Navigation – Plan du site

Maurice Bernard, Les élites françaises. La marche vers le pouvoir (Tome 2)

Fabrice Hourlier
Les élites françaises
Maurice Bernard, Les élites françaises. Tome 2, La marche vers le pouvoir, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2010, 183 p., EAN : 9782296113084.
Haut de page

Texte intégral

1Malgré le titre de ce tome 2, on trouvera moins une analyse historique de la montée au pouvoir des élites françaises qu’une réflexion sur la « crise des élites ».

2L’auteur cherche à démontrer que la partition de la société entre élites et masses se construit systématiquement selon le même schéma. Au sein de chaque groupe social, elle est constituée par les meilleurs, par ceux qui ont des talents différents de leurs contemporains voire. Les élites se reconnaissent et se confirment entre elles. « Appartenir à l’élite implique d’être soi-même persuadé d’en faire partie, hors de tout sentiment d’arrogance ou de suffisance. Cette confiance en soi se nourrit des marques de légitimité recueillies par le bénéficiaire dans un jeu de miroir social qui est un élément caractéristique du statut d’élite. » (P. 49) Les sources de l’excellence sont à la fois innées et acquises. Patrimoine génétique, stimulation et état neuronaux, capacité à la résilience comptent parmi les différents facteurs présentés. S’il existe des élites dans tous les domaines, les élites dirigeantes renvoient aux seuls chefs d’entreprise et hommes politiques.

3Mais, pour l’auteur, les élites sont contestées en dehors d’elles-mêmes. Il présente le danger de l’émergence, au sein de la société globale, de valeurs où les critères élitaires ne feraient plus l’unanimité. S’en remettre tout de go au pouvoir de l’élite ne va plus de soi. Alors que cette réticence, voire cette contestation, pourrait exister au nom d’un regain d’exigence (et d’excellence) ou d’ouverture formulé à l’égard de l’élite, elle semble une « opinion » irrecevable pour l’auteur. Cette dernière aurait partie liée avec les valeurs du travail, du respect de l’autre en déclin au sein de la société (on regrette que M. Bernard n’ait pas lu les enquêtes statistiques qui démontrent le contraire et notamment concernant la valeur travail), tandis qu’on aurait à faire à la « tyrannie des droits de l’homme » (nouvelle version de la passion pour l’égalité de Tocqueville). La concentration sur la théorie de Paréto (où les élites en crise accélèrent leur chute en reprenant les revendications égalitaristes des masses) et l’auto-rattachement de l’auteur aux élites sont peut-être à l’origine de cette perception négative.

4Plus loin, l’auteur circonscrit les élites à propos desquelles il veut réfléchir. Ce sont les hauts fonctionnaires appartenant aux grands corps de l’Etat. Recrutés principalement à l’Ecole Polytechnique et à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), on les retrouve à l’Inspection des Finances, au Conseil d’Etat, à la Cour des Comptes ou encore dans le Corps des Mines ou des Ponts et Chaussées. Ces individus ont une tendance (naturelle pour l’élite) à confisquer le pouvoir et à être hégémoniques. Ils auraient la « mainmise » sur l’Administration, les entreprises publiques et les grandes entreprises privées.

5Ces élites connaissent aujourd’hui certains travers. D’une part, ces élites sont sélectionnées à partir de connaissances très théoriques et généralistes et par la seule entremise des Grandes Ecoles. L’usage des mathématiques comme outil de sélection se fait aux dépens d’une transmission de la démarche scientifique et d’autres sciences davantage en lien avec des développements techniques et industriels. D’autre part, si ces individus ont d’indéniables capacités et une importante culture générale, ils ne connaissent pas suffisamment le monde de l’entreprise et du travail et n’ont pas le goût d’entreprendre. Les élites ne se renouvelleraient plus, auraient perdu une émulation interne et glisseraient progressivement vers « la grisaille et la médiocrité ». Permettre l’accès des étrangers aux grands corps et laisser la possibilité à ces hauts fonctionnaires de travailler au-delà de l’âge légal de départ à la retraite (mais n’est-ce pas déjà le cas ?) seraient des solutions à ces travers.

6Le livre glisse ensuite dans une dénonciation de plusieurs acteurs ou institutions plutôt éloignés des élites précédentes. Tout d’abord, on trouve les « intellectuels » avec comme figures de proue Sartre et Bourdieu. Perdus dans l’abstraction et dépourvus de compétences professionnelles, ils ont un rôle social exagéré. On peut penser que l’auteur confond « compétences professionnelles » et « capacité (ou autorité) à parler sur le monde des entreprises » car ce ne serait pas faire honneur aux chercheurs que de leur dénier de la compétence. On trouve ensuite la Fonction Publique et surtout l’Education Nationale. La fermeture des filières d’excellence aux classes populaires, la faible valorisation de l’expérience professionnelle sont abordées ; on aurait aimé que l’auteur se positionne davantage en ce domaine. Les élites ne parleraient-elles qu’aux seules élites ? Les lecteurs se feront leur propre avis en consultant l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Hourlier, « Maurice Bernard, Les élites françaises. La marche vers le pouvoir (Tome 2) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6817

Haut de page

Rédacteur

Fabrice Hourlier

Professeur de sciences économiques et sociales au lycée français de Varsovie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page