Navigation – Plan du site

Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

Hervé Polesi
La sociologie du travail en France
Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2011, 272 p., ISBN : 9782707164308.
Haut de page

Texte intégral

1Lucie Tanguy, directrice de recherche honoraire au CNRS, nous propose un ouvrage simplement passionnant dont le titre, La sociologie du travail en France, méritait bien la précision d’apporter le sous-titre, Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990. Car il ne s’agit pas d’éclairer sociologiquement le travail en France contemporaine, mais bien de revenir sur la construction progressive de la discipline de l’après-guerre aux années quatre-vingt-dix.

2Relevons tout de suite que les 272 pages éditées par La Découverte peuvent avoir pour première vertu d’être une véritable consolation pour celles et ceux qui, régulièrement, doivent sacrifier au sein de leurs institutions de rattachement au rituel du rapport d’activité, de la mise en lisibilité des choix et orientations opérés par un groupe de recherche. En effet, Lucie Tanguy trouve dans un certain nombre de fonds d’archives un matériau brut qu’elle exploite avec fécondité : pour retracer le développement de cette sociologie du travail en France, la trace des financements, les dossiers personnels et les minutes de délibérations s’avèrent manifestement pertinents. Le lecteur ne peut que suivre avec intérêt les développements de la discipline que propose l’auteure à partir des archives exploitées. Si le texte ne se permet jamais de s’offrir un moment de fiction ou d’uchronie scientifique, le caractère clé de certains moments ressort nettement, avec en arrière-plan l’idée très claire que les développements étudiés n’avaient rien d’inéluctables ou d’assuré.

3C’est la formidable richesse de l’ouvrage qui donne à voir la constitution et le développement d’une discipline en permettant de prendre conscience du caractère parfois historiquement contingent de certaines orientations, sans que cela ne soit une attaque contre le caractère profondément scientifique des travaux que cite l’auteure. Lucie Tanguy permet en effet à notre sens de prendre la mesure d’une réalité peut-être trop souvent occultée, notamment dans l’enseignement classique universitaire de la sociologie : les hommes et les femmes qui bâtissent cette science s’inscrivent profondément dans leur époque et répondent à des attentes sinon collectives, du moins extérieures au champ de la discipline. C’est particulièrement vrai pour la période des années cinquante, qui font l’objet d’une première grande partie, consacrée à la place de l’Institut des sciences sociales du travail. Le contexte d’après-guerre et les enjeux politiques et économiques autour de la modernisation de l’appareil productif national ont joué un rôle manifeste, non seulement comme conditions d’émergences de la discipline, mais également dans une certaine orientation, liée notamment aux thématiques jugées prioritaires. Ce n’est pas seulement un sol fécond que décrit l’auteure, mais c’est aussi un sol qui, d’une certainement façon, imprime sa marque dans la discipline en train de se constituer.

4La seconde grande partie, consacrée aux années 60-70, est l’occasion d’éclairer deux familles d’enjeux. Il y a d’une part des enjeux que nous pouvons qualifier d’internes, autour d’orientations fondamentales qui agitent la sociologie (bien au-delà du seul champ de la sociologie du travail). La tension notamment entre l’inscription empirique des travaux et la volonté d’élaborer un propos généralisable vient utilement stimuler la recherche, et les débats dont rend compte l’auteure sont passionnés. Par ailleurs, nous avons les enjeux externes, qui concernent l’inscription de la discipline dans le contexte institutionnel de la recherche en France. La façon dont les individus se plient ou non aux exigences posées par cette inscription institutionnelle et la conséquence d’une éventuelle non-observance des prescriptions sont instructives à découvrir, principalement dans le chapitre VII, « Modèles scientifiques et carrières ».

5La troisième partie, « La sociologie en action », est consacrée aux années 80-90. S’ouvrant avec le bouleversement politique que la France connaît avec l’arrivée de la gauche au pouvoir, le propos souligne une fois encore à quel point l’interaction entre la discipline et le contexte de son époque est forte. Les connexions établies à marche forcée entre la recherche en sociologie et le milieu de l’industrie en constituent un exemple éclairant. De la même façon, l’injonction au travail interdisciplinaire n’est clairement pas une contrainte que se pose la discipline de façon autonome et volontaire.

6Le travail sur archives peut a priori faire craindre un texte emprunt d’une certaine lourdeur : ce n’est absolument pas le cas. À travers son travail d’exploitation d’un matériau inerte par définition, l’auteure parvient à véritablement redonner vie aux individus et aux institutions qui ont concouru au façonnement progressif de la sociologie du travail. Le texte est véritablement agréable à lire et emporte le lecteur. Par ailleurs, nous souhaitons relever que, si certains chapitres proviennent d’articles antérieurs comme le précise l’auteure, il y a eu un effort de réécriture qui conduit à une homogénéité d’ensemble. Ce n’est pas toujours le cas dans ce genre de situations et cela mérite d’être souligné.

7Au final, pourquoi lire La sociologie du travail en France, et plus encore, pourquoi inviter d’autres à prendre connaissance de l’ouvrage ? Comme cela a déjà été dit, l’auteure parvient sans conteste à montrer comment la discipline se constitue dans son époque, dans son contexte, mais sans que cela ne remette en cause la qualité des travaux et des individus. Apparaît l’image d’une sociologie profondément ancrée dans la société, qui en traduit les craintes et les enjeux, mais toujours rigoureuse dans ses approches et passionnée dans ses débats internes. Ce propos pourra heurter ceux qui défendent une sorte de solipsisme scientifique, où la sociologie et les autres disciplines scientifiques ne vaudraient que par elles et en elles. Il nous semble plus fécond de reconnaître et d’assumer le tribut dû à la société et à son histoire dans le développement propre d’une discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Polesi, « Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6818

Haut de page

Rédacteur

Hervé Polesi

Chargé d'études en santé publique à l'ORS Alsace et doctorant au sein du laboratoire Cultures et sociétés en Europe (CNRS/Université de Strasbourg)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page