Navigation – Plan du site

La fabrique filmique : une réponse à Jean Ferrette

Kristian Feigelson
La fabrique filmique
Kristian Feigelson, La fabrique filmique. Métiers et professions, Armand Colin, coll. « Cinéma/Arts visuels », 2011, 254 p., ISBN : 9782200249113.

À lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Puisque la rédaction de Lectures est mise en cause dans les premières lignes de cette réponse de Kristian Feigelson au compte rendu que Jean Ferrette avait fait de son ouvrage, nous tenons ici à apporter quelques précisions : contrairement à ce qui est allégué par Kristian Feigelson, nous avions scrupuleusement relu le compte rendu de Jean Ferrette, et en avions corrigé les éventuelles fautes d’orthographe et de grammaire, comme d’ailleurs nous l’avons fait pour le texte de réponse publié ci-dessous. S’il subsiste des fautes dans l’un ou l’autre de ces deux textes, nous en sommes bien sûr totalement responsables. En revanche, ces relectures ne peuvent en aucun cas être des censures. Nous « relisons » donc, mais dès lors que les propos tenus nous semblent clairs, argumentés, et en conformité avec les différents points de la charte de Lectures¸ il ne nous appartient pas de « réécrire ». Nous avons estimé que c’était le cas dans ce compte rendu, comme dans la réponse ci-dessous, et dans les deux cas (et dans les limites posées la charte), les opinions et les jugements sont sous la responsabilité entière des auteurs de ces deux textes.

Texte intégral

1J’ai été étonné qu’un site aussi sérieux que Lectures puisse accepter de publier en août dernier et sans véritables relectures me semble-t-il, plusieurs pages entièrement négatives en réaction à mon dernier ouvrage La fabrique filmique : métiers et professions (éditions Armand Colin, juin 2011). Ayant moi-même pratiqué la critique dans maintes revues à comité de lecture, mais dans le respect avant tout du travail des auteurs, je ne peux effectivement souscrire à une critique qui relève ici du ressentiment. Face à des allégations gratuites autour d’un argumentaire fragile, je souhaite apporter des réponses fermes, dans le cadre d’une démarche scientifique que j’explicite dès les trente premières pages de l’ouvrage, sur mes sources et mes objets, mes hypothèses et préalables épistémologiques, mes méthodes et mes enquêtes. Puisqu’à l’issue de son procès, M. Ferrette me pointe : « le sociologue se fait à son insu le véhicule des idéologies…bref c’est la négation de la sociologie elle-même…etc. ».

2Cet ouvrage trouve son origine dans le contexte actuel de la professionnalisation des étudiants de cette filière (plusieurs milliers en France), puisque j’enseigne depuis 15 ans dans un département cinéma à la Sorbonne où ces questions ont été assez peu prises en compte dans des cursus marqués par la précarité. Il s’agissait grâce à ce livre d’ouvrir sur un sujet à la fois nouveau et essentiel. D’autant plus qu’il n’existe que des monographies descriptives sur certains métiers (publiés par des éditeurs spécialisés ou la Fémis), mais aucun ouvrage de recherche et aucune analyse d’ensemble ou de fond replaçant ces catégories de métiers dans une perspective à la fois historique, économique et sociologique pour problématiser l’activité cinématographique. Un des objectifs de La Fabrique filmique est qu’il puisse ouvrir ensuite d’autres jalons et pistes de recherche.

3Il s’agissait donc ici de proposer une analyse à partir des acquis de la sociologie des professions comme des organisations, dans un secteur délaissé au profit de théories plutôt centrées sur l’auteur de cinéma, pour analyser l’univers anonyme des techniciens mal connu à ce jour. En mettant d’ailleurs l’accent sur le principe d’incertitude (cf. les travaux de Michel Crozier en sociologie des organisations et ceux de Pierre Michel Menger en sociologie des professions), je heurtais au fond l’approche déterministe revendiquée mais jamais argumentée par M. Ferrette. Sa critique, évacuant les spécificités du secteur cinéma et audiovisuel, dénie au film son caractère de prototype et à l’intermittence sa forme d’organisation spécifique par projet. Ces aspects sont maintes fois vérifiés par mes enquêtes empiriques dans une perspective comparée. Sinon comment comprendre l’essence même du travail dans ces secteurs et leurs transformations actuelles dans un univers globalisé (chapitre 7 Globalisation et dynamique des marchés du travail) ? D’ailleurs en conclusion de son article, négligeant mes nombreuses sources citées comme ma bibliographie, M. Ferrette nous recommande en termes de référence sociologique de lire un ouvrage de 1949 puis un numéro de la revue Cinémaction datant déjà de 20 ans…

