Navigation – Plan du site

Rémi Lefebvre, Les primaires socialistes

Jacques Le Bohec
Les primaires socialistes
Rémi Lefebvre, Les primaires socialistes. La fin du parti militant, Paris, Raisons d'agir, 2011, 174 p., EAN : 9782912107626.
Haut de page

Texte intégral

1Le petit livre rose de Rémi Lefebvre est paru à l'orée de la phase aiguë des élections primaires organisées par le parti socialiste français (PS). Désormais terminées avec l'investiture de F. Hollande, faut-il le considérer comme un livre de circonstance comme il en paraît tant, juste destiné à entretenir la notoriété de l'auteur et à le faire inviter dans les médias mainstream, et que l'on retrouve vite bradé par les soldeurs ? Son format étant de poche, faut-il induire qu'il s'agit d'un « petit » livre ? Croire cela serait une erreur : ce livre vaut bien au-delà du moment qui en a motivé la publication et du format sous lequel il se présente. Il semble même indispensable pour s'orienter lucidement en tant que « citoyen de base ». Son objet est de mettre au jour les causes du recours à la procédure des élections primaires pour désigner le candidat du PS à l'élection présidentielle de 2012. Pour ce faire, l'auteur, politiste spécialisé dans l'étude de ce parti, rappelle certains éléments d'analyse déjà exposés dans l'ouvrage publié avec Frédéric Sawicki (La société des socialistes. Le PS aujourd'hui, Croquant, 2006). Il aborde en quatre chapitres l'histoire de l'adoption des élections primaires, l'effet des structures internes, l'hétéronomisation de l'organisation et les conséquences jugées néfastes de cette récente évolution.

2R. Lefebvre dégage un certain nombre de constatations précieuses. Son fil rouge s'organise autour de l'idée d'une paradoxale dépolitisation du PS. On comprend mieux, à le lire, que l'adoption de cette procédure est un succédané à des transformations de ce parti surtout composé d'élus locaux gestionnaires. C'est un parti qui ne promeut plus le militantisme ni l'ancrage dans les classes moyennes et populaires. Les courants autrefois idéologisés sont devenus des écuries composées de courtisans et de groupies autour d'un champion. La quasi totalité des dirigeants a tourné le dos à tout espoir de transformation sociale et adhère à la vulgate libérale. Lors des primaires de 2006, le PS est devenu un parti de supporters visant la victoire quelle que soit l'option idéologique du candidat le mieux placé (par les sondeurs). Le traumatisme collectif du 21 avril 2002 est passé par là et structure en profondeur les stratégies, au point qu'on se demande (ce que ne fait pas R. Lefebvre) si le but est plus d'être au second tour que de l'emporter, pour sauver la face. Le but initial était aussi d'associer les partis « frères » pour n'avoir qu'un candidat de la gauche, la déperdition des votes au premier tour étant présentée comme l'explication unique de l'échec de L. Jospin, ce qui permettait de ne pas remettre en cause la capitulation idéologique et les reniements programmatiques de son gouvernement (seuls les radicaux de gauche ont accepté après avoir préservé leurs investitures pour les législatives). Cela est partie dû à l'absence de tout travail intellectuel de fond, externalisé dans des clubs de pensée. La défense des intérêts individuels prévaut sur celle des idéaux socialistes et débouche sur une personnalisation extrême de la compétition interne. Le projet du parti est devenu un accessoire décoratif. Le choix de désigner le candidat par des primaires ouvertes s'explique par les fraudes rituelles dans les sections et les fédérations, confirmées lors du congrès de Reims et de la désignation de la secrétaire nationale en 2008, qui ont finit de délégitimer la vie interne. Les primaires fermées étaient déjà le signe d'un épuisement de la formule de la cooptation stratifiée qui prévalait jusqu'alors (R. Lefebvre rappelle comment F. Mitterrand s'était joué de M. Rocard).

