Navigation – Plan du site

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris

Marion Blatgé
Sociologie de Paris
Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2008, 121 p., EAN : 9782707156105.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette réédition de Sociologie de Paris, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot nous proposent un voyage sociologique au cœur de la capitale. Au delà d'un panorama relativement exhaustif de la situation parisienne, c'est une réflexion sur la mixité sociale à laquelle nous invitent les deux sociologues, interrogeant ainsi le caractère à la fois consensuel et équivoque de la notion.

2Les trois premiers chapitres nous proposent une lecture approfondie de la capitale: les sociologues posent les repères spatiaux et les données statistiques indispensables à la compréhension de la capitale. Ville à la densité résidentielle élevée, peu étendue comparée à d'autres capitales européennes, Paris est le reflet de la centralité des pouvoirs en France. C'est dans le cœur de la ville que les lieux de pouvoirs sont les plus présents. À cette centralité, largement héritée de l'histoire de la ville, s'ajoute une fracture, celle qui divise l'espace d'Ouest en Est. Si les arrondissements de l'Ouest parisien sont bourgeois, ceux de l'Est sont plus populaires et cette répartition se prolonge au delà du périphérique. Une seconde ligne de séparation mérite d'être évoquée, la Seine: la rive droite étant traditionnellement dévolue aux affaires et la rive gauche à la culture. Paris représente avec éclat la centralisation des pouvoirs français, et sa démographie n'est que le reflet de sa forte attractivité. Du début du 19ème siècle à la première moitié du 20ème siècle, la ville connait un accroissement démographique extraordinaire, qui s'est par la suite largement tassé. La croissance de Paris a été largement alimentée par l'arrivée de nombreux provinciaux tout au long du 19ème siècle. L'immigration étrangère, très hétérogène dans sa composition, a ensuite pris le pas sur celle des provinciaux. Paris et sa région ont ainsi une proportion de population étrangère largement supérieure à la moyenne française. L'explication majeure de cette attractivité parisienne réside, sans conteste, dans le bassin d'emploi que représente l'Ile de France. La ville est marquée par ses migrations journalières, puisqu'un million de banlieusards s'y rendent quotidiennement pour travailler. Au delà de sa centralité en matière économique, Paris est également la ville de toutes les élites: politiques, culturelles et scientifiques. Ce qu'illustrent ici les deux auteurs, c'est le cumul de toutes les formes de capitaux, et ce, dans des espaces restreints.

  • 1 cf CHAMBOREDON J.-C. et LEMAIRE M., “Proximité spatiale et distance sociale”, Revue Française de So (...)

3Après avoir dressé cet état des lieux, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot s'attèlent dans les cinq derniers chapitres, à une réflexion sur le nouveau visage social de Paris: ville bourgeoise, de gauche, dans laquelle la mixité sociale est souhaitée mais pas réalisée. La capitale est bien dans un processus de gentrification : l'arrivée de classes moyennes et supérieures dans d'anciens quartiers populaires, dans lesquels ont lieu de nombreuses opérations de réhabilitation du bâti, remodèle de nombreux espaces. Le pendant de ce processus est la déprolétarisation de Paris, alimentée par l'augmentation des prix de l'immobilier et le recul de l'industrie dans la ville. En même temps qu'elle a perdu de nombreux représentants des classes populaires, la ville a vu ses conditions de logements s'améliorer. Si rien ne semble pouvoir s'opposer au départ des moins favorisés, les deux sociologues montrent que la large présence de l'habitat social est le seul frein à la gentrification. Ainsi, dans le 20ème arrondissement, un tiers des ménages résident dans un habitat aidé. Cette réalité rend le processus d'embourgeoisement moins radical que dans d'autres arrondissements. C'est dans cette capitale dont la composition sociologique s'est transformée qu'un socialiste a été élu maire en 2001 et reconduit en 2008. Les auteurs montrent que les évolutions sociologiques de Paris ne sont pas incompatibles avec ces bouleversements électoraux: les options idéologiques de la gauche plurielle recoupent celles des nouveaux Parisiens. Dans ce contexte, la promotion de la mixité sociale, assurée notamment par l'équipe municipale, est intrinsèquement ambigüe. La sociabilité entre les groupes sociaux ne se réalise pas systématiquement quand existe la mixité sociale, cette situation peut au contraire raviver les distances sociales1. Par ailleurs, des groupes sociaux, comme la grande-bourgeoisie, recherchent pour voisins leurs semblables. Les professions intellectuelles supérieures et les cadres préfèrent, quant à eux, des espaces plus hétérogènes: ce sont eux qui réinvestissent l'Est parisien. Pour autant, ces groupes sont mus par “le résidentiellement correct”: la mixité sociale souhaitée devient une promiscuité gênante quand il s'agit de scolariser son enfant dans l'arrondissement. À l'image des rapports avec les classes populaires, les relations entre Paris et sa banlieue sont ambigües. Il est difficile d'établir des synergies entre la ville et ses périphéries tant la rupture est marquée et profonde. Le périphérique est, en effet, une frontière: au delà de cette autoroute urbaine, la morphologie de la ville se transforme, les prix de l'immobilier sont singulièrement moins élevés. Si le projet d'un “Grand Paris” se développe, il se heurte à des clivages politiques importants entre la capitale et ses périphéries.

4Dans cet ouvrage clair, les deux sociologues donnent de nombreuses clés de lecture de Paris, particulièrement éclairantes pour les non-avertis. Les nombreuses données statistiques offrent un panorama précis de la situation économique et sociale de la capitale, tandis que les descriptions de quartiers- qu'ils soient ou non en mutation- sont fines et souvent étonnantes. Par ailleurs, la réflexion que les auteurs entament sur le concept de mixité sociale est stimulante, dans la mesure où ils actualisent par des exemples contemporains des notions classiques de sociologie urbaine.

Haut de page

Notes

1 cf CHAMBOREDON J.-C. et LEMAIRE M., “Proximité spatiale et distance sociale”, Revue Française de Sociologie, XI-1, 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Blatgé, « Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 05 novembre 2008, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/678

Haut de page

Rédacteur

Marion Blatgé

Docteure associée à l’IDHE-Équipe G. Friedmann, ATER Université Lille 3

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page