Navigation – Plan du site

David Courpasson, Jean-Claude Thoenig, Quand les cadres se rebellent

Igor Martinache

Texte intégral

  • 1 L'un des marqueurs identitaires essentiels de cette catégorie bien française dont Luc Boltanski a r (...)
  • 2 Une littérature grise sur laquelle Luc Boltanski -encore lui- et Eve Chiapello se sont appuyés pour (...)
  • 3 Citons parmi d'autres : avec Madeleine Grawitz et Jean Leca, le 4ème volume du Traité de science po (...)

1Disons-le tout net, il ne s'agit pas ici à proprement parler d'une enquête sociologique approfondie, mais davantage d'un objet hybride, à mi-chemin entre la sociologie des organisations et la littérature « managériale ». Une écriture assez particulière donc, entre remarques de bon sens, envolées (à prétention) lyriques et emploi d'un jargon à prétention scientifique, que les lecteurs familiers de la presse « pour cadres » 1 et autres manuels destinés aux étudiants des écoles de gestion 2. Des milieux auxquels sont justement habitués les deux auteurs, David Courpasson, professeur à l'Ecole de Management de Lyon, et Jean-Claude Thoenig, ancien professeur à l'INSEAD, directeur de recherche au CNRS rattaché au laboratoire Dauphine Recherche en Management de l'université parisienne du même nom, et surtout auteur d'une série de travaux de référence en sociologie des organisations et de l'action publique 3.

  • 4 Qui pourtant existent bel et bien parmi les cadres, voir par exemple « Le gouvernement provoque les (...)
  • 5 Sur ce sujet, cf Pierre Mercklé, « Une sociologie des “irrégularités sociales” est-elle possible ?  (...)
  • 6 Dont l'un évoque d'ailleurs largement l'histoire du film Ressources humaines de Laurent Cantet (199 (...)

2Malgré cet argument d'autorité, Quand les cadres se rebellent devrait hérisser le poil de nombre de chercheurs, tant pour le style de son écriture que pour sa rigueur méthodologique. L'objet est pourtant a priori digne du plus grand intérêt : les révoltes de cadres. Mais, comme le précisent rapidement les auteurs, il ne s'agit pas de conflits sociaux dans le sens usuel du terme 4, mais de rébellions avant tout individuelles de la part de cadres étiquetés par leurs directions comme étant à « haut potentiel », âgés d'une trentaine d'années et hyperconformistes, peu enclins jusque-là à la protestation. Des trajectoires individuelles a priori improbables - ce qui n'est pas sans présenter un intérêt sociologique certain 5- mais dont on n'apprendra rien sur la représentativité. Les auteurs ont en effet choisi d'appuyer leur démonstration sur la présentation de sept cas différents de cadres s'étant un jour opposés à leur hiérarchie 6.

  • 7 Comme le révèlent les unes récurrentes des hebdomadaires pour cadres ou certaines représentations m (...)
  • 8 On peut déjà remettre en question l'homogénéité de la catégorie à laquelle invite de manière trompe (...)
  • 9 La fatigue des élites. Le capitalisme et ses cadres, Paris, Seuil, coll. « la République des idées  (...)
  • 10 Défection et prise de parole. Théorie et applications, Paris, Fayard, coll. « L'espace du politique (...)

3Le thème du malaise des cadres est aujourd'hui suffisamment à la mode 7 pour que les sociologues s'en méfient 8. Il n'empêche, un certain nombre de faits sont là - à commencer par les plus graves d'entre eux, tels les suicides sur leurs lieux de travail de plusieurs cadres, au technocentre de Renault à Guyancourt (78), chez PSA ou à La Poste notamment - pour prendre tout de même la question au sérieux. L'un des anciens co-auteurs de Jean-Claude Thoenig, François Dupuy, avait dans un récent ouvrage proposé une analyse sociologique intéressant du phénomène 9. Mais celui-ci avançait cependant que, loin de se rebeller, les cadres mal à l'aise répondaient surtout à leur état par la démobilisation professionnelle, présentant de ce fait une réaction logiquement économique qu'Albert Hirschmann avait qualifié d'exit - par distinction de la prise de parole -voice- et de la loyauté comme réactions possibles d'un individu face à une institution qui dysfonctionne - dans son ouvrage classique 10. C'est donc à la prise de parole que David Courpasson et Jean-Claude Thoenig ont choisi eux de s'intéresser, brossant chapitre après chapitre un modèle explicatif de ce type d'événement socialement peu visible

  • 11 The Functions of the Executives, Cambridge, Harvard University Press, 1938
  • 12 Personnage d'une nouvelle d'Herman Melville qui répond aux ordres qu'il juge illégitimes « I would (...)

