Navigation – Plan du site

Yankel Fijalkow, Sociologie du logement

Camille Sutter
Sociologie du logement
Yankel Fijalkow, Sociologie du logement, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 128 p., ISBN : 9782707165855.
Haut de page

Texte intégral

1Yankel Fijalkow propose dans ce court manuel d'introduire le lecteur aux différentes dimensions, aux questionnements induits par une sociologie du logement. Plusieurs questions guident la lecture de l'ouvrage, modulant les échelles géographiques et sociales, la nature et les motivations des acteurs en jeu, les moments de la distribution du logement - de sa construction à son allocation. Deux fils directeurs peuvent être définis : les mécanismes collectifs par lesquels il y a une réponse macrosociale à un besoin quantitatif en logement, mais aussi les manières d’habiter, étudiées par une sociologie individualiste. Six chapitres explorent les différents aspects d'une sociologie du logement.

2Un premier chapitre est consacré au logement en tant que question sociale : si les politiques du logement prennent tant de place dans le débat public, la crise du logement s’inscrit dans un processus de longue durée, entre construction du statut résidentiel et besoin accru de flexibilité. Y. Fijalkow rappelle ainsi trois mouvements constitutifs de l'histoire du logement, renvoyant à ses différentes fonctions sociales. Tout d'abord, le logement participe de la domiciliation, née de la sédentarisation des populations – ce processus détermine la formation d’un groupe social (oikos) constitué des maîtres et des escalves, en Grèce Antique en particulier. Ensuite s'opère au cours du Moyen-âge l’affiliation du logement, qui renvoie au droit d’exercer un métier dans un cadre d'indifférenciation du lieu d’habitat et de travail. Avec le déclin des corporations, le logement se resserre autour de la famille. Enfin, l'habitat s'individualise, le logement devient un bien monnayable. Avec le développement de l’industrie au XIXe siècle, la main d'oeuvre est logée dans des immeubles, souvent insalubres, qui sont les premiers objets des politiques publiques du logement.

3Être domicilié est devenu une norme sociale, ce qui permet à l'auteur d'insister dès ce premier chapitre sur la fonction de socialisation du logement. Au début du XXIe siècle, plusieurs tendances se dégagent en France : une accession accrue à la propriété, avec comme revers la financiarisation de l’investissement immobilier ; une crise du logement, avec environ 5 millions de mal logés (Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées) ; une modification de la demande de logement avec différentes tendances démographiques (allongement des durées de vie, augmentation des flux migratoires).

  • 1 Halbwachs M. (1912) La Classe ouvrière et les niveaux de vie, Paris, Félix Alcan.
  • 2 Wirth L. (1947), "Housing as a field of sociological research", American Sociological Review, vol. (...)

4Le deuxième chapitre de l'ouvrage est consacré à l'investigation sociologique de l'objet, en France et aux États-Unis. En France, le logement est un des premiers objets des enquêtes sociales : les premiers relevés de données sont effectués par les médecins hygiénistes. À partir des travaux de Maurice Halbwachs1 se développe l’idée selon laquelle le logement est une forme d’expression de la conscience collective. L’école américaine de Chicago se concentre d’abord sur les déplacements d’un quartier à l’autre. Avec les travaux de Louis Wirth2, l’habitat est considéré comme le produit d’une activité sociale. C'est ainsi le rôle intégrateur du logement qui est étudié de part et d'autre de l'Atlantique, selon différents points de vue mais avec un constat récurrent : ce rôle relève de différentes échelles, de l'articulation entre des considérations individuelles et sociales.

5Dans le troisième chapitre, les politiques nationales font l'objet d'une analyse détaillée et comparative à l'échelle européenne. En France, l'auteur souligne un déplacement du regard politique sur différents segments du marché du logement. Plutôt que de politiques substituables, on peut parler d'une complémentarité des rôles de l'État. Dans un premier temps, les politiques sont plutôt consacrées à la régulation du marché privé, avec la mise en place dès 1915 d'un contrôle des loyers. D'autres outils sont progressivement mis en place, comme l'aide à la pierre, l'aide à la personne - qui a pris une importance croissante.

