Navigation – Plan du site

Anne-Marie Bertrand (dir.), Horizon 2019 : bibliothèques en prospective

Julie Curien
Horizon 2019 : bibliothèques en prospective
Anne-Marie Bertrand (dir.), Horizon 2019 : bibliothèques en prospective, Lyon, ENSSIB, coll. « Généalogies », 2011, 111 p., ISBN : 9782910227876.
Haut de page

Texte intégral

1Actes du colloque éponyme, qui s'est déroulé en 2009 à l'École Nationale Supérieure de Sciences de l'Information et des Bibliothèques (ENSSIB), Horizon 2019 : bibliothèques en prospective imagine l'avenir proche des bibliothèques dans le monde occidental. Cet exercice prospectif, évitant les écueils d'une science-fiction fantasmatique, s'inscrit dans un ancrage généalogique. Interrogations, hypothèses, scénarios par des contributeurs issus de la sociologie, de l'enseignement, de l'édition et des bibliothèques, qui cherchent à déchiffrer le futur mais aussi à le construire, car « la bibliothèque », rappelle Anne-Marie Bertrand, coordinatrice du volume, « est un projet – politique, social, scientifique, culturel ».

2Les principaux facteurs d'évolution politique, sociale, scientifique et culturelle à venir peuvent être distribués en trois directions principales : la prédominance marchande, le changement de configuration sociétale et culturelle induit par le numérique, ainsi que la gouvernance et le réarrangement de ses échelles, à commencer par la redéfinition des rôles respectifs des collectivités locales, de l'État, de l'Europe.

3A l'aune de ces éclairages, quelles configurations du livre prévaudront en 2019 ? Un média nouveau s'ajoute aux anciens plutôt que de s'y substituer : entre papier et numérique se dessineront des complémentarités, des modes de cohabitations ou encore des mélanges, souligne Valérie Tesnière pour qui « on ne réinvente pas des pratiques qui préexistaient, on les mixe comme un DJ ». Selon François Gèze, le paysage éditorial dans dix ans ne serait pas façonné par les technologies numériques de la même manière selon les différents types de livres. L'édition de la connaissance (encyclopédies, formation, recherche), à l'exception des essais, n'existerait plus que sous forme de bibliothèque numérique en ligne, agrégateur ergonomique, dont l'ancêtre pourrait être l'actuel www.cairn.info. L'édition scolaire prendrait également la route du passage vers le numérique, pour peu que l'État ait pris la mesure de l'importance de l'éducation des jeunes aux ressources et usages du numérique. L'édition pratique de même, peut-être, même si, aujourd'hui, l'édition de livres de cuisine et de sites Internet culinaires comme Marmiton cohabitent, dans la mesure où chaque forme de publication présente des potentialités différentes et trouve son lectorat. Les offres mixtes concernent encore plus la bande dessinée et l'édition jeunesse d'une part, la littérature générale (essais et littérature) d'autre part, partie immergée de l'iceberg éditorial pour le grand public, dont elle ne représente pourtant que 27% en 2008.

4Quelles lignes de partage entre pratiques de lectures pourraient voir le jour dans un environnement majoritairement numérique ? Le besoin de livre papier, ou « livre clos » se ferait ressentir, en tant que facteur de stabilité, symbole de l'ancrage dans le temps de la connaissance et de la culture – propre à « l'ordre des discours », défini par Roger Chartier -, s'opposant ainsi aux livres « liquides » en perpétuelle transformation. Le livre traditionnel continuerait d'être soumis à une économie marchande, de façon à rémunérer ceux qui les produisent et les diffusent. Au contraire, les livres virtuels participeraient d'une économie de la gratuité, grâce aux licences creative commons notamment. Ils constituent d'ores et déjà un réinvestissement de l'écrit par le numérique. Textes métamorphiques, sur-livres, enrichis de données multimédias, ils donneraient lieu à une lecture qualifiée de liquide, fondée sur l'infinité d'un présent renouvelé. A moins que livre papier et livre virtuel ne se fondent en un « livre absolu », objet livre reprenant les éléments constitutifs du livre traditionnel, et dont les pages, en papier électronique,  pourraient être actualisées à volonté pour faire apparaître mille et un livres différents ? Au-delà de l'objet livre, Pascal Ory associe, quant à lui l'âge virtuel  à une nécessité accrue de contact physique dans nos sociétés, à commencer par un besoin matériel de sociabilité.

