Navigation – Plan du site
La Banque supérieure

La Banque supérieure

La Banque de France de 1800 à 1914
Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l'économiste », 2010, 349 p., ISBN : 9782812401213.
Notice publiée le 28 novembre 2011

Présentation de l'éditeur

L’existence de la Banque de France résulte d’un compromis entre les grands banquiers de Paris et le gouvernement. En tant qu’institution, elle réalise ce que les deux parties ne peuvent faire séparément: offrir en continu un titre de paiement stable accepté par la communauté financière et le Trésor. C’est le fondement de son autonomie. Le privilège d’émission lui offre une délégation de pouvoir: la Banque fonctionne comme producteur et administrateur monétaire. Sa politique s’inscrit dans la norme de l’interventionnisme limité, alors que son emprise est avérée. Elle impose des règles et des références. Sa conception du billet, instrument de crédit et non certificat d’or, améliore sa marge de manœuvre, ce qui explique ses innovations à effet durable. Les crises financières ne sont pas traitées comme actuellement. La Banque applique un rationnement du crédit, tout en offrant rapidement des prêts exceptionnels de sauvetage: l’État n’intervient pas.

Haut de page