Navigation – Plan du site
Emile Zola. De l’utopisme à l’utopie (1898-1903)

Emile Zola. De l’utopisme à l’utopie (1898-1903)

Fabian Scharf, Emile Zola. De l’utopisme à l’utopie (1898-1903), Paris, Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernités, 132 », 2011, 624 p., ISBN : 9782745322111.
Notice publiée le 15 novembre 2011

Présentation de l'éditeur

Cette recherche est consacrée au développement de la pensée utopique dans les dernières oeuvres d’Émile Zola : Paris (1898), Fécondité (1899), L’Ouragan, Travail (1901), L’Enfant roi, Sylvanire ou Paris en amour (1902), et Vérité (1903). La société idéale selon Zola s’annonce dès les Contes à Ninon (1864), les premiers romans et Les Rougon-Macquart. À la fin des Trois Villes, la pensée utopique se montre dans les discours idéologiques et polémiques qu’engage le héros fondateur, qui s’oppose à la société décadente de la fin du XIXe siècle. Au début des Quatre Évangiles, les Froment fondent la ferme modèle de Chantebled et les colonies de la France nouvelle en Afrique. Dans Travail, Luc Froment construit la Cité heureuse du XXe siècle où se réalise l’utopie technique, scientifique et artistique de Zola. Dans Vérité, son dernier roman, l’écrivain imagine l’école de l’avenir. Finalement, l’enjeu est d’analyser les idées natalistes et eugéniques de Zola et d’étudier les ouvrages fouriéristes, anarchistes et collectivistes influant sur ses derniers romans.

Né à Göttingen en 1977, Fabian Scharf, docteur en littérature et civilisation françaises, est professeur d’allemand au Havre.

Haut de page