3Le consumérisme et l'externalisation dominent désormais. L'investissement militant ressort délégitimé (à quoi sert-il de payer une cotisation quand on ne vise pas de prébendes?). Concernant la procédure des primaires, les dirigeants du PS ont adopté des points de vue variables, avec des réticences fortes, mais les opposants ont été bon gré mal gré contraints de s'y résoudre, y compris M. Aubry et H. Désir. Le PS est analysé comme une organisation ectoplasmique, poreuse aux médias, externalisant l'expertise, vérolée par les fiefs locaux. Il assume son statut de parti de cadres (horizontal, notables) et laisse libre cours à la loi d'airain de l'oligarchie repérée par R. Michels il y a un siècle. R. Lefebvre montre comment le partenariat du think tank Terra nova, du rénovateur Arnaud Montebourg et des journaux Libération et Le Nouvel Obs a œuvré en faveur de cette réponse procédurale à l'impasse. Il fallait donc être particulièrement naïf pour croire dans le mélanchonnisme soudain d'A. Montebourg durant la campagne 2011 quand on sait les positions défendues par Terra nova (qui témoigna d'un racisme social en estimant qu'il fallait négliger la « cible » des électeurs des classes populaires), avec laquelle il avait publié un livre. Les primaires ouvertes témoignent donc d'une abdication des fonctions classiques des partis politiques classés à gauche (éducation populaire, promotion interne, vivier idéologique, solidarité et convivialité, etc.).

4Les analyses de R. Lefebvre peuvent être résumées avec trois « P » : personnalisation, professionnalisation, présidentialisation. Le PS est devenu très peu autonome vis-à-vis des sondeurs et des journalistes. La distance sociale entre élus et électeurs est devenue abyssale, si bien que les premiers en sont réduits à confier la connaissance des seconds à des entreprises de sondages malgré tous les reproches qu'on leur adresse ; la foi dans les chiffres des sondeurs est d'autant plus forte qu'ils n'ont pas le choix. Les dirigeants sont aussi en phase et reçoivent le soutien de certaines rédactions soucieuses de faire passe la droite pour la gauche, réduisant celle-ci aux droits de l'homme et à la morale, loin de la justice sociale et des services publics garants de l'intérêt général. L'auteur étudie la rhétorique modernisatrice et la sémantique de type marketing politique utilisées pour convaincre de l'inéluctabilité des primaires, en ringardisant tout autre option. Il rappelle les risques de ce choix, notamment en évoquant le « théorème de l'électeur médian » (les élections primaires favorisent le candidat qui défend les positions les plus à droite au sein du PS). En permettant à tous les citoyens d'y participer, on fait élire le candidat du PS par des électeurs du centre et de droite qui vont logiquement opter pour celui qui a peu de chances, une fois élu, de bousculer leurs intérêts sociaux. Mais le calendrier des primaires reste dépendant des intérêts stratégiques des acteurs (les reculer le plus possible pour permettre à DSK de candidater, par exemple). En plus des affinités idéologiques entre certains journalistes et les agents rénovateurs, il faut aussi signaler l'intérêt proprement commercial des journaux : les primaires alimentent la rubrique politique et stimulent les ventes. Malgré cette hétéronomisation, l'auteur signale que cette procédure ne fait pas disparaître totalement les logiques d'appareil ; ce n'est pas un hasard si ce sont les deux anciens grands manitous qui sont arrivés en tête du premier tour : « Les primaires ne réintroduisent que très partiellement les électeurs dans le processus de désignation », affirme-t-il. Le PS n'est plus qu'une « machine » à conquérir des emplois électifs directs ou dérivés, idéologiquement désarmée alors que les adversaires appliquent − ô paradoxe ! − le bréviaire gramsciste. Grâce aux primaires, l'important semble préservé : maintenir le contrôle sur les investitures locales. Le salut collectif, lui, est remisé dans les oubliettes.

