Navigation – Plan du site

Gilles Chabaud, Classement, Déclassement, Reclassement

Igor Moullier
Classement, DEclassement, REclassement
Gilles Chabaud (dir.), Classement, DEclassement, REclassement. De l'Antiquité à nos jours, Presses universitaires de Limoge, coll. « Histoire », 01/04/2011, 433 p., ISBN : 9782842875343.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage dirigé par Gilles Chabaud reprend le titre d'un article de Pierre Bourdieu paru dans les Actes de la recherche en sciences sociales en 1978. Là où Bourdieu scrutait les effets de l'inflation des titres et des diplômes, et de la dévaluation des qualifications existantes qu'ils entraînaient, les 18 contributions réunies dans le volume se penchent sur les logiques existantes aux différentes époques, de l'antiquité à la période contemporaine, pour montrer la persistance des tensions sociales pour la maîtrise des classifications, qu'elles soient juridiques, économiques, etc.

2Deux contributions consacrées à l'Antiquité soulignent l'importance des catégories juridiques (citoyenneté dans l'Égypte ptolémaïque, rang des cités dans l'Empire romain). Les contributions consacrées à la période contemporaine mettent-elles en évidences le rôle des catégories administratives dans le domaine patrimonial et culturel. Mais c'est la période moderne (16e-18e siècle) qui occupe le cœur de l'ouvrage et se taille la part du lion, avec 13 contributions sur 18. Cette répartition reflète le dynamisme de l'histoire sociale des sociétés d'Ancien Régime, autour d'une réflexion renouvelée sur les catégories sociales et leurs usages par les contemporains. Le terme majeur est alors celui de déclassement : comment tenir son rang, résister aux crises économiques et à l'éparpillement des patrimoines et jouer avec des classifications juridiques et sociales moins rigides qu'on ne l'a longtemps pensé ? L'apport des recherches récentes, de Robert Descimon et Fanny Cosandey à Elie Haddad et Matthieu Marraud, pour ne citer que quelques auteurs représentés dans le volume, est d'avoir montré que, s'il y a accord au sein de la société d'Ancien Régime pour concevoir celle-ci comme répondant à un ordre hiérarchique fixe, il y a en revanche incertitude sur les modes de classement et d'établissement de la hiérarchie, et mise en œuvre de stratégies sociales de la part des acteurs pour exploiter la pluralité des classements, qui permettent d'escompter des reclassements favorables.

3Robert Descimon rappelle le principe énoncé par Durkheim et Mauss : « toute classification implique un ordre hiérarchique dont ni le monde sensible ni notre conscience ne nous offrent l'occasion. » (p. 56) La hiérarchie vise à englober la pluralité, la diversité. Elle reflète des rapports de domination sociale, mais aussi une idéologie, une manière de penser le monde. Avec le passage à la classification sociale se produit une perte de sacré : la noblesse perd de sa justification religieuse et trifonctionnelle pour devenir un groupe social, fondé sur le privilège et l'accès aux offices publics. Elle doit donc repenser ses stratégies. Les contributions de Elie Haddad et Matthieu Marraud l'illustrent. La hiérarchie sociale, sous l'Ancien Régime, repose largement sur la notion de dignité : de plus en plus, c'est la monarchie qui s'impose comme la source de toute dignité, au détriment de l'Église. Au sein de la bourgeoisie des marchands parisiens, le service du roi représente la voie d'accès à la noblesse, mais au prix d'une perte d'autonomie, d'une anonymisation, et d'un investissement financier lourd. Elie Haddad analyse le cas d'une famille noble de Troyes, les Mesgrigny, en conflit avec les généalogistes royaux jusqu'au début de l'année 1789 pour faire reconnaître son ancienneté nobiliaire !

4Hélène Merlin apporte une contribution venue de l'analyse littéraire, pour montrer comment à partir des différentes déclinaisons du mot « peuple » se construisent dans le langage même de nouvelles formes de classifications. La montée au XVIIe siècle d'une description du peuple comme plèbe, populace, ne traduit pas seulement le déclassement d'un groupe social, mais aussi celui de comportements. À l’inverse, le peuple ne devient « public » que lorsqu'il est réuni en assemblée, sous la conduite d'une autorité. À l'image de la notion de sacer chère à Agamben, la notion de peuple réunit les contraires : la dignité du public et l'indignité de la populace, de la foule animale. C'est cette double nature qu'il convient de prendre en compte, souligne H. Merlin, lors des opérations de classement auxquelles se livre la société. L'analyse par D. Cohen des débats ouverts par les académies de Dijon et de Berlin au XVIIIe siècle montre l'insatisfaction devant l'ambiguïté de la notion de peuple, entre catégorie sociale découlant d'une hiérarchie naturelle, et catégorie empirique découlant de l'observation des individus.

5Un autre ensemble de contributions se penche sur la construction des catégories de classement dans le domaine de l'art (le déclassement de la peinture d'histoire), de la science (le recours à la baguette divinatoire et le déclassement du recours aux expériences spectaculaires comme preuves valides) et de l'économie. Dominique Margairaz et Anne Conchon étudient l'importance des nomenclatures de produits liées aux différentes législations tarifaires. L'accélération des consommations et la diversification des marchandises obligent à repenser les grilles d'octroi à la fin du XVIIIe siècle, autour de la définition des produits dits de « première nécessité » : faut-il respecter une classification essentialiste, fondée sur la valeur d'usage, ou adopter une démarche plus souple, prenant en compte la valeur d'échange, qui conduit par exemple à diminuer les droits sur la viande salée au nom de sa fréquente consommation ? Les classifications tarifaires, de l'octroi au maximum, permettent de saisir concrètement l'émergence d'un « idiome libéral », pour reprendre l'expression des auteures.

6Au total, le volume Classement, déclassement, reclassement offre une unité forte, qu'on ne trouve pas toujours dans les actes de colloque, en même temps qu'une vraie ouverture interdisciplinaire, deux qualités qui découlent directement du choix d'avoir pris une opération pragmatique, le classement, comme champ d'investigation. Le chercheur en sciences sociales non-historien, qui aura la patience de se plonger dans des études de cas denses et parfois ardues, en sera sans nul doute récompensé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Moullier, « Gilles Chabaud, Classement, Déclassement, Reclassement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 novembre 2011, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6756

Haut de page

Rédacteur

Igor Moullier

Maître de conférences en histoire à l'ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page