Navigation – Plan du site

Religion et politique

Brigitte Mortier
Religion et politique
« Religion et politique », Terrain, n° 51, 2008, Maison des Sciences de l'Homme, EAN : 9782735111909.
Haut de page

Texte intégral

1Une thématique, Religion et Politique, qui provoque l'attention du lecteur dans un contexte marqué par la visibilité des appartenances religieuses dans l'espace public et les tensions internationales provoquées par les actes terroristes des fanatismes religieux. Ainsi, idéologies politiques et croyances sont intimement liées. Sept articles nous invitent, dans ce dossier, à analyser et appréhender les structures et phénomènes qui impliquent religion et politique.

2Sous la direction d'Elisabeth Claverie, anthropologue, directrice de recherche au CNRS qui a notamment travaillé sur les manifestations de la Vierge en Bosnie-Herzégovine, ce numéro de la prestigieuse revue Terrain nous fait traverser des espaces inexplorés permettant de décrypter les liens indéfectibles entre les revendications religieuses et les positions nationalistes des pays en guerre. La frontière entre les deux est infime parfois. L'ensemble des textes nous montre les intrications entre ces deux sphères a priori distinctes ; l'accent est porté sur l'ambiguïté à déterminer ce qui relève de l'un ou l'autre espace, l'un censé relever du domaine privé, l'autre du public. On verra que le phénomène est complexe.

3A Béchouate -Liban, pays multiconfessionnel- la Vierge est apparue à un enfant musulman sunnite, le 21 août 2004. Des miracles s'en suivent et les communautés confessionnelles maronites et chiites constatent des guérisons d'enfants malades. Ce village est aujourd'hui un lieu prisé de pèlerinage. Emma Aubin-Boltanski a travaillé sur la récupération de ces évènements par les politiques, les intellectuels et les religieux qui ont interprété ces faits comme un appel au dialogue interreligieux dans un climat de tensions incontestable, en appelant à la paix sociale.

4Cette question est également abordée dans un texte de Marie Balas qui croise les disciplines : politique et anthropologie des religions. Un article intéressant sur les enjeux de la diversité culturelle et cultuelle dans les sociétés libérales. La sociologue étudie les relations en jeu dans « La prière internationale pour la paix », grande manifestation à l'initiative de l'association internationale laïque chrétienne de Sant'Edigio qui pratique la médiation religieuse entre chrétiens et musulmans et où l'on voit, lors de « grands-messes » fortement médiatisées se nouer des enjeux diplomatiques qui dépassent les objectifs humanistes affichés. Ce type de rassemblement permet une activité de médiation politique internationale, ce n'est pas seulement autour des tables de conférences que se fabrique l'histoire de la paix, c'est également (et peut-être surtout ?) dans la coulisse que les actes se jouent entre les représentants des différentes communautés chrétiennes et musulmanes.

  • 1 chrétiens protestants anabaptistes.

5Ces actes de pacification ne sont d'ailleurs pas l'apanage des élites, Sandrine Lefranc, docteur en sciences politiques l'évoque dans un texte qui décrit le travail des workers mennonites1, d'intellectuels qui, lors de missions spécifiques, construisent conjointement des compétences et techniques particulières pour refonder les conditions du dialogue entre les peuples. Elle montre que les motivations de ces acteurs ne sont pas seulement d'ordre religieux, le politique, hors des appareils traditionnels est à l'œuvre. D'autres religions montrent leurs capacités à s'adapter à un environnement politique et social qui s'adapte au monde contemporain, c'est ce que démontre l'article« Get Religion » de Susan Harding. Bien que représentative des évangélistes conservateurs, fondamentalistes et quelque peu révisionnistes, l'Eglise de Falwell, au travers des biblezines qu'elle diffuse reformule et médiatise l'ensemble des thèses de politiques libérales. En quelque sorte Jésus aurait fait siennes les valeurs d'un capitalisme outrancier !

6Un autre exemple, plus conventionnel, d'intrication du religieux et du politique. Les Ukrainiens de Paris commémorent chaque année en novembre, sous l'égide du clergé gréco-catholique, la disparition massive de leurs compatriotes en 1933, population affamée par les soviétiques. Au-delà de cette émouvante cérémonie, l'objectif est l'obtention de la reconnaissance d'un acte génocidaire à l'égard de ce peuple. Les manifestations religieuses peuvent, en ce sens, être acte politique.

  • 2 Ses connaissances en droit en font une sorte d'interprète, en dernier ressort, de la religion mahom (...)

7La guerre de Bosnie (1992-1995) fut également l'objet d'instrumentalisation du religieux par le politique et réciproquement. Dans une analyse d'une partie des audiences du procès du mufti2 de Mostar, Elisabeth Claverie met en évidence ces rapports complexes. Pour répondre de l'acte d'accusation de crimes contre l'humanité de deux chefs croates à l'égard des bosniaques, le Tribunal Pénal International pour l'Ex-Yougoslavie interroge ce dignitaire religieux qui montre, par ses réponses, toute l'ambiguïté de sa fonction. Personnage religieux, il utilise sa position pour tenter de jouer des cartes politiques. La distinction de ces espaces dans certains contextes sensibles est équivoque.

  • 3 Organisation maffieuse palermitaine qui détient la quasi-totalité du territoire de la Sicile.

8Enfin, dernier texte de ce dossier, celui de Déborah Puccio-Den qui offre au lecteur une nouvelle voie de réflexion à propos de l'intrication entre l'action politique et l'imaginaire religieux. En effet, ses recherches l'ont conduite à travailler les effets sur la population italienne dans son ensemble, des conséquences de la lutte contre la maffia sicilienne. La mort tragique de juges combattifs, Giovanni Falcone, Paolo Borsellino ou d'un prêtre engagé tel le Père Puglisi, tous trois victimes de Cosa Nostra3, ont eu des conséquences étonnantes. A partir de phénomènes politiques graves, on assiste à la construction, pour ces personnages, de l'image de martyres, adorés comme des saints. La démarcation entre profane et sacré semble là, se diluer confusément.

9A signaler encore, dans la partie Repères de ce numéro, l'excellent article d'Elodie Wahl sur la difficile place que tiennent les bénévoles d'associations caritatives dans la distribution de nourriture aux plus démunis, entre charité chrétienne et pratique d'insertion sociale.

Haut de page

Notes

1 chrétiens protestants anabaptistes.

2 Ses connaissances en droit en font une sorte d'interprète, en dernier ressort, de la religion mahométane.

3 Organisation maffieuse palermitaine qui détient la quasi-totalité du territoire de la Sicile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Mortier, « Religion et politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 07 décembre 2008, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/692

Haut de page

Rédacteur

Brigitte Mortier

Doctorante Université de Perpignan Via Domitia, cadre pédagogique Institut Régional du Travail Social Languedoc-Roussillon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page