Navigation – Plan du site

Marie-Claude Marandet, Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation

Aude Argouse
Violence(s) de la Préhistoire à nos jours
Marie-Claude Marandet (dir.), Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Etudes », 2011, 380 p., ISBN : 9782354121273.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir notamment Michel Muchembled, Histoire de la violence. De la fin du Moyen-Âge à nos jours, Seu (...)
  • 2  Vincent Azoulay et Patrick Boucheron (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectu (...)

1De nombreux ouvrages, parus ces dernières années, font état des recherches et de réflexions menées autour de la notion de violence1. À travers elles, une question s'est posée, à savoir si la violence est anhistorique et si l'on peut alors la mesurer dans le temps et parler de son augmentation ou de sa diminution d'une époque à l'autre. Cependant, dans la lignée des travaux sur les limites, ouverts dans le champ des sciences humaines et sociales notamment par Michel Foucault, il est ressorti que la violence n'emprunte pas qu'une seule forme, celle de l'effusion de sang, et qu'elle se retrouve caractéristique de chaque société dans ses mots et ses maux, dans les rapports des individus entre eux bien souvent évoqués comme rapports de pouvoir et de domination. Violence sourde, parfois violence symbolique comme l'avaient désignée les sociologues Pierre Bourdieu et Jean Claude Passeron, violence des mots, violences intellectuelles comme l'ont publié récemment les historiens Patrick Boucheron et Vincent Azoulay2, la violence ou plus exactement les formes de violence émaillent les récits du temps. Elles regorgent aussi des archives des tribunaux censés circonscrire les formes de violence privée et anéantir sa figure réputée archaïque, la vengeance. La loi du plus fort devient synonyme des abus commis envers les plus faibles et la violence apparaît comme l'un des plus grands défis de la démocratie.

  • 3  Marie-Claude Marandet, Le souci de l'Au-delà : la pratique testamentaire dans la région toulousain (...)

2C'est dans cette dernière perspective, et inspirée des travaux de l'historienne Claude Gauvard sur l'histoire de la justice, que se situe le livre dirigé par Marie-Claude Marandet, spécialiste des fonds notariaux de la région toulousaine3. Il s'agit de la publication des actes d'un premier colloque qui s'est tenu en 2009 au Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes de l'Université de Perpignan Via Domitia. Au total, ce sont quatre colloques sur le thème « violence et ordre social », circonscrit à l'aire méditerranéenne, qui devront avoir lieu. Dans cette première publication que nous présentons, dix-neuf contributions, encadrées d'une introduction et d'une conclusion qui fut celle du colloque, sont proposées suivant un ordre chronologique.

3Il est important de souligner les propos de Marie-Claude Marandet dans l'introduction : « L'appel à communications prévoyait trois thèmes : sources, historiographie et méthodologie de la violence (la guerre étant exclue) [...] Les deux thèmes historiographie et méthodologie n'ont entraîné que peu de communications (…). Les sources et leur utilisation ont, par contre, suscité un certain enthousiasme ». Il faudrait sans doute s'en étonner mais pour l'heure, la plupart des contributions livrées portent donc une appréciation des sources et de leur interprétation qui permettent d'étudier la violence, les violences, non pas à travers le temps selon une approche historique, mais à diverses époques. La conclusion, livrée par le professeur Michel Cadé indique toute la complexité du thème, appuyé sur la problématique de l'ordre social et sur le « mouvement de l'écriture de l'histoire ».

4Un élément permet le rapprochement de l'ensemble hétéroclite des textes et que M. Cadé relève : la convergence des démarches des auteurs face au thème. Ce livre ne convie donc pas tant à une histoire de la violence mais bien plutôt à une réflexion empirique sur « le rapport de l'histoire de la violence à ses sources ».

5Le choix d'une présentation chronologique - « de la Préhistoire à nos jours » - fait ressortir une asymétrie des préoccupations historiennes : les médiévistes et les contemporanéistes, qui à eux regroupent quatorze communications, laissent dans un intriguant clair-obscur les modernistes et les romanistes. Or il s'agit sans doute d'un effet de qualification duquel il appert que les champs de l'histoire ont leurs évidences tenaces : par exemple, le Moyen-Âge est réputé violent et les sources judiciaires offrent de multiples exemples.

