Navigation – Plan du site

Jean-Christian Lambelet, De crise en crise, La Grande dépression des années 1930 (Vol. 1)

Sophie Lefranc-Morel
De crise en crise
Jean-Christian Lambelet, De crise en crise. Volume 1 : La Grande dépression des années 1930, Genève, Editions Slatkine, 2011, 276 p., ISBN : 9782051022637.
Haut de page

Texte intégral

1L'objectif de l'auteur, Jean-Christian Lambelet, professeur honoraire d'économie à l'Université de Lausanne, est de présenter en deux volumes les deux crises économiques majeures qui ont secoué le monde occidental aux XXème et XXIe siècles. La crise des années 1930 est abordée dans le premier volume, qui fait l'objet du présent compte rendu, alors que la crise de 2007 est analysée dans un deuxième volume.

2Les intentions de l’auteur sont doubles. Il s’agit tout d’abord de présenter une synthèse en français sur un sujet plutôt traité par la recherche anglophone. L’auteur travaille également avec à l’esprit l’idée que l’analyse des politiques monétaire et budgétaire menées à l’époque est essentielle pour constituer une culture permettant d’éviter la répétition des erreurs du passé.

3L’ouvrage se situe au carrefour de l’économie et de l’histoire. Je présenterai ici sa structure car il est difficile de résumer en quelques mots les différentes théories examinées par l’auteur.

  • 1 Friedman-Schwartz (1963), A Monetary History of the United States, 1867-1960, Princeton UP (for the (...)

4L’ouvrage s’ouvre sur la présentation de la théorie de Friedman et Schwartz1, théorie présentée comme dominante par l’auteur pour expliquer aujourd’hui le déroulement de la crise des années 1930, et qui s’intéresse principalement au rôle de la Banque centrale des États-Unis. Pour Friedman-Schwartz, la FED a en effet été beaucoup trop passive face aux événements et sa politique monétaire, dont les principaux leviers sont la variation des taux directeurs et son rôle de prêteur de dernier ressort. J.-C. Lambelet présente les différents aspects de la politique monétaire, en interrogeant notamment ses véritables effets sur l’économie réelle. Il illustre également son propos par des exemples tirés d’autres époques, ainsi l’épisode de la « désinflation Volcker » entre 1979 et 1983 (p. 35) qui fait aussi l’objet d’une annexe, ou l’épisode de la crise asiatique. Enfin, il présente les théories complémentaires ou concurrentes de celle de Friedman-Schwartz, pour conclure que « la Grande Dépression aux USA a très vraisemblablement été due non pas à une cause unique, mais a une conjonction de diverses causes. » (p. 110). Ces causes multiples sont principalement la politique monétaire, l’endettement des ménages et le problème de l’étalon-or.

5Cependant, la politique monétaire n’épuise pas le sujet et l’auteur poursuit son étude par l’analyse des politiques budgétaires mises en œuvre par les gouvernements des États-Unis mais aussi de l’Allemagne, de l’URSS, du Japon, du Royaume-Uni et de la France. Les politiques budgétaires sont le reflet des perceptions de l’économie par les gouvernements, et J.-C. Lambelet l’illustre avec la politique du Président Hoover (p. 111 et suivantes).

6De cette succession de présentations, on retient principalement les différences entre la politique monétaire et la politique budgétaire avec leurs acteurs et leurs motivations distinctifs, et l’éventail des politiques mises en œuvre pour lutter contre la crise. On retrouve des politiques interventionnistes aux États-Unis et en France, qui ont eu tendance à aggraver les effets de la crise, ou, en tout cas, à ne pas permettre une sortie de crise rapide. D’un autre côté, nous avons l’URSS, le Japon et l’Allemagne qui donnent une priorité forte à l’industrie, avec à la clé une sortie de crise relativement rapide.

7Enfin, l'auteur termine par une description année par année, de 1930 à 1933, des événements économiques liés à la crise, après avoir insisté sur le phénomène de déflation connu par les États-Unis depuis l'année 1926, un fait à prendre en compte dans l'analyse de la Grande Dépression.

8L'histoire économique est plutôt bien analysée, se fondant sur des outils d'analyse économique et de nombreux graphiques. Les analyses méritent de s’y arrêter pour bien les comprendre et les retenir, surtout quand on est peu familier de tels outils. Les termes employés sont simples dès le départ de l'ouvrage, ne répugnant pas ainsi les lecteurs peu habitués à l'analyse économique. De plus, on trouve expliqué des termes employés régulièrement aujourd'hui (par exemple la « solvabilité des banques », p. 53), définitions qui ont le mérite d'éclairer non seulement la crise des années 1930 mais aussi la situation actuelle. L'auteur se dégage du cadre spatio-temporel de son étude pour comparer la crise des années 1930 avec d'autres épisodes survenus à d'autres époques et dans d'autres lieux. Ainsi, la crise qui a touché le Japon dans les années 1990 est présentée pour illustrer le déroulement de la crise des années 1930. Enfin, l’auteur commence à présenter des pistes d’analyse pour la crise de 2007, ce qui permet de mieux comprendre les deux événements.

9On peut cependant déplorer la quasi-absence d’histoire politique, puisque l'auteur n'y consacre que quelques pages. De plus, il ne s'agit que de ce qu'on pourrait qualifier d'histoire "événementielle", puisque l'auteur n'aborde que les conséquences politiques de la Grande dépression liées à la Seconde Guerre mondiale.

10Quelques faits marquants ressortent à la fin de la lecture, qui remettent en cause les connaissances présupposées sur la crise, preuve s'il en est de l'utilité de l'ouvrage. Ainsi, on a déjà parlé de la différence entre politique monétaire menée par la Banque centrale, relativement indépendante, et politique budgétaire, soumise aux aléas gouvernementaux. Le rôle de la Banque centrale américaine est aussi crucial, de part les hommes qui l'ont mené – notamment Benjamin Strong, décédé en 1926 – et de part les politiques monétaires pas toujours de bon aloi.

11Enfin, la lecture de l'ouvrage soulève des questions par rapport aux sources disponibles et à la méthodologie. Les sources sont éparses et pas toujours complètes. Elles posent également la question de l'adéquation avec les cadres d'analyse retenus de nos jours. En effet, être chômeur ou salarié ou agriculteur avant 1930 ne signifie pas la même chose et n'occupe pas la même place dans les catégorisations permettant l'analyse. La méthodologie est donc affectée et se doit d’être présentée pour éclaircir les biais d’interprétation.

12En conclusion, cet ouvrage est très utile pour qui voudrait travailler sur l'analyse économique ou l'histoire économique de la crise des années 1930. Que ceux qui attendent un livre d'histoire abordant aussi l’histoire politique révisent leurs attentes, d’autant plus qu’on ne trouve pas de bibliographie à la fin de l’ouvrage pour donner un accès rapide à d’autres sources explicatives.

Haut de page

Notes

1 Friedman-Schwartz (1963), A Monetary History of the United States, 1867-1960, Princeton UP (for the NBER), 860 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Lefranc-Morel, « Jean-Christian Lambelet, De crise en crise, La Grande dépression des années 1930 (Vol. 1) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 novembre 2011, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6740

Haut de page

Rédacteur

Sophie Lefranc-Morel

Doctorante en histoire, UMR 5600 CNRS EVS - ISTHME (Image Société Territoire Homme Mémoire Environnement)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page