4Les cadres constituent un groupe intermédiaire entre les dirigeants-propriétaires et la base des salariés qu'ils sont précisément supposés encadrer.Cette position ambiguë, accompagnée de nombreux avantages matériels mais résidant également dans une certaine marge d'autonomie dans l'organisation de leur travail, les rend a priori difficilement enclins à la contestation. Ce serait cependant oublier le revers de cette médaille, qui peut se résumer par un envahissement de la sphère professionnelle dans la sphère privée plus marqué que chez les autres salariés. Qu'il s'agisse d'un coup de fil à 22h un soir de week-end ou d'une « proposition » de poste à l'autre bout de la planète - dont implicitement tous savent qu'il s'agit en fait d'un ultimatum-, il s'agit selon les auteurs du facteur déclenchant le plus probable de la rébellion. Il peut s'agit également d'une décision prise par ce que les agents en question perçoivent comme des bureaucrates, comme ces responsables marketing d'un réseau bancaire commercial qui décident de mettre en oeuvre un système d'évaluation des directeurs d'agence et génèrent une fronde solidaire de ces derniers, ou encore lorsque la direction générale décide de supprimer arbitrairement un programme de recherche prometteur. Plus généralement, c'est donc lorsque l'entreprise caractérisée par une bureaucratie « hégémonique » viole la « zone interdite », autrement dit dépasse la zone d'indifférence théorisée précocément par Chester Barnard 11 que les cadres vont exprimer plus ou moins collectivement leur mécontententement. Celui-ci peut revêtir des formes diverses, d'un simple refus à la Bartleby 12 souvent synonyme de mise au placard, à l'envoi de messages électroniques généraux sur la messagerie interne, les conséquences de ces actes sont elles-mêmes variées - de la démission à la promotion en passant par le changement.

5Après avoir analysé la dynamique de ces contestations, les auteurs s'efforcent ensuite de montrer comment celles-ci présentent une dimension créatrice, tant pour les cadres concernés que pour l'entreprise. Elle met en lumière pour les premiers tous les consentements tacites auxquels ils s'étaient jusqu'alors livrés dans leur vie professionnelle et leur permet dès lors de « choisir » leur vie en connaissance de cause. « Résister, c'est en définitive contester des évidences. Il y a beaucoup d'évidences dans le management actuel : l'évidence de la flexibilité, de la rapidité, de la mobilité et de l'agilité, l'évidence de la diversité et de la différence » (p.47). Ce même dévoilement peut également profiter à l'entreprise, pourvu que ses dirigeants soient capables de l'apercevoir. Est en particulier mise en évidence par les rébellions de cadres l'importance cruciale de ce que les auteurs appellent « la force des vestiaires », à savoir la cohésion affective au sein des équipes, facteur décisif de réussite ainsi que la métaphore sportive le suggère. Ce sont dès lors diverses transformations organisationelles qui peuvent être mises en oeuvre par l'entreprise : ses modes de décision, et en particulier ses instruments, ses offres aux consommateurs ou son positionnement sur son ou ses marchés. Les auteurs identifient trois types de rébellion créatrice qu'ils qualifient de collégiale, territoriale ou cognitive, selon que la contestation porte respectivement sur la légitimité des experts, celle des valeurs ou celle des interprétations des événements en question. Chacune étant fondée sur des ressources et apportant des résultats distincts.

  • 13 Sur la question de la démocratie dans l'entreprise, voir notamment les travaux de Thomas Coutrot, p (...)

6C'est même à « la société » dans son ensemble que ces cadres rebelles rendraient service selon les auteurs. Ces derniers vont en effet jusqu'à les qualifier de « passeurs de société » car ils permettraient d'introduire dans l'entreprise l'évolution des valeurs de la société où elle s'inscrit. La démonstration n'est pas tout à fait convaincante, mais les auteurs remarquent cependant que la contestation n'est pas nécessairement fertile. Encore faut-il qu'elle soit comprise par le « top management ». Les capacités de récupération de ces derniers ne sont pas à sous-estimer, et les auteurs terminent sur une série de recommandations pour éviter les blocages et passer d'une organisation hégémonique à une « polyarchie ». Un régime politique théorisé dans les années 1950 par Arnold Tannenbaum pour désigner une « gouvernance » pluraliste sachant intégrer le conflit. Il s'agit dès lors pour les dirigeants d'envisager les contestataires comme des adversaires à respecter et écouter plutôt que comme des ennemis, autrement dit sortir du modèle oligarchique habituel au sein des entreprises 13.