4En donnant un éclairage actuel sur les métiers et les enjeux de la professionnalisation au cinéma, à partir de nombreuses enquêtes circonstanciées de terrain, je souhaitais montrer l’envers du décor pour appréhender de l’intérieur les processus de fabrication d’un film. J’avais donc choisi dans La fabrique filmique de circonscrire l’usage du mot « cinéma » à ses applications les plus pratiques dans la continuité d’un travail publié sur l’histoire sociale du cinéma par Yann Darré en 2000 (Histoire sociale du cinéma français, La Découverte). Sept chapitres exposent de manière théorique mes hypothèses tout comme mes modèles empruntés à la sociologie interactionniste d’origine nord-américaine. Comment aborder l’activité cinématographique sous l’angle de projets circonscrits dans le temps et d’une production intégrée dans la continuité ? Comment décrire des organisations éphémères de tournage et pourtant inscrites dans la durée ? Comment évaluer la réalité de l’emploi dans la production cinématographique ? Les évolutions de 1936, marquées par une réelle syndicalisation au sein des catégories de techniciens, suivies d’une mise en place de la carte d’identité professionnelle, légitimée par la suite via différentes politiques publiques engagées au CNC après 1946 sont décrites dans ces différents chapitres. Comment analyser les trajectoires professionnelles autour de cas concrets (école Louis Lumière, Fémis…) puis à partir d’évolutions plus récentes liées au débat sur l’intermittence ? Autant de questionnements auxquels ce livre se propose d’apporter des réponses ou plus modestement ouvrir des débats.

5Le livre correspondait donc à des enquêtes déjà entamées depuis plusieurs années sur ces sujets, comme cette recherche avait bénéficié d’un accueil au Centre de sociologie du travail et des arts en 2005-2006 (CNRS) pour bénéficier de ses ressources réputées en France. J’avais conclu une série d’enquêtes menées dans les milieux professionnels (directeurs de production, association professionnelles et syndicats, catégories diverse de techniciens et intermittents, auprès de différentes écoles de cinéma et dans le cadre de tournages délocalisés notamment aux studios Barrandov à Prague sur des films de fiction long métrage en coproduction internationale, mais aussi en France, à Hollywood et Bollywood…). Je ne souhaite pas ici reprendre les points diffamatoires d’une critique polémique (smic statistique, copié-collé, phrase échappée de Wikipédia…). Le débat complexe par exemple sur les sources statistiques du domaine est développé dans un sous-chapitre 3 puis clairement présenté dans 17 graphiques et tableaux commentés. Les entretiens dont je fais état (plus de 150) sont mentionnés dès l’introduction en note 1 de la page 7 (avant d’être repris et analysés dans trois chapitres spécifiques, de manière plus implicite dans le chapitre 3 et 5 et plus explicite dans le chapitre 6…) tandis que les protocoles sont reproduits dans les annexes de fin p 235-237. (« De ces entretiens dont il n’est rendu compte qu’à partir de la page 140 » sic).

6Comment M. Ferrette, aussi soucieux des cursus comme de ses sources, peut-il produire une série de jugements à mon sujet comme il l’affirme : « avoir une formation de base littéraire n’est pas un défaut en soi » ! Pour le démentir, j’ai été comme lui quelques années enseignant de sciences économiques et sociales en lycée, après un parcours en droit, russe et sociologie, avant d’être qualifié bien plus tard par le CNU en sociologie. D’ailleurs mon propre parcours est aussi atypique : j’ai rapidement démissionné de mon poste de lycée et suis rentré très tardivement à l’Université après avoir parcouru le monde et travaillé de nombreuses années comme sociologue indépendant sur une diversité de thématiques, contredisant M. Ferrette qui rajoute : « son auteur est bien installé institutionnellement, professeur d’université à la Sorbonne Nouvelle, il a accès à une maison d’édition prestigieuse. ». La collecte des données et la vérification des faits est sans doute un des fondements de la sociologie si l’on se réfère à Durkheim. Pour encore démentir M. Ferrette sur ces allégations gratuites, l’ouvrage avait été proposé pendant deux ans aux éditions du CNRS, qui avaient hésité à le publier pour finalement se dessaisir, puis à Armand Colin qui pendant deux ans l’a réexaminé avant de le refuser pour finalement l’accepter un an plus tard, avec un travail de réécriture adapté à la collection. A soumettre un livre dans l’espace public, en passant par un comité éditorial, il n’y a donc là ni acquis, ni privilège ou passe-droit. Ou pour suivre M. Ferrette, cela procéderait-il encore d’une « idéologie sous-jacente » ? Et laquelle… Puisque je viens d’ailleurs de terminer une autre enquête de terrain autour de ces mêmes catégories de professionnels pour le Centre national de l’emploi et de la formation dans l’audiovisuel qui corrobore encore malheureusement toutes les « impressions subjectives » de votre recenseur.

