Navigation – Plan du site

Jean-Charles Hue, La BM du Seigneur

Patrick Cotelette
La BM du Seigneur
Jean-Charles Hue, La BM du Seigneur, Éditions Capricci, coll. « Avalon Films », 2011.
Haut de page

Texte intégral

1De la même manière qu’il existe un nombre restreint d’ouvrages consacrés au monde des voyageurs, portés par des spécialistes de la question (voir notamment Roms et Tsiganes de Jean-Pierre Liégeois ou Des Tsiganes en Europe sous la direction de Patrick Stewart et Michael Williams), peu de cinéastes ont consacré leur œuvre à dépeindre ce monde particulier (Tony Gatlif reste à ce titre l’exemple français le plus connu, en compagnie d’Emir Kusturica). Jean-Charles Hue a relevé ce défi depuis 2001 en y consacrant divers courts métrages et par la production d’un film de fiction, La BM du Seigneur, sorti début 2011.

2La BM du Seigneur raconte le quotidien de Fred Dorkel (interprété par Fred Dorkel) fait de petits vols et de gestion des conflits du quotidien et sa soudaine conversion religieuse suite à sa rencontre avec un « ange ». Tout l’enjeu narratif du film est alors centré sur la lutte entre le désir d’être un saint et le poids de la condition sociale (marquée par de maigres revenus) et de la pression sociale (par les groupes de pairs qui reconnaissent les qualités de « débrouillardise » de Fred et comprennent à moitié sa récente conversion).

3Jean-Charles Hue tente ainsi d’allier à la fois réalisme et mysticisme, comme en atteste sa note d’intention au film (citée dans le dossier de presse) : « Il m’est apparu une nuit l’évidence que si Dieu voulait nous visiter, nous les pauvres bohémiens, cela ne pouvait se faire qu’à bord d’une de ces grosses cylindrées que les voleurs de métier utilisent pour leur solidité et leur fiabilité. Car ils remettent leur vie et leurs peurs sur l’autel de ce navire qui arpente la nuit et brave les  tempêtes d’une odyssée urbaine, non pas seulement à la recherche de trésor à dérober mais à la recherche du mythe, celui qui nous constitue tous, sans distinction de race. Aussi, la grosse carcasse de Fred le gitan s’élance dans la nuit à bord d’une superbe BMW blanche à la recherche de Dieu, à la recherche de lui-même... à notre recherche en somme ».

4Suite à sa sortie, de nombreux journaux et magazines ont porté aux nues le film : Le Monde parle d’un « concentré de violence poétique », Libération d’un « docu-fiction en transe », Les Inrockuptibles d’un « conte merveilleux », Studio d’un « film passionnant », Les Cahiers du cinéma d’un « film rare », Télérama indique que « ça déborde de vie ». Afin d’apporter une plus-value, nous prendrons plutôt un point de vue minoritaire dans cette chronique : selon nous, ce film souffre de différents défauts presque rédhibitoires. Nous pouvons en relever principalement deux.

5Premièrement, narrativement. Le film reprend un canon classique du cinéma et plus généralement de la littérature : la lutte entre un idéal (religieux ou autres) et les conditions sociales. A ce titre, le film n’a pas une grande originalité (on ne réinvente pas les grandes mythologies du jour au lendemain). Ce qui aurait fait alors la différence, c’est la mise en scène. La mise en scène aurait pu et dû prendre le relais pour rendre sensible au spectateur la tension interne du personnage. C’est d’ailleurs la volonté affichée par le réalisateur (dans « Le monde voyageur », cité dans le dossier de presse) : « Frédéric a toujours imaginé le film comme sa confession publique, comme une manière de s’adresser à un maximum de personnes pour dire : ‘‘Voila ce que j’ai vécu’’ ».

6Mais, de lui-même, Jean-Charles Hue indique aussi à quel point ce matériau brut a été peu travaillé pour transmettre une émotion : « Le principal, c’est leur vie. En tant que réalisateur, je n’ai pas choisi de mettre telle ou telle chose dans le cadre : ce qui s’y trouve était déjà là ». Autrement dit, même si l’histoire racontée est authentique, même si les sentiments vécus par l’acteur/personnage sont réels, peu est fait pour les transformer en matériau cinématographique. Le film aurait alors aussi peu de profondeur qu’un « film de famille » dont l’intérêt réside dans une projection privée et non dans une projection publique.

7Deuxièmement, thématiquement. Malgré cette faiblesse, reconnue d’ailleurs par certains journaux et magazines (Libération parle d’un « cinéaste limité dans son champ d’action », Les Cahiers du Cinéma évoquent « le caractère troué, lâche, du film, ses moments de flottement »), on aurait pu trouver un intérêt dans le matériau lui-même, c'est-à-dire dans la vie des gens du voyage dépeinte ici. Même le magazine le plus critique, Positif, parle d’un « formidable arrière-plan documentaire ».

8Décrivons cet « arrière-plan ». En faisant un décompte simple, on observe : 10 scènes de ou parlant de religion, 10 scènes où les personnages « s’embrouillent » (insultes, haussements de voix, etc.), 6 scènes où les personnages volent ou « bidouillent », 6 scènes où les personnages tirent avec des fusils ou pistolets, 3 scènes où les personnages mangent un barbecue, 3 scènes où l’enjeu est centré sur une voiture, 3 scènes où l’on parle de l’honneur des familles, 3 scènes de vie familiale (une relation mère/enfant, une discussion collective sur McDonalds et une relation mari/épouse) et enfin 2 scènes où l’on voit des personnages se battre. Autrement dit, sur l’ensemble des scènes présentées dans le film, il n’y en a que peu qui sortent des stéréotypes sur les gens du voyage ou les classes populaires en général. Si le propre d’un documentaire était d’alimenter les stéréotypes, alors, oui, La BM du Seigneur offre un formidable matériau sociologique.

9Le contenu est d’autant plus décevant que le réalisateur partait d’une intention toute autre (dans « Le monde voyageur », cité dans le dossier de presse) : « Le monde des voyageurs est un univers qui a été très peu dépeint, a fortiori celui des Yéniches. […] Les sociologues s’intéressent au sujet mais très peu aux Yéniches. Seul un livre ou deux leur est consacré alors qu’en France, c’est le groupe le plus répandu. […] C’est de ce peuple dont je témoigne dans mon film ». Pourtant, rien n’est montré sur la spécificité des Yéniches dans ce film. Le lecteur curieux apprendra ainsi beaucoup plus sur la question en lisant le dossier de presse plutôt qu’en regardant un film vanté sans doute pour de mauvaises raisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Jean-Charles Hue, La BM du Seigneur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6832

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page