Navigation – Plan du site

Didier Eribon, Retours sur retour à Reims

Clément Arambourou
Retours sur Retour à Reims
Didier Eribon, Retours sur Retour à Reims, Paris, Cartouche, 2011, 96 p., ISBN : 9782915842876.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit ouvrage est une réponse collective à tous ceux qui se sont personnellement adressés à l'auteur à propos de son précédent ouvrage, Retour à Reims. Il est composé de deux longs entretiens, l'un paru dans Le coup de grâce (n° 4, printemps 2010) et l'autre publié dans la revue allemande Lendemains (n° 141, janvier 2011). Didier Eribon revient ici sur certains points jugés problématiques : la question des classes populaires, celle du vote et des partis politiques, ou encore sur le rôle du sentiment de honte. Ces différentes questions sont sociologiques, mais aussi politiques. Elles concernent « la politique oppositionnelle et [l] es conditions d'une radicalité démocratique et émancipatrice. » (P. 9) Comme souvent, les réflexions politiques, philosophiques et sociologiques de Didier Eribon sont donc mêlées.

  • 1  Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2009, 247p. Cet ouvrage est paru en poche chez Champ (...)

2Retour à Reims1 n'est pas une autobiographie, précise Didier Eribon, mais une analyse et une théorie du monde social ancrées dans l’expérience personnelle. Alors que la honte sexuelle (liée à son homosexualité) a nourri une grande partie de ses travaux, l'auteur s'interroge sur sa difficulté à examiner sa propre expérience de la honte sociale (celle liée à ses origines ouvrières). Selon l'interviewé, ce rapport différencié à ces deux types de « honte » peut s'expliquer par la situation qu'il a pu traverser adulte, situation marquée d'une part par un reflux du marxisme (et donc des possibilités de se penser comme enfant d'ouvrier) et, d'autre part, par l'émergence du féminisme et des mouvements gay et lesbien (rendant possible de se penser comme gay). C'est en effet le contexte politique de la vie d'adulte qui détermine en grande partie la perception actuelle des expériences passées.

3Si, depuis les années 1960, la gauche se préoccupe de plus en plus des questions sexuelles, raciales, et, malheureusement, de moins en moins des questions de classe sociale, il ne faut cependant pas considérer que la question sociale serait la « vraie » question. Plutôt que la convergence des luttes, l'auteur de Retour à Reims préfère parler de « multiplicité des luttes » (p. 52). Cela permet d'éviter qu'une lutte prenne le pas sur les autres, comme c'est souvent le cas. Pour Didier Eribon, l’enjeu est d'arriver à penser la place centrale des mouvements sociaux dans la vie politique (ce qui ne veut pas dire qu'il faut ignorer les espaces plus institutionnalisés du champ politique) et, ainsi, de renouer avec une pensée politique en termes de conflit.

4Dans ces entretiens, Didier Eribon insiste sur la rupture entre lui - un intellectuel qui a connu une trajectoire sociale ascendante - et sa famille, qui est composée de membres des classes populaires. L'auteur revient ainsi sur la réception de Retour à Reims par sa mère et ses frères. Cet ouvrage a en effet créé une incompréhension supplémentaire entre l'auteur et sa famille. Ses frères ont pris les analyses du système scolaire qui y sont proposées comme une mise en accusation, alors que cette analyse (bourdieusienne) avait pour but de montrer la quasi-inexorabilité des « lois » du système scolaire. Ce malentendu donne alors matière à réfléchir sur l'ambiguïté des prises de position vis-à-vis des milieux populaires : si le sociologue souhaite les réhabiliter, leur redonner une parole, il ne peut le faire qu'en parlant de l'extérieur. En effet, il est nécessaire de traiter des ouvriers sans tomber dans la mythologie ouvriériste, et donc de faire état de « réalités peu glorieuses », même si les intéressés peuvent le ressentir comme du racisme de classe. Ces entretiens sont l'occasion de nous prémunir à nouveau contre l'« ethnocentrisme de classe » des intellectuels qui, comme Jacques Rancière, « pérorent » sur le savoir du peuple au risque d'ignorer les « inégalités réelles ». Pour Didier Eribon, cette position n'a « que l’apparence de la radicalité politique », et n'est en fait qu'« un radicalisme de campus (pour étudiants privilégiés) » (pp. 31-32).

  • 2  Judith Butler, Trouble dans le genre, Paris, La découverte, 2005, 283p.