  • 14 op.cit.

7On reste un peu perplexe devant l'enthousiasme dont font preuve les auteurs, même s'ils précisent en conclusion que l'avenir reste ouvert. Cependant, si leurs résultats peuvent paraître manquer de robustesse, ils n'en soulèvent pas moins une série de questions et de propositions intéressantes pour les chercheurs et surtout pour les cadres eux-mêmes. Ces derniers pourront également faire connaissance -ou réviser- un certain nombre de travaux de référence en sociologie des organisations et en management que les auteurs présentent avec une clarté remarquable. On pourra surtout les inviter à se plonger dans l'ouvrage de Luc Boltanski et Eve Chiapello 14. Ceux-ci montrent bien comment le capitalisme a su récupérer sa « critique artiste ». Un diagnostic dont Quand les cadres se rebellent constitue finalement une illustration patente. Une lecture on ne peut plus d'actualité en ces temps de crise(s). Et qui rappellent qu'avec le capitalisme, tout se ramène finalement à une question de valeurs...

Haut de page

Notes

1 L'un des marqueurs identitaires essentiels de cette catégorie bien française dont Luc Boltanski a retracé la construction sociale dans un ouvrage de référence : Les cadres. La formation d'un groupe social, Paris, Minuit, 1982

2 Une littérature grise sur laquelle Luc Boltanski -encore lui- et Eve Chiapello se sont appuyés pour décrire Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999

3 Citons parmi d'autres : avec Madeleine Grawitz et Jean Leca, le 4ème volume du Traité de science politique: les politiques publiques, Paris, PUF, 1985 ; avec François Dupuy : L'administration en miettes, Paris, Fayard, 1985 et Sociologie de l'administration française, Paris, Armand Colin, 1983 ; avec Yves Mény : Les politiques publiques, Paris, PUF, 1989

4 Qui pourtant existent bel et bien parmi les cadres, voir par exemple « Le gouvernement provoque les cadres », L'Humanité, 23 juillet 2007. Les auteurs reconnaissent d'ailleurs en fin d'ouvrage que le taux de syndicalisation en France parmi les cadres est près de deux fois supérieur à celui des ouvriers - 8% contre 4%

5 Sur ce sujet, cf Pierre Mercklé, « Une sociologie des “irrégularités sociales” est-elle possible ? », Idees, la revue des sciences économiques et sociales, n° 142, décembre 2005, pp. 22-29. Disponible en ligne à ce lien

6 Dont l'un évoque d'ailleurs largement l'histoire du film Ressources humaines de Laurent Cantet (1999)

7 Comme le révèlent les unes récurrentes des hebdomadaires pour cadres ou certaines représentations médiatiques, telles que les romans de Michel Houellebecq, notamment L'extension du domaine de la lutte (1994), ceux de Frédéric Beigbeider, 99Francs en tête (2000), ou au cinéma, L'emploi du temps de Laurent Cantet (2001) ou Deux jours à tuer de Jean Becker (2008)

8 On peut déjà remettre en question l'homogénéité de la catégorie à laquelle invite de manière trompeuse l'existence même du substantif « cadres » -cf Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire : économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982

9 La fatigue des élites. Le capitalisme et ses cadres, Paris, Seuil, coll. « la République des idées », 2005

10 Défection et prise de parole. Théorie et applications, Paris, Fayard, coll. « L'espace du politique », 1995 [éd.originale : 1970]

11 The Functions of the Executives, Cambridge, Harvard University Press, 1938

12 Personnage d'une nouvelle d'Herman Melville qui répond aux ordres qu'il juge illégitimes « I would prefer not to » - « je ne préfèrerais pas »

13 Sur la question de la démocratie dans l'entreprise, voir notamment les travaux de Thomas Coutrot, par exemple, Critique de l'organisation du travail, Paris, La Découverte, 2002

14 op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « David Courpasson, Jean-Claude Thoenig, Quand les cadres se rebellent », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 07 novembre 2008, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/679

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page