNUD, GIEC5, Millenum Ecosystem Assesment, World Conservation Monitoring Centre, UICN6, FAO, Evaluation des écosystèmes pour le millénaire, WWF7, CDIAC8, etc. ; textes des conventions et protocoles internationaux conçus sous l’égide de l’ONU ; ouvrages d’experts et de chercheurs s’intéressant à la question de l’environnement et des changements climatiques.

12Il a l’avantage d’être précis tant dans les définitions des concepts (changement climatique, forêt, déforestation, désertification, etc.) que dans la description de l’historique des rencontres internationales sur les préoccupations environnementales mondiales. Ici, les dates des conventions et des protocoles, le point de leurs ratifications, l’ambiance dans laquelle se sont déroulés les débats, les points clés des conclusions de ces réunions et même le nombre de pages des textes, sont des détails qui ne sont pas négligés par l’auteur.

13C’est un document bien illustré, comportant des cartes et figures et riche par l’analyse des statistiques relatives aux problèmes environnementaux abordés. Par ailleurs, l’ouvrage a cette singularité de formuler, par rapport à des questions spécifiques, un ensemble d’interrogations pertinentes permettant d’aiguiser, chez le lecteur, une certaine curiosité et un approfondissement de la réflexion sur les aspects abordés. À titre d’exemple, vers la fin du chapitre relatif aux changements climatiques, les interrogations formulées portent sur la capacité, d’une part, des sociétés humaines actuelles de changer le monde de sorte à parvenir à une réduction des émissions de gaz à effet de serre, et d’autre part, celle des responsables politiques nationaux et internationaux à prendre des « décisions concrètes » pouvant aider à réduire le réchauffement de la terre.

Haut de page

Notes

1  Indice de développement humain

2  Empreinte écologique

3  Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation forestière, dans les pays en développement.

4  Mécanisme pour un développement propre

5  Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat

6  Union mondiale pour la nature

7  Fonds Mondial pour la Nature

8  Carbon Dioxide Information Analys Centre

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimi Theodore Doudou, « Moïse Tsayem-Demaze, Géopolitique du développement durable. Les Etats face aux problèmes environnementaux internationaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 07 novembre 2011, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6717

Haut de page

Rédacteur

Dimi Theodore Doudou

Sociologue de la santé, université de Bouaké, Abidjan

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page