Navigation – Plan du site

« Caméra, terrain et sciences sociales », Revue de Synthèse, Tome 132, n°3, septembre 2011

Yann Calbérac
Caméras, terrain et sciences sociales
Angèle Christin, Paul Pasquali (dir.), « Caméras, terrain et sciences sociales », Revue de Synthèse, Tome 132, n°3, septembre 2011, Paris, Springer, ISBN : 9782817802541.
Haut de page

Texte intégral

1La dernière livraison de la Revue de synthèse intitulée « Caméras, terrain et sciences sociales » et coordonnée par Angèle Christin et Paul Pasquali entend contribuer aux discussions que suscite actuellement le recours au film et à la démarche filmique dans les pratiques de recherche en sciences sociales. Ce numéro – qui compte des articles, un témoignage commenté, un entretien et des notes de lectures – présente ainsi une grande diversité de voix qui apportent autant d’éclairages singuliers permettant d’interroger le regain d’intérêt contemporain pour le cinéma scientifique et documentaire. Si les usages de la caméra sont anciens dans les sciences sociales (il suffit de penser au projet des « Archives de la Planète » de Jean Brunhes, ou à l’essor du film ethnographique depuis les premiers films de Flaherty jusqu’à l’essor du cinéma direct), les progrès techniques, le passage au numérique et la baisse des coûts ont enfin rendu accessibles ces techniques au plus grand nombre de chercheurs. Qu’il s’agisse de constituer des corpus, de construire des protocoles d’observation ou d’investir des formes de restitution différentes de l’écriture textuelle, de plus en plus de chercheurs s’emparent de la caméra, ce qui ouvre un immense champ balisé par des interrogations qui vont des usages et de leurs finalités en passant par les impacts de cette pratique sur les objets étudiés.

2Les coordonnateurs de ce numéro ont ainsi mis en avant quelques unes (mais quelques unes seulement) des questions posées par la caméra. D’une part, il font des sciences sociales le synonyme de sociologie : la dimension pluridisciplinaire suggérée par le titre est vite déçue. D’autre part, ils mettent d’emblée l’accent sur le moment de l’enquête et les formes de distanciation qu’elle nécessite, à la fois par rapport aux a priori que l’enquête est supposée combattre et par rapport aux méthodes mises en œuvre. La réflexivité garantit alors la scientificité de la démarche et la qualité des données produites. Comme la caméra s’est récemment ajoutée à l’appareillage dont disposent désormais les sociologues, il importe donc d’instruire avec elle cette démarche réflexive afin de saisir les possibilités comme les biais qu’elle permet.

3Les contributions rassemblées s’organisent autour de deux axes : d’une part les conditions de production de l’enquête documentaire et d’autre part une interrogation sur les spécificités de la démarche sociologique par rapport aux autres formes d’enquêtes.

4Les contributions prennent pour objet d’analyses les conditions de production des films. Florence Weber met en évidence les enjeux de la déontologie du chercheur, à partir de la question de l’anonymat des enquêtés : si le sociologue est habitué à anonymiser ses enquêtés, le documentariste ne peut gommer l’image de ceux qu’il filme. La question du droit à l’image s’invite donc dans le débat méthodologique et c’est à partir des suites judiciaires du film Etre et avoir de Nicolas Philibert que Florence Weber questionne la relation que l’enquêteur noue avec son enquêté. Aurélie Pinto quant à elle détaille les modes de financements des films documentaires par rapport aux films de fiction : elle pointe une différence fondamentale entre les films de flux destinés à la télévision et pour lesquels la liberté de l’auteur est sévèrement encadrée par les chaînes qui les commandent et les films destinés aux salles de cinéma ; ces derniers sont plus rares, mais garantissent une grande liberté à leurs auteurs.

5Mais l’essentiel des contributions du numéro permet d’interroger le dispositif des méthodes de la sociologie : il s’agit alors d’opposer les méthodes d’observation avec la caméra ou sans la caméra. Le témoignage de Leonardo Antoniadis est révélateur des différences d’approche engendrées par les différents supports : sur ses terrains de recherches (les populations tsiganes et des lignées de gens du voyage), la posture du chercheur change selon qu’il se présente avec une caméra ou un appareil photo. Certains acceptent ainsi d’être photographiés et non filmés ; à l’inverse, avec l’essor de la télévision, la photo est parfois perçue comme une atteinte au droit à l’intimité alors que la caméra (beaucoup plus intrusive !) est perçue comme l’espoir de passer dans le petit écran et d’obtenir un quart d’heure de gloire warholien.

6La caméra permet aussi de mettre à distance et d’éprouver ses méthodes d’enquête : dans un entretien mené par les coordonnateurs du numéro, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot reviennent sur la genèse de leur ouvrage Les ghettos du gotha. Ils n’ont certes pas utilisé la caméra à leur compte, mais ils ont été suivis par une équipe de tournage menée par Jean-Christophe Rosé qui a réalisé un documentaire qui retrace leur enquête. Les sociologues sont donc confrontés à leur tour à la caméra, c’est-à-dire autant à l’image d’eux qu’elle leur renvoie qu’à sa place qu’ils doivent négocier avec leurs enquêtés.

7L’article qui pousse le plus loin l’interrogation réflexive sur la place de la caméra dans la situation d’enquête est celui de Paul Pasquali qui repose sur une expérience personnelle : alors qu’il travaille (sans caméra) sur une classe préparatoire pour des bacheliers d’origine modeste, il est confronté à une équipe de documentaristes qui réalise un film pour la télévision sur le même thème. Loin de tirer profit de cette présence, il doit au contraire s’en démarquer – tant envers lui-même qu’envers ses enquêtés – afin de garantir son indépendance. Il met ainsi en évidence les différences de posture et de méthode entre le journalisme et la sociologie. De l’inconfort de cette situation d’enquête naît une réflexion méthodologique pertinente sur la spécificité de la sociologie et de son approche compréhensive et menée dans la durée de ses objets.

8L’intérêt en même temps que la limite de ce numéro résident dans ce paradoxe : si la caméra et le film sont omniprésents, les productions cinématographiques des sociologues ne sont jamais interrogées. La caméra est juste mobilisée pour définir, par un effet de miroir, la spécificité de la démarche sociologique. Plus que la caméra, c’est la situation d’enquête qui est interrogée, au détriment des thématiques émergentes que suscite le film et qui traversent l’ensemble du champ des sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Calbérac, « « Caméra, terrain et sciences sociales », Revue de Synthèse, Tome 132, n°3, septembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6865

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page