Navigation – Plan du site

Frantz Fanon, Œuvres de Frantz Fanon. Peau noire, masques blancs/L'An V de la révolution algérienne/Les damnés de la terre/Pour la révolution africaine

Cécile Campergue
Oeuvres de Frantz Fanon
Frantz Fanon, Oeuvres de Frantz Fanon. Peau noire, masques blancs / L'An V de la révolution algérienne / Les damnés de la terre / Pour la révolution africaine, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers Libres », 2011, 800 p., ISBN : 9782707169709.
Haut de page

Texte intégral

1On devrait lire et relire les écrits de Frantz Fanon. Ils ne peuvent laisser indifférents. La réunion de quatre textes aux éditions de La Découverte est une belle entreprise. L'ouvrage est préfacé par Achille Mbembe (professeur d'histoire et de science politique à l'Université de Witwatersrand à Johannesbourg) et introduit par Magali Bessone (maître de conférences en philosophie politique à Rennes 1). Tous deux témoignent de l'importance de son œuvre et de son actualité. Mais de quels textes s'agit-il ? Tout d'abord, Peau noire, masques blancs, un classique de l'ethnologue en herbe, ouvrage qui analyse le racisme blanc et la colonisation, le rapport inégalitaire Noir/Blanc et ses conséquences ; L'an V de la révolution Algérienne, rédigé à Tunis en 1959 ; Les damnés de la terre sur la décolonisation et la violence révolutionnaire, écrit alors qu'il était atteint d'une leucémie, livre interdit dès sa diffusion sous le chef d'inculpation d'atteinte à la sécurité intérieure de l'État et enfin, Pour la révolution africaine, recueil de certains de ses textes politiques dans lequel par exemple il souligne la situation ambiguë des intellectuels de la gauche française pendant la guerre d'Algérie.

2Frantz Fanon était médecin psychiatre et militant anticolonialiste. Parce que les colonies n'existent plus, il serait pour certains un auteur obsolète voir un dangereux théoricien de la violence révolutionnaire pour d'autres. Si certains écrits politiques sont dépassés, Frantz Fanon est un auteur incontournable pour comprendre l'entreprise coloniale et ses effets pervers. Ses écrits, sans concessions, témoigne de la violence de la colonisation, de sa déshumanisation et de son pouvoir aliénant. Cinquante ans après sa mort, ils sont loin d'être exotiques.

3Frantz Fanon est né à La Martinique en 1925 dans une famille de la petite bourgeoisie aisée et dans une fratrie nombreuse. Il s'engage tôt dans les forces gaullistes et rejoint les volontaires aux Caraïbes. Il acquiert vite une culture de résistance et expérimente le racisme ordinaire. Il se rend ensuite en France, à Lyon, pour faire des études de médecine. Il s'intéresse à la psychiatrie et passe en 1953 le médicat en hôpitaux psychiatriques. Il écrit « le syndrome nord-africain » dans la revue Esprit en 1952 où il questionne le racisme et le mépris du corps médical pour la douleur du patient nord-africain, exilé, souffrant d’être un mort au quotidien. Fanon écrit que le patient nord-africain souffre de son rejet de l’autre et utilise ses connaissances psychiatriques pour lutter en faveur de la désaliénation. Il est ensuite nommé à Blida en Algérie où il se confronte à la psychiatrie clinique des asiles mais aussi à la théorie des psychiatres de l'école d'Alger sur le primitivisme des indigènes et découvre la réalité coloniale qu'il va s'attacher à comprendre et combattre. Il tente de changer les choses en humanisant les relations avec ses patients et s'engage dans la lutte des Algériens pour leur indépendance. En 1956, il démissionne de son poste de médecin psychiatre car il lui est impossible de réaliser à bien sa mission de médecin dans ce contexte où la médecine occidentale fait partie intégrante du système oppressif qu'est la colonisation d'un peuple. Il passe trois mois en France puis, aidé par le FLN France, rejoint Tunis où se met en place l'organisation extérieure du mouvement de libération national. À Tunis, il devient membre de l'équipe du FLN, rejoint la résistance puis est nommé ambassadeur en Afrique Noire en 1959, l'année des indépendances africaines. Il rédige cette année-là, sur commande de François Maspero, et publié en novembre 1959, L'An V de la révolution Algérienne sur la décolonisation. Devenu Algérien, il soutient la violence légitime qui est la seule résistance possible pour combattre l'aberration du projet colonial. La résistance est la lutte pour la libération du peuple algérien, la lutte pour la liberté et la dignité humaine. En 1960, il découvre qu'il est atteint d'une leucémie mais souhaite faire passer un dernier message et écrit Les damnés de la terre, véritable cri d'alarme sur l'état et le devenir des pays colonisés, devenu une bible pour les mouvements tiers-mondistes.

4L'œuvre de Fanon témoigne de l'intérieur de l'entreprise coloniale, l'expérience de l'humiliation, de la déshumanisation et de l'aliénation d'un peuple, cela avec une acuité remarquable. Il a ainsi pu de l'intérieur, comprendre les effets pervers de l'entreprise coloniale et témoigner que l'Algérie coloniale était un pays éminemment raciste. Même s'il rappelle que toute société colonialiste est raciste, que tout raciste dans une société colonialiste est parfaitement adapté à son milieu et que le racisme n'est pas inévitable, il témoigne de la lutte de colons d'Algérie pour l'indépendance algérienne ajoutant que le « colonialisme français refuse d'admettre qu'un Européen bien constitué puisse véritablement se battre aux côtés du peuple algérien ».

5Décrivant les rapports dominants/dominés, colons/colonisés à partir de son histoire, il se battait pour la liberté, l'émancipation, la dignité humaine et souhaitait qu'un jour enfin, la couleur de peau ne soit plus un problème, appelant la fin de la domination de l'homme par l'homme. Utopie ? À la lumière de l'actualité, certainement. Mort à l'âge de 36 ans, son combat, qui s'inscrit dans une période bien délimitée, dépasse largement les frontières de l'histoire. Pour cela, sa lecture est indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Frantz Fanon, Œuvres de Frantz Fanon. Peau noire, masques blancs/L'An V de la révolution algérienne/Les damnés de la terre/Pour la révolution africaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6819

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page