6Deux articles sur les représentations de la violence à la Préhistoire, en ouvrant l'ouvrage, permettent de saisir l'enjeu de ces découpages : alors même que les temps préhistoriques sont entendus comme des temps de guerres, luttes, combats, rapts de femme, mort précoce, catastrophes, les contributeurs s'évertuent à dire que seul l'imaginaire littéraire des livres d'histoire depuis le XIXe siècle semble le fonder. Pascal Semonsut note ainsi dans sa présentation : « L'ordre et la violence, voilà deux mots qui résument bien l'ambiance que l'école et la fiction prêtent à la Préhistoire. » Or rien ne justifie que ces époques furent particulièrement violentes ou que la violence, définie par Marie-Claude Marandet comme « la force dont on use contre le droit, contre la loi, contre la liberté publique, contre les personnes ; la force déréglée » fut particulièrement caractéristique de ces périodes. On trouvera paradoxalement dans la communication de Jean Guilaine, la première de l'ouvrage, des réflexions très générales sur l'archéologie de la violence et de la guerre, ce qui limite alors le champ de recherche.

7Afin de sortir du schéma un peu attendu autour des violences de l'état et du caractère liberticide des mesures de police, il faut sans doute laisser de côté l'ordre chronologique proposé. L'ensemble des contributions oscille en effet entre une définition privée de la violence, reposant sur sa perception et son énonciation tant par les magistrats que par les justiciables, et une violence publique, analysée en début et en fin d'ouvrage, perçue comme œuvre des gouvernements par le biais de mesures de police (Emmanuel Berger), d'actions administratives visant à créer un domaine national sur des territoires y compris coloniaux (Nicolas Krauberger), par les législations d'exception (Marie Goupy), les violences de fin de guerre, après l'indépendance de l'Algérie (Abderahmen Moumen). Les deux contributions concernant le monde antique traitent l'une de l'empire romain dans les provinces d'Afrique du Nord (Arbia Hilali), l'autre de la rébellion dans le traité de gouvernement islamique d'Al-Mâwardi, au XIe siècle (Jean-Christophe Robert). Il s'agit de la force publique qui, parce qu'elle vise à maintenir l'ordre social et l'assise de l'autorité du prince ou de l'empereur, use de la violence pour réprimer, imposer, ordonner. La violence de l'état se manifeste néanmoins comme violence régulatrice, tantôt outil de conquête et outil de persécution. Les mesures de haute police, étudiées par E. Berger, concernent les prisonniers d'état du régime napoléonien et sont tenues pour attentatoires aux libertés individuelles. Il convient de rappeler cependant que ces libertés individuelles sont conçues à partir du XIXe siècle comme libertés publiques, c'est-à-dire libertés encadrées, autorisées et surveillées.

8Les difficultés d'accès aux sources, posées par exemple dans le cas d'une étude sur F. Duprat (Nicolas Lebourg et Dominique Sistach), montrent une écriture de l'histoire confrontée davantage aux « machines administratives qu'à l'ombre de la violence [en l'occurrence] néofasciste ». Les sources anciennes pour approcher le phénomène sont les traités et les archives de guerre, archives publiques par essence, que les auteurs analysent pour dévoiler les fondements juridiques d'une violence légitime et publique. Ainsi, ces analyses placées en début et en fin d'ouvrage se font écho les unes aux autres.

9L'embarras méthodologique fait aussi l'objet de la contribution d’Olivier Berger sur l'écriture de la violence de guerre allemande pendant la guerre de 1870-71. L'historienne Arlette Farge avait cependant déjà évoqué cette question dans son ouvrage intitulé Les fatigues de la guerre, consacré aux guerres du XVIIIe siècle et aux soldats français qui se rendaient sur le théâtre de conflits violents mais peu relatés dans les chroniques et manuels d'histoire. « Les Lumières sont paisibles », dit-on.

10La contribution de Pierre Prétou permet d'articuler à cette violence d'Etat celle des individus qui, parce qu'ils sont perçus et réputés dangereux par la communauté urbaine du Moyen-Âge, à la fin du XIVe siècle et au XVe siècle, font l'objet d'une répression visant à détecter l'intention coupable qui les rend impropres à l'ordre social. Un sermon de moine datant du XIe siècle et une plainte judiciaire du XIIIe siècle font l'objet de la contribution de Aymat Catafau, qui a l'avantage de présenter en annexes le document de la plainte transcrit et traduit. Céline Regnard-Drouot propose un exercice de lecture de l'archive judiciaire selon trois plans : histoire socio-économique, histoire des représentations et histoire urbaine, dans le cas de Marseille au XIXe siècle.

  • 4  Voir Marta Madero, Las verdades de los hechos. Proceso, juez y testimonio en la Castilla del siglo (...)