5La révolution numérique en général, et l'avènement du livre dématérialisé en particulier, touche dès à présent l'ensemble de la chaîne du livre, dont les acteurs gagneraient à se rapprocher les uns les autres pour envisager ensemble les changements auxquels ils sont confrontés. Les métiers du livres sont en effet appelés à évoluer fortement pour se maintenir : quand les fondamentaux restent, les techniques se renouvellent. Les éditeurs, au pied du mur, se verraient peu à peu tenus d'acquérir un nouveau savoir faire en la production de méta-données, proche de la démarche bibliographique des bibliothécaires. En outre, l'importance du choix des contenus et architectures dans la politique éditoriale s'accroîtrait face à une offre décuplée - tous les livres, suite à la rétro-conversion, étant désormais disponibles à l'impression à la demande. L'imprimerie, profession en voie de disparition, serait contrainte de se recentrer sur les activités d'impression à la demande ou à compte d'auteur. Les libraires, déjà à la recherche de nouveaux modèles économiques comme la concentration ou la diversification et la vente d'autres produits pour maintenir le commerce de proximité, seraient amenés à proposer des produits imprimés à l'unité mais aussi des produits numériques sur téléchargement ou abonnement. Face à l'offre de plus en plus pléthorique, notamment dans les marchés de niches, ils devraient sélectionner et conseiller toujours davantage les clients. Garantissant l'échange social et culturel, ils constitueraient ainsi des poches humaines de résistance contre le type de géant que pourrait incarner un puissant et robotique Googlezon, fusion de Google et d'Amazon. Les bibliothécaires voient dès à présent s'estomper un de leur savoir-faire traditionnel, le catalogage, bientôt assuré par un acteur national unique. A la place, se développe la politique documentaire, qui permet de soutenir la diversité en amont, et plus largement de développer une offre qui ne dépendrait pas de la seule demande et serait à même d' « offrir de l'inattendu » (Bertrand Legendre). Les services iraient s'élargissant, comme autant de valeurs ajoutées aux bibliothèques, à commencer par la médiation et la formation initiale et continue des publics, avec une attention particulière portée au numérique, dont l'implantation croissante dans les foyers et équipements tend à faire oublier les fractures d'usages. La mission de conservation resterait enfin cruciale. Et les lecteurs ? Si la lecture traditionnelle tend à baisser, grâce au numérique « on écrit et on lit beaucoup plus que le monde du livre ne le suppose mais pas exactement selon les canons culturels dominants », note Valérie Tesnière. Il s'agirait d'une lecture enrichie, transformant potentiellement les lecteurs en créateurs intellectuels de liens et donc en bibliothécaires.

6Pour les bibliothèques, est-ce « la fin d'une utopie ? » demande Dominique Arot ; « la fin des médiations ? » interroge Bertrand Legendre ; la dilution des bibliothèques « dans l'océan d'un système documentaire libéral-libertaire », questionne Pascal Ory ? Le scepticisme pourrait trouver ses fondements dans un certain essoufflement de ces établissements culturels, dont le développement tend à stagner voire régresser légèrement, tant en termes d'investissement politique que de fréquentation des publics, après une période de modernisation passée dans les années 1970-80. Mais l'hypothèse de scénarios catastrophe n'est ici agitée, telle un épouvantail, que pour inciter les acteurs culturels à l'instauration de nouveaux modèles. Quel est l'avenir des missions culturelles des bibliothèques ? Les bibliothèques pourront se lancer dans une série d'expérimentations à partir de variables motrices telles que le rapport entre la culture et la transmission des savoirs, le régime de la production des œuvres et de leurs contenus, ou encore l'articulation entre culture à domicile et culture de sortie. Selon les types de bibliothèques, les défis sont eux-mêmes variables : les bibliothèques départementales pourront mettre à l'ordre du jour le numérique et l'écologie (vu leurs déplacements) ; les bibliothèques municipales s'atteler à l'amélioration constante de la médiation; faisant la part belle aux publics ; les bibliothèques universitaires se consacrer à la collecte, la conservation et la diffusion en ligne des productions universitaires. Spécialisation et coopération : la réforme des collectivités territoriales et la mise en œuvre de la loi relative aux libertés et responsabilités des université (LRU), associée au développement des Pôles de Recherche et d'Enseignement Supérieur (PRES), constitue, en outre, un terrain propice au rapprochement des bibliothèques territoriales et universitaires.

7« Documents » au pluriel, le mot est lancé par Valérie Tesnière dans sa contribution « Une offre publique de documents  ? ». Elle rappelle la position minoritaire du livre, comme média, et la position minoritaire des bibliothèques, dans la diffusion culturelle, d'autant plus forte que nombre d'entre elles continuent de développer des collections centrées davantage sur le livre, que sur tout autre média. Si le livre occupe une position symboliquement forte dans les systèmes de représentation des sociétés contemporaines, il est en effet minoritaire dans l'économie de diffusion des contenus (presse, radio, télévision, médias audiovisuels, médias numériques...). On peut ainsi regretter, au regard de l'ambition annoncée par le titre du colloque, et malgré son ancrage dans l'histoire des bibliothèques, que la réflexion déployée porte essentiellement sur le livre (dans son rapport au numérique) et n'envisage guère en profondeur les autres pratiques culturelles déjà pourtant présentes en bibliothèque et tout autant porteuses de questions sur l'avenir : la musique, le cinéma, la presse, les jeux vidéos, et même les pratiques numériques en soi, etc. Un dialogue avec des acteurs directement issus de professions liées au numérique pourrait également enrichir judicieusement les perspectives du débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Curien, « Anne-Marie Bertrand (dir.), Horizon 2019 : bibliothèques en prospective », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 26 novembre 2011, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6874

Haut de page

Rédacteur

Julie Curien

Responsable de bibliothèque, titulaire d'un DEA de lettres modernes et d'un IUT Métiers du livre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page