Navigation – Plan du site

Philippe Steiner, La sociologie économique

Philippe Gillig
La sociologie économique
Philippe Steiner, La sociologie économique, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2011, 125 p., 1ère ed. 1999, ISBN : 9782707170156.
Haut de page

Texte intégral

1Voici la 4e édition d’un ouvrage classique d’introduction à la sociologie économique. On y retrouve évidemment les grandes lignes de présentation de ce courant sociologique qui ont fait le succès des éditions antérieures : l’histoire succincte de ce courant depuis ses fondateurs (Durkheim, Weber, Pareto) ; l’exposition claire et efficace des traditionnelles analyses du marché du travail (celles de Granovetter notamment) ; l’accent mis sur les trois dimensions de son programme de recherche : « construction des marchés » (chapitre 3) – « fonctionnement des marchés » (chapitre 4) – « connaissances/croyances et marchés » (chapitre 5). L’anatomie des marchés financiers y est toujours présentée de façon aussi passionnante.

2Depuis la dernière édition (qui date de 2007), des références ont été actualisées et des analyses nouvelles ont fait leur apparition. Pour les lecteurs familiers des éditions antérieures, l’apport le plus intéressant de l’ouvrage résidera donc dans la présentation de travaux très récents, aux chapitres 3 et 4. En particulier, ceux de V. Zelizer (Economic Lifes : How culture shapes the  Economy, 2011) et de S. Quinn (“The transformation of morals in markets : death, benefits and the exchange of life insurance policies”, 2008) sur le marché de l’assurance décès, et notamment d’un marché secondaire de la revente de ces assurances. Ces auteurs rappellent combien l’acceptation sociale de tels marchés procède d’un continuel travail de la société sur ses propres normes morales.

3Par ailleurs, les analyses récentes des « acteurs de la loi de l’offre et de la demande » pour expliquer la formation sociale des prix dans le cas d’une enseigne de grande distribution de S. Barrey (2006) ou de E. A. Boyd (2007) dans le cas du yield management des compagnies aériennes, sont tout à fait intéressantes et invitent à consulter les originaux.

4Le lecteur est ainsi conforté dans l’idée suggérée par l’auteur d’un progrès, patiemment acquis et stimulant, de la sociologie économique dans sa compréhension de la dimension sociale des phénomènes marchands, c’est-à-dire essentiellement la question de la genèse des prix, et d’autre part celle des réseaux sociaux qui sous-tendent concrètement les marchés, ces derniers devant être vus comme des mécanismes sociaux d’« appariement entre les personnes et les choses ». Comme le dit l’auteur, « les ressorts sociaux de la « loi de l’offre et de la demande » commencent donc à être percés à jour » (p. 97). Mais l’auteur sait rester modeste et note que « les acquis de la sociologie économique contemporaine sont encore parcellaires » (p. 110).

5On regrette toutefois un nombre important de fautes, surtout pour un ouvrage réédité. Akerlof est parfois écrit avec un « v » final ; l’ouvrage de Commons de 1934 est daté de 1954. D’une manière générale, l’ouvrage n’est pas d’une écriture toujours fluide. En outre, le tableau 2 ainsi que le schéma 1 du chapitre 2 restent relativement obscurs. Le lecteur se rend compte qu’il faut en réalité lire les chapitres suivants pour pouvoir les comprendre. Plus globalement, le chapitre 2 semble bancal : il s’apparente à un chapitre de transition dont beaucoup d’éléments ne sont que suggérés dans un déficit explicatif, et annoncent des développements ultérieurs ; cela confère au lecteur le double sentiment d’inintelligibilité et de redondance.

6D’autre part, l’auteur aurait dû préciser que la tripartition wébérienne relative à la conception de la sociologie économique (analytique, historique, cognitive), qu’il reprend à son compte, correspond au découpage des chapitres 3, 4 et 5. Au demeurant, les chapitres 3 et 4 ne sont pas exempts de redondance, en particulier sur l’idée (développée dans les deux cas à partir des travaux de Granovetter) que les prix ne suffisent pas à expliquer l’appariement des travailleurs et des postes sur le marché du travail. Pour un lecteur ignorant de l’analyse structurale (ce qui n’est pas improbable vu le public visé par la collection « Repères »), les concepts de « trou structural », de « triade interdite », d’« équivalence structurale » ou la typologie des marchés de H. White, restent flous. De même, c’est avec perplexité qu’on lit (p. 87) que les courtiers dans les grands marchés ont en moyenne 2,34 relations : que signifie ce chiffre ? quel est son mode de calcul ?

7Enfin, et plus fondamentalement, on peut reprocher à Ph. Steiner son rapport critique ambigu à la science économique. On le sait, la sociologie économique, dès son origine, a « partie liée avec l’insatisfaction ressentie vis-à-vis de la théorie économique lorsqu’elle s’isole des autres sciences sociales » (p. 4). Ce point de vue est évidemment défendable, la lecture de l’ouvrage le montre de part en part. Nonobstant, sa propension à critiquer de façon indifférenciée les économistes est problématique. En effet, sa critique de la « théorie économique standard » a tendance à virer en critique de la théorie économique pure et simple. Pourtant, l’auteur sait à certains moments identifier ce qui, dans le corpus économique, pose problème et nécessite sans doute utilement d’être éclairé par les apports du sociologue : il s’agit bien de l’économie « mainstream », et plus particulièrement du néo-institutionnalisme (Coase, Williamson), qui prétend expliquer les choix individuels ou les prix uniquement en termes d’efficacité, c’est-à-dire de calcul individuel égoïste effectué dans un plus ou moins net vacuum social.

8Or d’une part, l’analyse néoclassique ne postule pas nécessairement des individus égoïstes ; certes, elle les suppose dotés d’une puissance calculatoire et informationnelle et elle les place dans un vide social. Mais assimiler ces caractéristiques avec la recherche de l’intérêt égoïste est abusif. D’autre part, toute l’analyse économique ne se résume pas à celles-ci, microéconomiques. En effet, il existe toute une tradition (au moins depuis Quesnay et en passant bien sûr par Keynes) qui n’a pas pour objet la coordination des décisions individuelles ou la détermination des prix en tant que tel, et qu’on peut qualifier à bon droit de « macroéconomique », dans la mesure où son point de départ n’est pas l’individu soumis à un problème d’optimisation sous contrainte mais des données agrégées (production globale, investissement global, revenu national…) dont il s’agit d’étudier les relations selon une logique comptable.

9Enfin, il faut prendre les raisonnements économiques, quels qu’ils soient, pour ce qu’ils sont, à savoir des constructions analytiques qui tentent d’établir des relations logiques entre des phénomènes sous certaines hypothèses. Ils n’ont donc pas, quoiqu'en disent parfois d’ailleurs leurs auteurs, la prétention de décrire le réel. Leurs enchaînements logiques ne sont empiriquement vérifiés que pour autant que les hypothèses du modèle le sont. C’est en l’occurrence tout l’intérêt de la sociologie économique que de procéder à cette vérification, et donc in fine de permettre de statuer sur le degré d’applicabilité d’une théorie économique. Rappeler cette différence fondamentale et complémentaire entre la sociologie et l’économie permettrait d’éviter la charge constante contre l’« économie économique » (sic !) que l’auteur tente en dernière page de minorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gillig, « Philippe Steiner, La sociologie économique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 décembre 2011, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6915

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page