Navigation – Plan du site

Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste

Lilian Mathieu
De bons voisins
Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2011, 313 p., ISBN : 9782912107633.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Sylvie Tissot s’inscrit dans la continuité des travaux, désormais nombreux en sociologie urbaine, consacrés aux processus de gentrification, c’est-à-dire de reconquête des anciens quartiers populaires des grandes villes par des classes moyennes économiquement et, souvent, culturellement dotées. Il enrichit ce domaine de recherche par les spécificités du quartier qu’il prend pour objet, le South End de Boston, dans l’État du Massachusetts, dont la gentrification a débuté dans les années 1970, alors qu’il était un des quartiers les plus défavorisés et dégradés de la ville.

  • 1 Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Les ghettos du Gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espa (...)

2Une première spécificité tient à la composition des gentrifieurs étudiés, qui appartiennent certes aux fractions favorisées de la population blanche des États-Unis mais sans pour autant relever de la bourgeoisie la plus ancienne et la plus riche. La nuance est importante : loin de cultiver l’entre-soi dans un « ghetto du gotha »1, les Américains privilégiés qui ont choisi de résider dans le South End l’ont fait précisément au nom de sa diversité, que celle-ci soit sociale, raciale ou encore sexuelle. C’est parce que le quartier contient encore une part importante de populations à revenus modestes, de Noirs, d’Hispaniques et d’Asiatiques, et parce qu’il est de longue date connu comme le principal quartier de sociabilité homosexuelle de Boston, mais aussi parce qu’il compte encore bon nombre de brownstones, ces immeubles en brique du XIXe siècle désormais intégrés au patrimoine architectural et historique, que cette bourgeoisie d’avocats, de managers et de promoteurs immobiliers l’a investi.

3L’ouvrage s’ouvre ainsi sur le récit de la conquête progressive du South End. Considéré jusque dans les années 1970 comme un skid row (« quartier mal famé »), peuplé en grande partie d’hommes seuls, de prostituées, de migrants, de malades et d’alcooliques, comptant une forte proportion de Noirs, proposant surtout des logements en hôtel meublé dans des immeubles anciens et souvent insalubres, mais aussi proche du centre de Boston, le quartier a été progressivement investi par des propriétaires blancs. Ceux-ci ont pu non seulement acheter pour une bouchée de pain des logements qui, après rénovation, coûtent aujourd’hui des fortunes, mais ils ont se sont assuré le contrôle des associations de quartier. L’enjeu était décisif, puisque c’est en favorisant la concertation avec le secteur associatif que la mairie a impulsé et soutenu la réhabilitation de cette zone urbaine. Sylvie Tissot souligne également comment ce processus s’est appuyé sur le travail de valorisation de l’architecture « victorienne » du quartier entrepris par la Société historique du South End. Ici, et à la différence d’autres processus de gentrification, c’est via la sollicitation des schèmes culturels les plus légitimes, et non par la valorisation d’une forme de bohème artiste, qu’a été réalisée la patrimonialisation du quartier.

4Le recrutement social particulier des gentrifieurs explique certains traits originaux, et quelque peu inattendus, de la gentrification du South End : les résidents favorisés ne cherchent pas à exclure les plus pauvres ou les déviants du territoire qu’ils ont progressivement conquis. À l’inverse, ils peuvent se dire favorables au maintien d’un pourcentage conséquent de logements sociaux et même se battre à l’occasion pour l’extension d’un centre d’hébergement pour anciens toxicomanes. Majoritairement électeurs démocrates et pour une part significative d’entre eux homosexuels, ces bourgeois se disent progressistes, à mille lieux du racisme, de l’antisémitisme et de l’homophobie des anciennes classes dominantes américaines. Mais la diversité qu’ils exaltent comme la principale motivation de leur arrivée dans le South End ne désigne pas tant un certain type de peuplement qu’une attitude morale, faite d’affichage de tolérance et de respect des frontières sociales. La diversité promue par les résidents est, dit l’auteure, « conçue comme un bien commun qui serait favorable à tous sans impliquer une redistribution des places et des rapports de pouvoir » (p. 140), et « permet d’affirmer un certain progressisme tout en diluant la question raciale dans une multitude de catégories qui forment la diversité » (p. 141). Pour le dire autrement, les riches propriétaires blancs du South End valorisent la diversité dans la mesure où ils disposent du monopole de sa définition et peuvent en contrôler les formes et l’étendue. Et s’ils consentent à partager leur quartier avec plus pauvres qu’eux, c’est à la condition que ceux-ci acceptent d’adopter des normes de comportement qu’ils leur prescrivent.