5Ce résumé ne rend que partiellement justice à la richesse du livre et ne saurait justifier une économie de sa lecture. Pour autant, comme toute œuvre humaine, il n'est pas sans défauts qu'une recension honnête se doit de signaler. Malgré des efforts louables, son analyse reste marquée par la division du travail académique au sein de sa discipline, la science politique. La spécialité de l'étude des partis inclut des routines et des délimitations d'objets qui nous privent parfois d'éclaircissements. Ainsi, très peu de recherches analysent micro-sociologiquement et ethnographiquement les réunions internes, par exemple quand R. Lefebvre évoque les réactions des anciens militants envers les adhérents à vingt euros. Il ne dispose pas non plus de tout l'attirail scientifique pour analyser les rapports intersectoriels avec les sondeurs et les journalistes. C'est pourquoi sans doute il se contente parfois de termes comme « rôle » (lequel?), « poids » (substantialisme), « usage » (vision instrumentale), « co-production » (oubli des champs), « récit médiatique » (analyse textuelle), d'« opinion » (au lieu de produit sondagier). Il convient de saluer son initiative d'interroger des journalistes, qui corrige un peu l'introduction peu convaincante de La société des socialistes. De plus, il néglige la propriété des entreprises de sondages qui, compte tenu des conditions rocambolesques dans lesquelles les sondages marchands sont fabriqués, ouvre toute possibilité à des gens de droite (L. Parisot, R. Cayrol, V. Bolloré, etc.) de favoriser tel ou tel par le truchement de la magie des chiffres. Les intentions de vote en faveur de S. Royal n'ont-elles brusquement baissé dès qu'elle a été désignée comme candidate en 2006 ? Mais on peut se demander si la mise en avant de l'importance des structures internes ne fonctionne pas un peu comme un plaidoyer implicite en faveur de ce sous-champ disciplinaire. Le fait d'évoluer dans une spécialité conduit souvent à sur-valoriser l'importance de la classe d'objets à laquelle on s'intéresse, parfois magnifiée dans une « approche ». Cela expliquerait en tout cas la contradiction apparente entre le constat d'une hétéronomisation du parti et la réaffirmation de la clôture du champ politique sur lui-même. Faut-il, pour trancher ce nœud, employer la notion de « cercle politique », chère à Patrick Champagne, ou préférer carrément celle de « configuration de jeu » de Norbert Elias ?

6On a regretté aussi l'absence de prise en compte de l'origine sociale des socialistes, non seulement dans la désidéologisation du parti, mais aussi dans la conversion au libéralisme politique. Les acteurs ne sont pas que des stratèges ; ils disposent de structures mentales intériorisées, d'habitus et d'ethos (de classe, religieux, professionnels) qui font qu'ils ne font pas totalement n'importe quoi en fonction de leurs intérêts du moment. Par ailleurs, le substrat normatif qui sous-tend l'analyse de R. Lefebvre est facile à déceler, mais il n'obère en rien la qualité de l'analyse ; peut-on imaginer s'intéresser à cette question sans avoir un minimum de sens critique envers des changements que l'on désapprouve ? Sous cet angle, le texte est fort bien rédigé, n'enlevant rien aux exigences de neutralité axiologique qu'on est en droit d'attendre tout en évitant la mièvrerie. À cette aune, les redondances, son goût prononcé pour le concept et les passages faibles ne sont que des inconvénients mineurs. L'intérêt scientifique majeur de cet ouvrage est bel et bien d'inciter à décloisonner encore plus que l'auteur n'a déjà réussi à le faire les études de parti, qui confinent souvent à l'exercice de style.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Le Bohec, « Rémi Lefebvre, Les primaires socialistes », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 07 novembre 2011, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6724

Haut de page

Rédacteur

Jacques Le Bohec

Professeur en sciences de l’informatione et de la communication à l'Université Lyon-2, Groupe d'analyse politique de Nanterre

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page