Navigation – Plan du site

Figures de la décision

Igor Martinache
Figures de la décision
« Figures de la décision », Politix, n° 82, 2008, 214 p., De Boeck, EAN : 9782200924874.
Haut de page

Texte intégral

1Les récits journalistiques, avec leurs innombrables raccourcis de langage, tendent à faire la part belle au volontarisme politique : tel dirigeant politique s'empresse-t-il ainsi de s'accorder tous les mérites de l'adoption d'un texte comme s'il l'avait porté « seul contre tous », tout en dramatisant la brutalité de la rupture ainsi introduite. Inutile d'aller chercher très loin de tels exemples, ne serait-ce que dans la personnalisation qui consiste dans notre pays à surnommer une loi du patronyme du ministre qui en a déposé le projet ou du -ou de la- député-e qui en a fait la proposition. A l'inverse, l'illusion rétrospective, conjuguée à un certain structuralisme, donne parfois à penser que les grandes décisions politiques étaient « écrites », c'est-à-dire qu'elles dépasseraient largement la volonté des agents sociaux qui les ont prises.

  • 1 Voir par exemple le fameux modèle de la « corbeille à papier » développé par Michael Cohen, James M (...)

2Une fois de plus, la justesse se niche le plus souvent dans un entre-deux, et la mise en lumière des processus plus ou moins longs, et en particulier des jeux d'interaction entre la pluralité d'agents mis en jeu, qui forment la trame des décisions politiques réclame-t-elle une attention particulièrement fine et singulière, tant chacune ou presque fonctionne selon une temporalité et des rouages qui lui sont propres. En ces temps de crise financière, où les responsables politiques s'échinent à mettre en scène leurs décisions plus ou moins hasardeuses, le dernier numéro de la revue Politix arrive à point nommé pour contribuer à éclairer ce que les politistes ont de longue deat considéré comme une « boîte noire » 1.

3Le dossier commmence "fort" -si l'on peut s'exprimer ainsi-, puisqu'il s'ouvre sur l'examen d'une des décisions les plus effroyables de notre temps, celle de la mise en oeuvre de la « solution finale » ainsi que les Nazis ont baptisé le génocide des Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale. Florent Brayard revient ainsi sur les riches mais peu connus débats historiographiques qui entourent la conférence de Wannsee du 20 janvier 1942 au cours de laquelle Heydrich a publiquement exposé le programme d'extermination en question. Tout en pointant la défaillance des archives qui obligent le chercheur à conjecturer, l'auteur présente ainsi sa propre thèse tout en pointant les errements à ses yeux d'autres versions proposées par ses confrères. S'appuyant notamment sur une note faite par Himmler au cours d'une rencontre avec Hitler le 18 décembre 1941 indiquant « Question juive : à exterminer en tant que partisans », Florent Brayard avance, avec d'autres que la décision du génocide a été prise à un moment où la défaite était perçue comme possible par Hitler, plutôt que dans un moment d'euphorie triomphaliste. Une interprétation lourde de sens puisqu'elle suppose une conception par Hitler des Juifs comme des « ennemis de l'intérieur », une menace à éliminer comme telle, avant que d'être "racialisés" comme étant néfastes par nature.

4On quitte ensuite Hitler pour l'un de ses vainqueurs, le général de Gaulle, dans l'article suivant. Brigitte Gaïti propose ainsi d'examiner le caractère apparemment « suicidaire » de plusieurs décisions prises par ce dernier entre mai 1968 et avril 1969 : l'initiative référendaire lancée en mai, abandonnée puis relancée le mois suivant, le refus de la dévaluation en novembre, et l'engagement de sa responsabilité personnelle dans le référendum politiquement fatal d'avril 1969. En reconstituant la configuration du champ politique de l'époque -avec en particulier la montée du camp pompidolien-, elle montre bien comment le général de Gaulle n'eut en fait pas d'autre choix que de (re)faire la preuve de sa capacité à accomplir des miracles politiques dont il avait jusque là été crédité. En d'autres termes, il était, selon les termes de l'auteure, pris dans des « configurations décisionnelles charismatiques » lui interdisant tout autre mode d'action.

5Quelques années plus tard, en juillet 1974, le gouvernement français fraîchement nommé annonce la suspension de l'immigration de travail. Une mesure au départ provisoire qui ne sera pas remise en cause pendant les trois décennies suivantes. Contredisant les versions les plus courantes sur l'affaire, Sylvain Laurens montre dans sa contribution combien cette décision provient bien moins de facteurs économiques - à commencer par une hausse du chômage qui s'était en réalité encore bien peu fait sentir à ce moment-là- que de déterminants propres au champ politique. Le premier d'entre eux est ainsi, comme il le détaille, l'arrivée d'une nouvelle génération de hauts-fonctionnaires plus capée -entendre composée plus largement d'énarques- que leurs aînés dans les instances en charge de la politique d'immigration. Son article montre également bien comment cette « avant-garde » a su user d'un double-discours pour justifier sa décision, l'un à destination interne de l'administration et l'autre pour le « grand public », avec un souci de la communication encore assez nouveau, même si l'époque actuelle l'a indéniablement banalisé.

