Navigation – Plan du site

Laurence Guignard, Pascal Raggi, Etienne Thévenin, Corps et Machines à l'âge industriel

Anne Stelmes
Corps et Machines à l'âge industriel
Laurence Guignard, Pascal Raggi, Etienne Thévenin (dir.), Corps et Machines à l'âge industriel, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2011, 320 p., ISBN : 9782753513952.
Haut de page

Texte intégral

1De l’emploi du propulseur à la préhistoire, aux machines hydrauliques développées dès le XIIe siècle ou à la machine à vapeur du XIXe siècle, l’homme n’a cessé de déployer son génie afin de substituer à sa force des systèmes techniques, de plus en plus aboutis et performants. De la sorte, il s’est progressivement positionné par rapport à la nature, tâchant de toujours plus s’émanciper de ses contraintes. À partir du XIXe, l’évolution des technologies s’est alors emballée. Le génie humain a fini par mettre au point des machines obligeant son propre corps à s’adapter, à intégrer un nouveau milieu, mais aussi à concevoir le temps et l’espace d’une nouvelle manière. Rien d’étonnant à ce que naît toute une littérature de science-fiction s’interrogeant sur l’homme démiurge, dépassant ses limites ou étant, en fin de compte, rendu esclave des machines. Par contre, la question concrète de la relation de son propre corps à la machine n’a que peu fait l’objet de recherches historiques spécifiques.

2C’est ce que propose l’ensemble des vingt-trois études rassemblées dans l’ouvrage Corps et machines à l’âge industriel. Ne se bornant pas à voir la machine comme néfaste pour le corps qui y est soumis, ce recueil choisi d’envisager cette relation complexe selon la topologie suivante : machines de santé, machines de mort, machines de travail et machines de loisirs. À travers ces quatre catégories se dessine une réalité où « les machines investissent l’espace social en s’ajustant aux espaces corporels suivant des logiques propres, offrant fréquemment des remèdes nouveaux aux nuisances dont elles sont elles-mêmes la source » (p.17). Ces travaux permettent de dépasser certaines visions de la machine comme étendard du progrès ou, à l’inverse, comme nouvel aliénateur de l’homme.

3Objets d’espoirs et de craintes, de fantasmes et de désillusions, l’histoire des machines de santé interroge la relation au corps dans son intimité. Le recourt à la mécanique pour soulager, guérir ou suppléer au membre manquant entraîne un regard transformé sur les fonctions de corps malade. Malgré l’aspect résolument matériel de ces machines de santé, le contexte sociologique lui confère une vie, une psychologie marquée par le contexte socioculturel. Corps et machine s’unissent rendant leur rapport d’autant plus dense et complexe.

4Lorsque la machine devient outil de mort, elle questionne notre société industrielle. Notre corps sans vie n’a d’autre valeur que celle des matières inertes. Pourtant, par exemple, l’automatisation de l’évacuation de nos corps nous heurte et nous plonge dans l’effroi. La machine de mort, c’est aussi la peur de la machine dévastatrice, froide qui détruit tout mais qui peut aussi assister et offrir une mort indolore.

5Dans l’industrie, le corps est soumis à de nouvelles nuisances qui bousculent ses sens : bruits effroyables, cadences infernales, gestes répétitifs dans un environnement cloisonné à l’usine provoquent de nouveaux risques. En plus de l’adaptation forcée à la musique de la machine, l’ouvrier perd le savoir de ses mains, son savoir artisanal. La machine le dévalorise en réduisant le corps à l’outil. On observe de la part des ingénieurs un déni de ce mal-être, dans le but de ne pas gêner l’industrie. Cependant, à partir de 1860, les hygiénistes commenceront à reconnaître le corps de l’ouvrier autrement que comme le rouage d’une mécanique. Apparaissent alors d’autres considérations et une adaptation de la machine à l’homme.

6Avec l’industrialisation, les machines se regroupent en réseau dans des usines où l’ouvrier doit trouver sa place dans un environnement hostile. Il fait partie d’un rouage dans lequel il perd sa liberté de mouvement, son individualité. La mise en place des chaînes de production, plus rentables, engendre des pathologies nouvelles. L’introduction de l’informatique dans cet ensemble accentue les effets de la déshumanisation de l’usine.

7Pour étudier ce travail à la chaîne, peu de documents éclairent l’historien. L’image constitue alors une ressource intéressant. L’utilisation des technologies numériques pour la mettre en mouvement permet d’observer et de saisir le geste du travailleur… Patrimoine immatériel unique et révélateur de l’évolution du mode de travail.

8D’abord réservée à la bourgeoisie, la machine de loisirs soulage le corps, lui offre de nouvelles sensations et permet de nouvelles représentations de l’homme. C’est aussi les effets pervers des transports, plus rapides mais qui bannissent la marche et endorment les corps.

9Déjà Descartes comparait le corps à la machine. L’agencement des organes, muscles, vaisseaux fascinant constituait un exemple. Imitation de la nature, la machine était une extension du corps. Par le corps, la vie lui était donnée. Cependant progressivement, c’est la cadence de la mécanique qui s’est imposée, son rythme. Le corps de l’homme s’est alors transformé en rouage, être non pensant, robot, tandis que les machines de loisirs, de détentes et de santé prirent le relais, soulageant le corps heurté. L’homme a conféré à la machine son propre cerveau.

10Cet ouvrage centre l’histoire des techniques autour du corps de l’homme. Il le repositionne face à la machine et offre une belle réflexion sur les choix opérés et à opérer sur l’évolution des machines et où y situer la place de l’humain. Enfin, il apporte de nouvelles perspectives dans l’acquisition de sources. L’image offre la parole aux ouvriers, redonne vie à leurs gestes, nous transmet un patrimoine resté muet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Stelmes, « Laurence Guignard, Pascal Raggi, Etienne Thévenin, Corps et Machines à l'âge industriel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6860

Haut de page

Rédacteur

Anne Stelmes

Responsable scientifique des collections de la Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège, musée de sciences et techniques

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page