Navigation – Plan du site

Jean Nizet, Denise Van Dam, Michel Streith, L'agriculture bio en devenir. Le cas alsacien

Joachim Benet
L'agriculture bio en devenir
Jean Nizet, Denise Van Dam, Michel Streith (dir.), L'agriculture bio en devenir. Le cas alsacien, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Ecopolis », 2011, 141 p., ISBN : 9789052017167.
Haut de page

Texte intégral

1La progression de l'agriculture biologique en Alsace s'est accélérée ces dernières années comme le montre l'accroissement du nombre d'exploitations agricoles biologiques entre 2009 et 2010 (14,3 % entre 2009 et 2010). Les différentes contributions de cet ouvrage présentent les résultats de travaux empiriques menés dans cette région en mettant en avant « les conditions et les processus qui favorisent ou freinent le développement du bio en Alsace » à la fois du point de vue des aspirations individuelles et collectives des agriculteurs, des reconversions ou conversions des agriculteurs vers le bio, des organisations et événements variés promouvant l'agriculture biologique locale (foires, salons) et du point de la demande de la société en ce qui concerne la protection de l'environnement et la qualité de l'alimentation. Les contributions permettent de comprendre les motivations individuelles des agriculteurs qui décident de se convertir au bio (Guillaume Christen), tout comme les « dimensions collectives des processus de conversion » et de la production et circulation des savoirs au travers les études de différents collectifs (Michel Streith), selon les secteurs avec des dynamiques et des possibilités de conversion biologique différentes (Florence Hellec, André Blouet, Michel Streith). D'autres contributions proposent des réflexions sur le processus d'institutionnalisation du bio, du rôle des politiques publiques et des nouvelles technologies de communication (internet), des formations dans la production et l'échange des savoirs biologiques. Jean Nizet et Guillaume Christen dressent un bilan de l'évolution de l'agriculture biologique en Alsace en défendant l'idée que ce processus de développement diffère selon les secteurs de production, auxquels sont liées des techniques, des traditions historiques et des possibilités liées à la demande des consommateurs.

2Le premier article, intitulé « Un demi-siècle d'agriculture. De modèles en rupture » (Maurice Wintz) montre comment la demande sociale, qui est centrée sur la question écologique et paysagère, va stimuler les conversions à l'agriculture biologique : « L'objectif de la communauté urbaine de Strasbourg est aussi de contribuer à produire un paysage périurbain de meilleure qualité esthétique et sanitaire afin d'offrir un cadre de vie agréable aux habitants », qu'ils soient agriculteurs ou « néoruraux ». Les préoccupations des habitants dépassent la question agricole : la gestion de l'espace rural est désormais centrée sur les questions environnementales, les modes de vie, le tourisme et la relocalisation des productions.

3Après une contribution de Denise Van Dam, consacrée à la « culture émotionnelle des agriculteurs bios alsaciens » (chapitre III), une contribution de Michel Streith montre l'importance des collectifs actuels dans les processus de reconversion d'agriculteurs. Les structures collectives qui accompagnent les reconversions des agriculteurs structurent en grande partie leur vie professionnelle puisqu'ils mobilisent ces structures dans leurs discours comme dans leurs pratiques : les CETA, les AMAP, les coopératives, les institutions locales sont autant de dispositifs sur lesquels peuvent s'appuyer les agriculteurs pour entamer une reconversion. Guillaume Christen étudie la complexité des motivations des agriculteurs (chapitre V) dans toute leur complexité, en montrant que ces conversions vers le bio « apparaissent aussi comme un véritable processus de transition qui s'opère dans une construction identitaire ». La reconversion peut ainsi être considérée comme l'unique moyen pour rendre l'exploitation viable économiquement, en particulier lorsque les contraintes naturelles et la taille de l'exploitation offrent peu de possibilités de développement. Le bio offre aussi à ceux qui se reconvertissent une image plus valorisée : « La conversion au bio apparaît alors comme une réponse à un conflit identitaire, car elle permet de satisfaire ce désir social de se relier avec le restant de la société et de reconstruire positivement son rapport au monde ». Redonner sens à son métier, revaloriser un savoir-faire et des pratiques professionnelles, être assimilé à un gardien des écosystèmes sont autant d'arguments qui viennent soutenir ces démarches de reconversion, notamment lorsqu'elles permettent de concrétiser des convictions politiques.

4Les chapitres VI et VII présentent l'évolution de l'agriculture biologique dans différents secteurs d'activité : l'essor de l'élevage laitier (Florence Hellec, André Blouet), la viticulture (Michel Streith). Le chapitre VIII (Denise Van Dam) met en avant l'évolution du bio vers la conventionnalité, au travers l'étude de deux manifestations biologiques, une foire et un salon, où les formes de contestation à l'agriculture conventionnelle sont variables et dépendent des profils de chaque organisateur. Denise Van Dam montre que deux visions de l'agriculture biologique coexistent, avec d'un côté le bio radical, illustré par la foire, et de l'autre côté le bio consensuel, représenté par le salon. Dans le chapitre IX « Les formations, entre mouvement social et institutionnalisation », Jean Nizet et Bernard Wentz questionnent la prise en compte des questions biologiques dans les formations agricoles et les effets du Grenelle de l'Environnement dans ces formations. Le référentiel à l'agriculteur entrepreneur c'est-à-dire l'image de l'agriculteur dans son exploitation modernisée, partiellement libéré des contraintes naturelles, est un des freins au développement de l'agriculture biologique pour Jean Nizet et Guillaume Christen.

5La montée des questions écologiques dans le débat public ne peut qu'inciter les sociologues à réinterroger les rapports ville/campagne, la montée des mouvements écologiques dans certains centres urbains, la construction du label bio, le rôle des politiques publiques et de l'Europe dans ces transformations. On pourrait également rendre compte des effets des reconversions des exploitants à l'agriculture biologique en ce qui concerne les rapports entre agriculteurs selon les générations ou bien encore les rapports hommes/femmes dans ces exploitations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Benet, « Jean Nizet, Denise Van Dam, Michel Streith, L'agriculture bio en devenir. Le cas alsacien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6833

Haut de page

Rédacteur

Joachim Benet

Doctorant en sociologie à l'Université de Poitiers, allocataire de recherche au GRESCO (Groupe de Recherches et d'Etudes en Sociologie du Centre-Ouest UMR 3815)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page