  • 2 Sur cette question, voir notamment l'ouvrage collectif dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick Le Ga (...)
  • 3 A vos marques, prêts... cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recher (...)

6La volonté de légitimer ses décisions peut aussi passer par la dissimulation de leur caractère politique. Tel est un des rôles que joue l'importation de pratiques gestionnaires dans l'action publique, à commencer par l'utilisation d'indicateurs « chiffrés », et partant apparemment neutres, dont sont friands les tenants du "New Public Management" 2. Tel est ainsi le cas de l'objectif des 3% du Produit Intérieur Brut investi en recherche et développement adopté par les pays membres de l'Union Européenne lors du sommet de Lisbonne de mars 2000. Isabelle Bruno en décortique les tenants et les aboutissants dans sa contribution, reprenant les grandes lignes de son récent ouvrage consacré à ce chantier que constitue l'Espace Européen de la Recherche 3. Elle montre bien en particulier la promotion dans l'Union Européenne d'un nouveau paradigme politique quelque peu contradictoire : la « co-opétition » - contraction de coopération et compétition (!)- intergouvernementale et le « benchmarking » (comparaison) par les chiffres, substituant progressivement la « normativité gestionnaire » à la « légitimité juridique » de l'Etat de droit.

  • 4 Cf Howard Becker, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985

7La manière d'user de l'apparente objectivité des « chiffres » est également au cœur de la contribution de Benjamin Lemoine. Celui-ci s'intéresse à un autre « dossier » de ces dernières années, celui de la dette publique française. Il montre ainsi comment ce problème fut construit par de véritables « entrepreneurs de morale » 4 au premier rang desquels le banquier Michel Pébereau, alors à la tête d'une commission prétendument pluraliste censée faire le point sur la question. Instrumentalisant habilement le régime de retraite par répartition, ceux-ci sont parvenus à imposer une représentation dramatisée de la dette en incluant les engagements de l'Etat concernant les retraites futures des fonctionnaires, ce qui doublait de ce fait le volume de ladite dette publique. A cette vision posant la dette comme un impérieux problème à résoudre, des chercheurs, et notamment les économistes néo-keynésiens de l'OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), un laboratoire de Sciences-po Paris dirigé par Jean-Paul Fitoussi, ont tenté sans succès de promouvoir une version beaucoup plus optimiste en dénonçant le rapprochement indu entre l'Etat et les autres agents économiques -entreprises en tête- ainsi qu'en mettant en avant le volume encore bien plus massif d'actifs détenus par celui-là. Ironiquement, ce discours favorable à l'endettement connaîtra ensuite un certain écho après mai 2007 lorsque le nouveau président Sarkozy décide par son « paquet fiscal » de ne plus considérer l'endettement public comme problématique...

  • 5 Cf Howard Becker, op.cit.
  • 6 Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2003, dont on peut lire un com (...)

8A ce riche dossier s'ajoutent trois articles pour compléter cette livraison de Politix. Le premier, signé par Muriel Darmon, revient sur le concept interactionniste de « carrière » 5 à partir de ses recherches antérieures sur l'anorexie 6 , afin d'en souligner les vertus « objectivantes », c'est-à-dire rompant avec les représentations des enquêtés, tout en remarquant toutefois que « si aujourd'hui en France, c'est peut-être en sciences politiques que l'intérêt pour la notion semble le plus vivace, il n'est pas certain que ce soit à propos des carrières politiques, militantes ou associatives que sa dimension objectivante soit la plus patente » (p.166). Dans le deuxième, Ugo Palheta livre les résultats d'une observation directe menée dans un lycée professionnel et technologique au moment du mouvement anti-CPE entre février et décembre 2006. Il met ce faisant en lumière trois principes de différenciation des opinions entre les élèves avant de montrer comment celles-ci et les diverses formes de participation (ou non-participation) au mouvement associées forment un « espace » reflétant en fin de compte les positions des différentes classes au sein de l'établissement. Enfin, dans le dernier article, Elisabeth Rémy et Corinne Beck proposent une réflexion sur le lexique utilisé pour rendre compte des migrations humaines. Elles montrent ainsi combien les catégories verbales s'approchent de manière troublante de celles utilisées pour désigner les « espèces invasives » dans l'étude de la faune ou de la flore, elles-mêmes réduites à leur caractère nuisible. Or, même dans ce dernier cas, « on prend rarement en compte toute l'histoire qui nous relie à ces espèces animales ou végétales, puisque leur présence dépend de nos activités, de nos modes de transport, des habitats que nous créons et de nos façons de les penser » (p.208). Finalement, l'analogie n'est peut-être pas aussi aberrante qu'il n'y paraît...

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le fameux modèle de la « corbeille à papier » développé par Michael Cohen, James March, Johan Olsen dans leur article « A Garbage Can Model of Organizational Choice », Administrative Science Quarterly, vol.17, n°1. (mars 1972), p. 1-25

2 Sur cette question, voir notamment l'ouvrage collectif dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences-Po, 2005

3 A vos marques, prêts... cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008

4 Cf Howard Becker, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985

5 Cf Howard Becker, op.cit.

6 Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2003, dont on peut lire un compte-rendu ici

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Figures de la décision », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 05 novembre 2008, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/676

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page