Post-scriptum

7En réponse à votre préambule dont j’ai pris connaissance après la publication de mon droit de réponse légitimement accordé par la loi du 29 juillet 1881, je voudrais distinguer les « Choses dites » de « Ce que parler veut dire ». De quelles « allégations » maintenant s’agit-il pour reprendre encore votre formule « Contrairement à ce qui est allégué par Kristian Feigelson… » ?. J'avais prudemment avancé dans ma réponse le mot « me semble-t-il » concernant la relecture et publication de ce compte-rendu par votre rédaction. Je sais aussi la responsabilité et le travail d’une rédaction pour avoir publié une douzaine d’ouvrages et travaux collectifs de revues. Tout support reste responsable et solidaire des propos tenus par ses collaborateurs. Il s'agit ici de distinguer le débat légitime d'idées de la polémique et encore de la diffamation. Je ne souhaitais d’ailleurs aucune réponse pour éviter toute polémique inutile après un article que vous publiez à partir « de propos clairs et argumentés » sans autre forme d’attention à mon égard.

8Il me semble en effet très grave qu'un site de réflexion réputé sérieux, légitime de tels écrits affirmant entre autres le copié-collé de Wikipédia (sur lequel nous luttons en permanence à l'Université) ou  insinuant des appuis dont j'aurais pu bénéficier par mon statut à l'Université pour publier dans une collection prestigieuse, qui de fait serait décrédibilisée par cet ouvrage, représentant  plusieurs années de recherches. Le compte rendu de votre collaborateur est suffisamment éloquent sans revenir de nouveau dessus. Publier sur le web équivaudrait alors aujourd'hui à laisser passer tout propos au nom d'une prétendue liberté d'expression confondant recherche et diffamation dans la totale confusion, sans aucun protocole dévolu à toute discipline scientifique pour s’attacher aux seules fautes d’orthographes ou de grammaires comme le défendrait votre Charte (travail attendu de toute rédaction). On pourrait donc écrire tout et n’importe quoi en démolissant sur 4 pages et sans mesures le travail d’un chercheur dans cette nouvelle culture du clic et du zapping? Qui d’autres par exemple au sein de votre rédaction après cette lecture controversée de mon livre avait réellement lu en contrepoint mon ouvrage (entre sa date d’envoi début juillet à votre rédaction et la parution mi-août du compte-rendu) dans le cadre d’un modèle éditorial créditant de votre professionnalisme ?

9Vous rajoutez : « Ces relectures ne peuvent en aucun cas être des censures ». Je me permettrais de vous faire remarquer que j'ai toujours défendu la liberté de critique, utile et fondamentale pour faire avancer le débat d’idées. Je vous renvoie à ce sujet à l'article Le poids des mots, le prix des images que j'avais publié dans Libération le 4 mai 2009 avec Pierre Sorlin suivi d’une émission sur France Culture, en défense de la recherche suite à la judiciarisation du livre "Contre enquête sur le Cauchemar de Darwin" publié chez Flammarion. La question de l’éthique est au cœur de la démarche du chercheur. Je vous mentionnerais à cet égard pour conclure ma dernière contribution in « Just images : ethics and cinematic » Cambridge Press (2011). Lectures pourra alors méditer cette phrase de Mark Twain « Pour celui qui n’a qu’un marteau, tout prend la forme de clous ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kristian Feigelson, « La fabrique filmique : une réponse à Jean Ferrette », Lectures [En ligne], Les livres, 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6815

Haut de page

Rédacteur

Kristian Feigelson

IRCAV/Paris 3 - Centre de sociologie politique Raymond Aron / Ehess

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page