11L'approche discursive des sources permet donc aux auteurs d'avancer qu'il existe une violence rhétorique dont l'archéologie est à chercher dans son fondement premier : l'idée du mal. Ce qui est institué comme mal constitue une injure à l'ordre, dont l'essence est d'être violente, dangereuse et punissable. Le rapprochement entre l'injure et la violence est ici tout à fait pertinent, même s'il n'est pas nouveau. Comme l'ont bien montré entre autres les historiennes Marta Madero pour la Castille du XIIIe siècle et Maria Eugenia Albornoz Vasquez pour le Chili des XVIIIe et XIXe siècles, l'étude des plaintes pour injure engage sur la voie spécifique d'une histoire du sensible croisée à celle de la justice4.

12Isabelle Mathieu propose d'étudier la violence « à l'aune d'un corpus d'archives judiciaires seigneuriales » du XIVe au XVIe siècles. Il s'agit de près de 27 000 affaires trouvées dans les registres audienciers des archives du Maine et en Anjour des XVe et XVIe siècles. Ces registres permettent à l'auteur d'établir une typologie de la violence, aussi bien verbale que réelle, en attachant elle aussi une importance particulière aux injures. De même, Marie-Claude Marandet pose une distinction entre violence redoutée et violence réelle, dans le Toulousain de la fin du Moyen-Âge. Des coutumes et registres audienciers du Lauragais sont extraits les manières de dire la violence de sorte que s'ouvre un terrain de rencontre des historiens du droit, spécialistes des grands coutumiers, avec les historiens de la justice et ceux de la répression.

13Damien Broc s'attache aux violences lignagères, dont la défense de l'honneur chère à Claude Gauvard tient une bonne part, et à leur régulation au sein des justices supra locales chargées de lutter contre la violence des potentats locaux (les caporali) dans le nord de la Corse au XVIe siècle (1483-1540). L'auteur fournit deux cartes et une transcription. En matière de répression, Olivier Caporossi analyse les livres de gouvernement de la police madrilène à travers le témoignage d'un magistrat du XVIIe siècle. L'analyse de son activité, proche de la sociologie du droit et de son interprétation du champ social des juges, permet de voir que « la production de la violence est au cœur de la pensée de Juan de Quiñones, qui en construit le caractère événementiel pour ordonner le sens de sa vie au service du roi et de la justice. » Ensuite, Elena Tadda propose d'analyser la figure du « prêtre criminel », dans la République de Gênes à l'époque moderne et découvre, à travers la mise en œuvre du contrôle des prêtres par l'Eglise de la Contre-Réforme, la fonction de la violence et sa maîtrise dans la société.

14La contribution de Claire Soussen, intitulée « Victimes, auteurs, témoins : la production de violence antijuive dans l'espace aragonais à la fin du Moyen-Âge, entre dit et non-dit », se joint à cette démarche vers la découverte des « violences tacites », sortes de violences ordinaires, entre tolérances ritualisées, blessures sourdes et massacres. La violence n'est alors pas reléguée aux mises en scène de la répression ou aux marges de la société ; elle en fait partie intégrante quand bien même de nombreux documents anciens ne mentionnent qu'à peine le vocable « violence ».

15En somme, cet ouvrage relève un défi qui est d'unir un ensemble des travaux en cours autour de la notion de violence et d'offrir aux lecteurs des regards croisés à partir de nombreux terrains de recherche. Néanmoins, on regrettera que les formes de violence étudiées n'aient pas dépassé une certaine attente en explorant, par exemple, l'horizon des violences médicales, notamment parce qu'elles sont amplement réglementées en droit. Mais sans doute faudra-t-il patienter pour pouvoir lire les autres volumes prévus à partir des trois colloques promis.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment Michel Muchembled, Histoire de la violence. De la fin du Moyen-Âge à nos jours, Seuil, Paris, 2008, 498 p.

2  Vincent Azoulay et Patrick Boucheron (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l'Antiquité à nos jours, Champ Vallon, Seyssel, 2009, 383 p.

3  Marie-Claude Marandet, Le souci de l'Au-delà : la pratique testamentaire dans la région toulousaine (1300-1450), Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 1998, 701 p.

4  Voir Marta Madero, Las verdades de los hechos. Proceso, juez y testimonio en la Castilla del siglo XIII, Salamanque, Ediciones Universidad de Salamanca, 2004, 141 p. ; María Eugenia Albornoz Vásquez, « La injuria de palabra en Santiago de Chile, 1672-1822 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, 2005, http://nuevomundo.revues.org/240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Marie-Claude Marandet, Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 09 novembre 2011, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6749

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page