Navigation – Plan du site

Jean Caune, Marie-Christine Bordeaux, Marie-Madeleine Mervant-Roux (dir.), Le Théâtre des amateurs. Et l'expérience de l'art. Accompagnement et autonomie

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller
Le Théâtre des amateurs
Jean Caune, Marie-Christine Bordeaux, Marie-Madeleine Mervant-Roux (dir.), Le Théâtre des amateurs. Et l'expérience de l'art. Accompagnement et autonomie, Montpellier, L'Entretemps Editions, coll. « Champ théâtral », 2011, 344 p., ISBN : 9782355391279.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage est le résultat d’une recherche-action partagée entre plusieurs fédérations et laboratoires de recherche : la F.N.F.R., la F.N.C.T.A. (Fédération nationale des compagnies de théâtre amateur et d’animation), l’ADEC (Art dramatique, expression, culture), ARIAS-C.N.R.S. (Atelier de recherche sur l’intermédialité et les arts du spectacle – Centre national de la recherche scientifique) et le GRESEC (Groupe de recherche sur les enjeux de la communication, université Stendhal-Grenoble 3).

2La première ligne de réflexion de l’ouvrage est axée autour des pratiques de théâtre en amateurs. Le théâtre en amateur est un lieu de création artistique. Il est défini par les coordinateurs de l’ouvrage comme « un espace autonome de culture, d’invention, de liberté, d’élaboration de points de vue portés sur le monde, de recherche d’exigence, de créativité, de citoyenneté, de sociabilité, de convivialité » (p.14). Les amateurs ne sont pas par définition des professionnels mais ils se distinguent également des autres catégories de « non professionnels ». Comme le souligne Marie-Christine Bordeaux (Maître de conférences en sciences de la communication à l’université Grenoble 3 et, membre du GRESEC), Jean Caune (Professeur émérite d’université en sciences de la communication et en esthétique et sciences de l’art) et Marie-Madeleine Mervant-Roux (Directeur de recherche au C.N.R.S. (ARIAS) et chargée de cours à l’université Sorbonne nouvelle-Paris 3)  : « L’amateur n’est pas un débutant (il peut l’être ; il peut aussi avoir des années d’expérience(…), il n’a pas à être classé dans la même catégorie que les scolaires (…) ; il ne se confond pas avec les figurants inexpérimentés de certaines créations professionnelles » (p.16). Plus généralement, selon Pierre Grosdemouge : « L’amateur n’est plus l’envers du professionnel, mais une figure mêlée, posée sur les frontières séparant Travail/Loisir/Culture » (p. 17 note de bas de page).

3L’ouvrage s’organise également des concepts d’ « accompagnement », d’« autonomie » et du rapport des amateurs à l’art. Les trois chapitres de l’ouvrage permettent de « repenser les relations du théâtre des amateurs à l’art en se fondant sur un ensemble d’études de terrain organisées pour cet objectif » (p. 16). Quatorze expériences de réalisations théâtrales ont été suivies, pour la plupart, par des étudiants de master dans plusieurs disciplines. Plusieurs méthodologies ont été combinées : critique génétique [recueil des traces écrites, visuelles et audiovisuelles], ethnographie [observation participante], enquête de terrain classique [entretiens individuels et collectifs, observation in situ] et contextualisation et analyse sociopolitique des conditions de production des projets.

4La première partie est composée de cinq contributions pluridisciplinaires [histoire de l’art, anthropologie, études théâtrales], toutes souhaitent étudier la question de l’art et de l’esthétique du théâtre des amateurs. Le théâtre, qu’il soit amateur ou professionnel, est soumis à des codes esthétiques propres à son champ. En ce qui concerne le théâtre des amateurs, il faut remonter à l’art de la mise en scène au XXème siècle pour comprendre les enjeux qui se jouent dans l’esthétique d’une représentation. Comme l’explique Jean Caune, cela repose sur un triple rapport : « la composition [poiésis], sur la réception sensible du spectateur [aisthésis] et de la communication vers le public [catharsis] » (p. 38). Ensuite l’esthétique trouve ses inspirations dans divers domaines, notamment celui de la croyance religieuse comme le développe Thierry Bonnot (p. 53-64) sur les fêtes de Sainte-Reine et de son martyre. Cet exemple n’est qu’un trait particulier que revêt l’esthétique du théâtre des amateurs puisqu’en réalité elle est le résultat du rapport sensible entre la performance de l’acteur et le contentement du spectateur.

5Dans le second chapitre les auteurs traitent de l’appréciation des non-professionnels sur les professionnels et montrent comment celle-ci peut varier selon les contextes politiques et culturels. Ainsi la contribution de Bella Ostromoukhova sur l’encadrement de troupes de théâtres amateurs estudiantins en U.R.S.S. entre 1953 et 1968, est un bon exemple de l’influence des idéologies dominantes dans les mises en scène. Les troupes amateurs essaient de court-circuiter les structures méthodologiques et le contenu scénique imposés par les autorités institutionnelles. A contrario certaines troupes auraient tendance à se rapprocher des codes imposés par les institutions et le théâtre professionnel pour acquérir une légitimité dans le champ artistique. Dans les deux cas cela peut occasionner des tensions entre deux conceptions du théâtre. En effet le théâtre amateur se veut plus conformiste, attaché à des valeurs artistiques traditionnelles et un modèle historique situé. C’est la mémoire de la troupe qui est un des vecteurs de transmission esthétique. Le théâtre professionnel est plus innovant [image qui est véhiculée dans le champ artistique]. Cela ne signifie pas que le théâtre des amateurs est hermétique à tout changement esthétique comme le montre Marion Denizot.

6Dans la troisième partie l’axe principal est la question de la poétique du théâtre. Le théâtre amateur est fait d’arrangements qui lui permettent de rendre possible un projet avec peu de moyens. Ce qui était au départ du bricolage va finir par donner une épaisseur stylistique à la représentation. Pour Christiane Descimon et Mathieu Rasoli certains types de théâtres amateurs [notamment le « club-théâtre » p. 220-231] pourraient contribuer à une poétique dramatique. On peut donc repérer plusieurs éléments esthétiques récurrents du « club théâtre » : les scènes de foule, le travail de chœur, les autoréférences, le retour de tous les personnages au moment du tableau final, des ambiances lumineuses et des codes de jeu hétérogènes etc. Ces éléments montrent que le théâtre amateur est une source de création artistique féconde et qu’il fait référence à des classiques sans cesse revisités mais pas seulement. Il est également une manière de porter un projet de mémoire collective et vivante tel que le montre Françoise Lecomte dans sa contribution [274-283]. Une compagnie rurale [Souffler n’est pas jouer] va mettre en place un spectacle sur la culture betteravière en région picarde et ainsi transmettre, par l’art, la mémoire ouvrière de tout un village fortement emprunté par la sucrerie. Ce projet va mettre en évidence la collaboration entre différents acteurs sociaux et permettre aux spectateurs et aux comédiens de s’approprier une histoire particulière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller, « Jean Caune, Marie-Christine Bordeaux, Marie-Madeleine Mervant-Roux (dir.), Le Théâtre des amateurs. Et l'expérience de l'art. Accompagnement et autonomie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 novembre 2011, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6757

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page