Navigation – Plan du site

Stéphane Goël, Prud’hommes

Jean-François Blanchard
Prud'Hommes
Stéphane Goël, Prud'Hommes, Blaq Out, 2011.
Haut de page

Texte intégral

1Le droit social régit les rapports humains dans un cadre qui est celui du contrat de travail. Licenciements abusifs ou ruptures de contrat (60 % des conflits), heures supplémentaires non payées, salaires restant dus, harcèlement constituent les griefs que forment le plus souvent les salariés, demandeurs dans 98 % des cas devant les Prud’hommes. Le nombre de demandes déposées aux greffes des Prud’hommes dépasse les 200 000 par an en France. Pour autant « traîner son employeur devant les Prudhommes » est une véritable épreuve pour laquelle le salarié se doit d’être conseillé et assisté. Quels que soient les faits, l’engagement dans cette procédure marque une rupture avec l’employeur, et quelle qu’en soit l’issue, le salarié y joue souvent son employabilité présente et future et les coups sont portés sans ménagement. Le droit est souvent favorable au salarié, mais il lui appartient d’apporter les éléments de preuve, exercice difficile dans le contexte de l’entreprise où les témoignages sont difficiles à susciter et les preuves matérielles souvent volatiles. Derrière la demande d’argent ressentie comme un dû par le salarié, les films montrent que l’action devant les Prudhommes contient — sous-jacente — une demande de réparation morale, de reconnaissance. Même dans le cas où le salarié a commis une faute reconnue, celui-ci souhaite défendre sa réputation.

2Le premier des deux DVD sur le sujet « les tribunaux des Prud’hommes » réalisé par Stéphane Goël contient un reportage tourné au tribunal des Prudhommes de Lausanne. Le second comprend trois séquences : des procédures aux Prud’hommes à Rennes et à Courbevoie, un entretien avec deux juges — un employeur et un salarié — et un magistrat, et un entretien avec Vincent de Gaulejac sur la condition actuelle du salarié.

3Cet ensemble, d’une durée d’environ quatre heures offre un documentaire complet sur la question. Le parti pris du réalisateur est de laisser le spectateur libre de son point de vue1en lui donnant les éléments d’information. Le film donne une image du monde du travail, une image indirecte par les témoignages des salariés, et les audiences. Il laisse en perspective d’autres situations qui n’ont pu être filmées faute d’accord des parties ou du juge, ou d’autres encore restées latentes le salarié n’ayant pas donné suite pour des raisons que l’on imagine aisément.

4C’est derrière les murs épais et les lourdes portes du Palais de justice de Lausanne que l’on débat, la nuit tombée des litiges du travail, derrière quelques fenêtres éclairées : pas de public, le silence des couloirs. Le reportage présente tout le cheminement d’une affaire. Le premier temps est le conseil au salarié par l’inspecteur du travail, ou le syndicaliste. C’est tout d’abord, pour le salarié, le temps de l’expression de l’injustice ressentie, de la souffrance et, en réponse le bénéfice d’une écoute. C’est ensuite le temps de la prise de connaissance du droit, des prétentions admissibles, des enjeux, des règles avant la décision d’ester devant la juridiction prud’homale. Nous retrouverons cela dans le second DVD.

5Les cas montrés sont souvent ceux de travailleurs immigrés, de jeunes, les personnes les plus précaires les plus vulnérables y sont le plus exposées aux abus. Ces cas décrivent la réalité du monde du travail avec ses tensions, ses rivalités et ses excès dans l’exploitation, le management intrusif dans la vie du salarié, dans l’irrespect et la maltraitance, ou dans la malhonnêteté pure et simple.

6Face ces situations très diverses, les juges suisses examinent les faits, patiemment, animés d’un réel souci de conciliation et d’équité. Quelques affaires — évoquées brièvement – évoquent l’impunité de certains employeurs qui ne prennent même pas la peine de se présenter à l’audience.

7Le même souci d’une décision raisonnable anime les juges des tribunaux de Rennes et Courbevoie.

8L’entretien avec les deux juges et le magistrat permet de décrire les différents aspects du fonctionnement de la juridiction dont le nombre de tribunaux est en diminution après la révision de la carte sanitaire. Chaque juge et le magistrat présentent son point de vue et sa façon d’aborder les situations. Le sentiment qui ressort — en dépit de différences importantes entre les juges — est celui d’une culture partagée autour du droit social défenseur du salarié dans le contrat de travail. Cette posture humaniste reste un rempart protecteur du salarié devant une évolution « économiste » avec des conditions d’emploi moins favorables en droit.

9L’entretien de Jenny Keguiner avec Vincent de Gaulejac sociologue du travail et Sébastien Darigrand, représentant les entreprises du champ de l’économie sociale et coopérative permet de replacer la condition du salarié en perspective dans une économie d’entreprise où la part du produit revient de plus en plus au capital financier, d’où une pression croissante sur le facteur humain à l’aide d’un discours managérial basé sur la réalisation de performances et d’objectifs. Dans ce contexte, la prévention des risques professionnels apparaît biaisée. Le témoignage de Sébastien Darigrand, tout en mettant l’accent sur la réalisation de ces politiques de prévention, n’apporte pas véritablement de proposition alternative. Il est vrai que la solution est du domaine du politique.

10L’ensemble de ces documents est riche, complet, pertinent et peut faire l’objet de différentes utilisations — je pense là aux enseignants.

11Je n’ai pas disposé du conditionnement final du produit. Sans doute un livret documentaire est-il prévu ?2

Haut de page

Notes

1  Contrairement au célèbre film de Raymond Depardon 10e chambre, instants d’audience (2004), qui plaçait le spectateur en position du juge.

2  Les DVD sont produits par BLAQ OUT. Voir le site www.prudhommes-lefilm.com

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Stéphane Goël, Prud’hommes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6802

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page