5L’ouvrage donne de multiples et riches illustrations de cette moralisation particulière de l’espace du quartier, qui ne procède pas par éviction des populations modestes mais plutôt par « mise à distance et (…) contrôle de leur présence, matérielle et symbolique » (p. 266). Ainsi les bars populaires ont-ils été fermés par souci d’empêcher les manifestations publiques d’ivrognerie pour être remplacés par des caves à vin et des restaurants pour gourmets fortunés. Les lieux de sociabilités homosexuels se sont maintenus voire développés, mais ne sont tolérés qu’à la condition qu’ils n’apparaissent pas exclusifs et que la présence gaie et lesbienne se fasse discrète — l’auteure fait à ce titre la remarque que l’« on n’est jamais autant gay friendly qu’avec des homosexuels riches, éventuellement mariés, peut-être parents » (p. 16). La partie consacrée à la création d’un parc à chiens, où les maîtres aisés peuvent exhiber ces marqueurs de distinction que sont leurs compagnons canins de pure race, est l’une des plus éclairantes sur la manière dont les propriétaires blancs parviennent à s’approprier l’espace public (ici celui d’un parc) et à contrôler son accès par les populations déviantes.

  • 2 La valorisation de la diversité par les couches supérieures progressistes blanches est rapportée pa (...)

6L’ouvrage offre ainsi beaucoup plus qu’une monographie d’un processus particulier de conquête d’un quartier populaire par des membres des couches favorisées. Il se signale également comme une analyse des plus subtiles de l’univers moral de la bourgeoisie progressiste et permet ce faisant de mieux comprendre certaines transformations des modes d’exercice de la domination sociale2. Celle-ci n’opère pas, dans le cas présent, par la mise à distance des couches dominées, mais au contraire par l’instauration d’une proximité et d’une tolérance autorisant des formes de gouvernement plus euphémisées. Pour autant, celles-ci ne sont pas totalement indolores, comme l’indiquent les formes de protestation ou de résistance, plus ou moins ouvertes ou larvées, qui émanent des habitants plus modestes du quartier, et dont on regrette que l’auteure n’en dise pas plus, ayant manifestement donné la priorité dans son enquête aux gentrifieurs plutôt qu’aux « gentrifiés ». On soulignera, pour atténuer cette réserve, que De bons voisins se lit également comme une passionnante investigation ethnographique, dont le premier chapitre offre un récit détaillé, et on saluera l’effort de réflexivité dont Sylvie Tissot a dû faire preuve pour pouvoir maîtriser les différents aspects de sa plongée dans l’univers spatial tout autant que moral de la bourgeoisie progressiste.

Haut de page

Notes

1 Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Les ghettos du Gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Le Seuil, 2007.

2 La valorisation de la diversité par les couches supérieures progressistes blanches est rapportée par Sylvie Tissot à la radicalisation qu’a connu le mouvement noir à la fin des années 1960 (notamment sous la forme du Black Power), lorsque celui-ci est passé de la dénonciation de la seule discrimination légale à une contestation des racines structurelles de la pauvreté et de la ségrégation. Le succès du schème dépolitisant de la diversité accompagne ainsi dans une certaine mesure le white backlash (contre-offensive des Blancs conservateurs) dans le même temps qu’il a été favorisé par l’effondrement, à compter des années 1970, des mouvements de résidents les plus radicaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6880

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page