Navigation – Plan du site

Gérard Regnault, Les mondes sociaux des petites et très petites entreprises

Camille Dupuy
Les mondes sociaux des petites et très petites entreprises
Gérard Regnault, Les mondes sociaux des petites et très petites entreprises, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, 192 p., ISBN : 9782296550193.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Définition des entreprises par la Commission Européenne, 2003.
  • 2  Idem.
  • 3  Publication DG Entreprises, 2003.
  • 4  DARES, juin 2009.

1Alors que les très petites entreprises (TPE : 0-9 salariés et chiffre d’affaires annuel inférieur à 2 millions d’euros1) et les petites entreprises (PE : 10-49 salariés et chiffre d’affaires annuel inférieur à 10 millions d’euros2) représentent 98,76 % des entreprises françaises (2,4 millions d’entreprises)3 et emploient 42 à 43 % des salariés du secteur concurrentiel (hors agricole)4, Gérard Regnault s’étonne du faible nombre de recherches et de publications qui leur sont consacrées. Il entend combler ce manque par son ouvrage Les mondes sociaux des petites et très petites entreprises.

2Tout d’abord, il exploite des enquêtes nationales produites par différentes sources (qui posent le problème de ne pas être toujours bien citées) à partir desquelles il fait un remarquable travail de reconstruction de données sur les TPE et PE. L’ouvrage présente de nombreux tableaux statistiques commentés qui offrent de riches éléments sur ces entreprises.

  • 5  Il reprend la définition de M. Thévenet, 2003.

3Au-delà de ce travail statistique, l’auteur a pour ambition de décrire « des types de cultures différentes, des relations entre acteurs divers » propres à ces entreprises, qu’il appelle « mondes sociaux ». Il s’intéresse à la « culture » de ces entreprises qui, selon lui, réside « dans les façons de réagir aux situations courantes de la vie de l’entreprise »5.

4Dans une perspective de sociologie des relations professionnelles, l’auteur va donc analyser les interactions et discussions, à partir de négociations paritaires interprofessionnelles et de monographies d’entreprises. Ses analyses s’appuient sur un travail d’observation d’une centaine de TPE et PE dans tous les secteurs, entre 1980 et 2010, en tant que consultant spécialisé. Cette position privilégiée lui a permis de constituer un vaste matériau sociologique, mais on regrette qu’à aucun moment, ne nous soit présenté ce corpus ni ne soit entamée une réflexion sur la qualité des données exploitées. L’auteur tire des conclusions de son expérience, sans toujours livrer au lecteur les éléments empiriques à même de les corroborer. Ses analyses portent sur quatre grands domaines, sur lesquels nous pouvons rapidement livrer ses conclusions :

5Le dialogue social dans les TPE et les PE : la loi du 20 août 2008 « portant rénovation de la démocratie sociale » prévoyait la création d’un cadre législatif permettant un dialogue social dans les TPE. L’auteur rappelle en effet qu’un délégué du personnel ne peut être élu que dans les entreprises de plus de 11 salariés (sauf accord contraire), et que peu de ces entreprises en disposent. Une discussion paritaire entre les syndicats représentatifs (hors FO) et l’UPA, préconisait la création de commissions territoriales paritaires, solution non retenue par le législateur, laissant en chantier la question du dialogue social dans les TPE et PE. Plusieurs causes sont avancées pour expliquer le faible nombre de représentants des salariés dans ces entreprises. Hormis l’hostilité des employeurs ou le manque de temps et de formation des salariés, l’auteur développe l’idée que les salariés sont pris dans des relations d’enfant à parent avec leur employeur, qui les empêche de se constituer face à lui. Cette application de l’analyse transactionnelle, mal étayée, est assez peu convaincante et n’apporte rien de plus que l’argument classique du paternalisme des petites entreprises.

6La gestion des personnes : les TPE-PE ont des moins bons résultats que les grandes entreprises dans la gestion des ressources humaines : plus de contrats de travail atypiques (26,1 % contre 15, 6 % en moyenne d’employés à temps partiel par exemple), moins d’investissement dans la formation continue, des rémunérations inférieures etc. L’auteur, à partir d’entretiens avec des employeurs et des délégués du personnel, pointe un certain nombre de causes, dont le degré explicatif est variable selon les entreprises : manque de temps, insuffisance des compétences des dirigeants, pas de conscience de l’importance de l’investissement dans le capital humain, peu de méthodes et de processus formels…

7Éthique, RSE et développement durable : après être longuement revenu sur les définitions de ces trois concepts, le constat est dressé du faible nombre d’entreprises engagées dans ces dimensions hors financières. Cependant, la proximité hiérarchique, fonctionnelle et informationnelle permet à ces entreprises de répondre à ces valeurs sans passer par des processus formalisés.

8La relation employeurs/salariés : malgré la faible représentation des salariés dans les entreprises et la quasi-absence de dialogue social, il semble que les salariés des TPE et PE aient des points de vue plus positifs sur l’entreprise que la moyenne (par exemple, 41 % des salariés se disent attachés à leur entreprise contre 27 % en moyenne). La proximité résultant du faible nombre de salariés permet de l’expliquer.

9Pour finir, l’auteur rappelle que loin de vouloir dresser des généralités sur les TPE-PE, il souhaite mettre en avant le poids considérable du dirigeant dans la constitution de la culture d’entreprise. On aurait souhaité voir apparaître des registres ou une typologie de ces différents « mondes sociaux ».

Haut de page

Notes

1  Définition des entreprises par la Commission Européenne, 2003.

2  Idem.

3  Publication DG Entreprises, 2003.

4  DARES, juin 2009.

5  Il reprend la définition de M. Thévenet, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dupuy, « Gérard Regnault, Les mondes sociaux des petites et très petites entreprises », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6829

Haut de page

Rédacteur

Camille Dupuy

Doctorante en sociologie à l'IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l'économie) - ENS Cachan

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page