  • 3 Esping Andersen G. (1990) Les Trois Mondes de l'État-providence, trad. fr. Paris, PUF, 1999

6En s'appuyant sur différents modèles de l'État (Esping Andersen3), l'auteur propose une classification des politiques nationales de logement selon deux axes: la priorité accordée à l'accès à la propriété, et l'importance du logement social. Trois modèles sont dégagés. Le modèle généraliste vise un public large et accorde à l'instar de la France ou de la Finland une importance assez grande à l'accès à la propriété. Le modèle dualiste s'oriente vers une spécialisation du parc social et s'accompagne d'une gestion souvent coopérative ou associative du logement, à l'instar du Royaume-Uni. Enfin, le modèle du "filet de sécurité" accorde une haute importance à l'accès à la propriété, combinée à une politique visant principalement des publics précaires, comme en Espagne.

7Le quatrième chapitre analyse la place et le rôle des acteurs locaux. Les communautés familiales et les coopératives de logement ont longtemps joué un rôle de soutien à l'accès au logement. Après la Seconde Guerre mondiale, des mouvements sociaux pour le droit au logement se développent en France - ainsi, naît en 1954 le mouvement Emmaüs. Plus récemment, des mouvements venant de l'extrême gauche, à l'instar de Droit au logement né en 1990, ont investi la scène politique.

8D'autres évolutions parcourent la gestion locale des logements. Ainsi, l'apparition du statut de locataire est le fruit d'une histoire, parallèle à celle des propriétaires fonciers, parmi lesquels la figure du lotisseur, considérant le logement comme un investissement, prend un place croissante. En parallèle, le développement des logements sociaux est considéré comme un héritage des cités patronales, et un transfert de responsabilité vers les municipalités. Ces dernières sont des acteurs de prime importance en raison du mouvement de décentralisation, et ont plusieurs outils à leur disposition, du permis de construire aux politiques de peuplement de l'espace.

9La dernière partie de l'ouvrage est consacrée à une sociologie individualiste, des stratégies des ménages  et de l'habitat. Selon Y. Fijalkow, le choix résidentiel est une notion discutable. De nombreux paramètres entrent en compte dans le choix du logement : réputation de l'espace, carte scolaire, mixité sociale. Un autre concept permet de saisir les stratégies des ménages, celui de trajectoire résidentielle, renvoyant à une combinaison de statuts sociaux et résidentiels. Ainsi, plusieurs trajectoires sont l'objet d'analyse : l'étude de la gentrification se développe dans les années 1960, tandis que s'observe en parallèle une dynamique de paupérisation de certains quartiers, avec la montée et la concentration spatiale de la précarité.

  • 4 Boudon Ph. (1977) Pessac de Le Corbusier, 1927-1967. Étude socio-architecturale, Paris, Dunod.

10Cependant, selon l'auteur, une appréhension de la ville comme lieu de polarisations sociales est insuffisante. L'objet du dernier chapitre est alors de comprendre l'habitat pour comprendre les dynamiques de la cohabitation. L'habiter est défini comme "ensemble des codes résidentiels d'appropriation de l'espace". Ainsi, prendre en compte les manières d'habiter permet de mettre en valeur une dynamique d'appropriation du logement (Boudon4 1977), pouvant être modifiée par la cohabitation.

11En conclusion, Y. Fijalkow insiste sur la dynamique de ségrégation à l'œuvre actuellement, liée notamment à l'importance des mécanismes de marché, et rappelle l'importance du droit à l'habitat.

Haut de page

Notes

1 Halbwachs M. (1912) La Classe ouvrière et les niveaux de vie, Paris, Félix Alcan.

2 Wirth L. (1947), "Housing as a field of sociological research", American Sociological Review, vol. 12, p. 137-143.

3 Esping Andersen G. (1990) Les Trois Mondes de l'État-providence, trad. fr. Paris, PUF, 1999

4 Boudon Ph. (1977) Pessac de Le Corbusier, 1927-1967. Étude socio-architecturale, Paris, Dunod.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Sutter, « Yankel Fijalkow, Sociologie du logement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 14 novembre 2011, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6789

Haut de page

Rédacteur

Camille Sutter

Ancienne élève de l'ENS de Lyon en économie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page