5Retours sur Retour à Reims est aussi une opportunité pour revenir sur les influences intellectuelles qui ont marqué Didier Eribon. « On peut dire que ce que j’ai écrit est hanté par quelques figures qui sont celles de Foucault, déclare-t-il, de Bourdieu, et donc mon écriture est un dialogue avec eux, même s’il s’agit parfois – souvent même – d’un dialogue critique. » (P. 56) Le sociologue évoque aussi Jacques Derrida ou Gilles Deleuze, et commente les productions du courant queer. Il souligne l’importance des travaux d’Eve Kosofsky Sedgwick, de Georges Chauncey, de Judith Butler et de Léo Bersani. Didier Eribon pense que la question de son positionnement – ou non – au sein des queer, gay et lesbian studies n’est pas cruciale. En effet, comme Judith Butler, le Rémois insiste sur les problèmes liés à l’institutionnalisation de la théorie queer. Il pense qu'il s’est constitué un ensemble de dogmes et d’articles de foi queer. De nombreux travaux queer ne sont plus des incitations à penser, mais de véritables interdictions empêchant toutes discussions ou innovations. Un autre danger est constitué par « l’idéalisme simpliste », la naïveté « petite bourgeoise » de « la vulgate queer ». Il faut alors affirmer que la seule prise de conscience de l’existence de normes ne suffit pas à leur échapper. « Les rôles sociaux nous précèdent » et, ce qui importe, c’est l’incorporation. Comme le reconnaît Judith Butler2, la notion d’habitus offre ici un outil précieux pour penser ces assujettissements de manière collective, et non pas individualiste. La honte, affect central dans la réflexion de Didier Eribon, est pensée en étroite relation avec « l’incorporation du social », l'inscription des « hiérarchies » au plus profond de « nos têtes ». On peut donc aussi la penser en termes d'« habitus ». La mobilisation de ce concept permet encore de développer une analyse des subjectivités et des subjectivations échappant aux approches de la psychologie, de la psychanalyse et à leurs tendances à l'individualisation, à la dépolitisation et à la normalisation des pratiques. Cette réflexion aux multiples origines intellectuelles nous invite aussi à penser comment, si la honte peut « réduire au silence », elle peut aussi devenir une « énergie transformatrice » (Eve Kosofsky Sedgwick)

  • 3  Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1989 (...)
  • 4  Bernard Lahire, L'Homme pluriel, Paris, Nathan, 1998, 271p.

6Si les rapprochements théoriques qu'opère l'auteur constituent une perspective originale et crédible, on pourrait certainement les compléter. Didier Eribon n'hésite pas à critiquer ses inspirateurs, comme quand, dans Retour à Reims, il note que certaines critiques de Pierre Bourdieu à l'encontre de Louis Althusser n'étaient pas entièrement fondées. Dans ces deux entretiens, certaines dérives de la sociologie bourdieusienne réapparaissent cependant. Ainsi, Didier Eribon déclare que le lieu social d’où l’on vient peut ne rien contenir culturellement. Un appui sur les travaux de Jean-Claude Passeron et Claude Grignon3 pourrait certainement alimenter la réflexion du Rémois sur la difficulté d'énoncer des discours sociologiques sur les classes populaires et éviter ces remarques « légitimistes ». On suivra volontiers Didier Eribon quand il propose de prendre en compte les mécanismes d'incorporation, et ainsi, de toujours penser les identités en faisant référence aux dispositions des agents. Sa volonté de complexifier son approche par la prise en compte de la pluralité des récits sur soi et des identités individuelles est aussi bienvenue. Cette ambition théorique prolonge les travaux de Maurice Halbwachs mettant en lien les « mémoires » des individus et leur pluri-appartenance sociale. Ici, les critiques lahiriennes4 de la théorie de l'habitus pourraient peut-être alimenter ces réflexions, même si Didier Eribon souhaite les formuler en termes d'« habitus clivés ».

7Une chose est certaine, ces deux entretiens donneront certainement envie de (re) lire cet ouvrage très particulier qu'est Retour à Reims.

Haut de page

Notes

1  Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2009, 247p. Cet ouvrage est paru en poche chez Champs-Flammarion en 2010.

2  Judith Butler, Trouble dans le genre, Paris, La découverte, 2005, 283p.

3  Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1989, 260p.

4  Bernard Lahire, L'Homme pluriel, Paris, Nathan, 1998, 271p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Arambourou, « Didier Eribon, Retours sur retour à Reims », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6834

Haut de page

Rédacteur

Clément Arambourou

Doctorant moniteur contractuel à Sciences Po Bordeaux et au Centre Emile Durkheim

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page