Navigation – Plan du site

Clara E. Lida, La Mano negra. Sociétés secrètes et anarchisme rural en Andalousie

Benjamin Ducol
La Mano negra
Clara E. Lida, La Mano negra. Sociétés secrètes et anarchisme rural en Andalousie, L'Échappée, coll. « Dans le feu de l'action », 2011, 128 p., ISBN : 9782915830484.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Anne Steiner et Loïc Debray, RAF : Guérilla urbaine en Europe occidentale, L’échappée, 2006 ; Anne (...)
  • 2   Clara E. Lida, «Agrarian Anarchism in Andalusia», International Review of Social History, vol.14, (...)

1Après la publication de plusieurs ouvrages consacrés aux anarchistes de la Belle Époque, à la RAF ou encore au célèbre mouvement radical américain du Weather Underground1, c’est donc à la Mano Negra et aux mouvements anarchistes clandestins andalous (1870-1888) que les éditions L’Échappée consacrent un nouveau titre dans leur collection « Dans le feu de l'action ». Ce court ouvrage (127 pages) rédigé par l’historienne argentine Clara E. Lida s’organise en deux parties. Tout d’abord, un premier chapitre intitulé « La Mano Negra : Anarchisme rural en Andalousie » reprend un article initialement publié en anglais dans l’International Review of Social History en 19692, mais jusqu’ici jamais traduit en langue française. Cette traduction est suivie en annexe d’une série de documents historiques directement liés à l’histoire de la Mano Negra. La seconde partie de l’ouvrage nommée « La Mano Negra revisitée : L’anarchisme espagnol dans la clandestinité (1874-1881) » est un texte inédit de Lida qui tente d’approfondir les thématiques abordées dans la première partie et de remettre en perspective le cas de la Mano Negra dans un contexte historique, géographique et politique plus large.

2Qu’est donc véritablement cette organisation secrète de la Mano Negra ? En raison de l’absence de chroniques historiques contemporaines des faits, la trajectoire de la Mano Negra et plus largement celle de l’anarchisme rural qui se développe dans le sud de la péninsule ibérique au cours de la période 1870-1890 furent pendant très longtemps mal documentées. La Mano Negra incarna-t-elle un mouvement révolutionnaire de masse ou plus simplement l’invention politique des  « oligarchies dirigeantes » locales ? Autant de spéculations grossières pour Clara E. Lida, pour qui la Mano Negra n’a cessé depuis son apparition d’être davantage envisagée d'un point de vue polémique que sous l’angle objectif d’une perspective historienne. S’opposent ainsi deux courants historiographiques avec d’un côté, les sensibilités des historiens libéraux et anarchistes « qui considèrent encore l'existence de la Mano Negra et des documents liés à ce thème comme une invention ou une falsification policière visant à accuser ou réprimer des victimes innocentes » et de l’autre, celles des historiens conservateurs « qui croient toujours que celle-ci fut une véritable organisation anarchiste à caractère criminel, capable de commettre les pires délits ». Avec cet article publié en 1969, Lida entend ouvrir une autre voie de compréhension historique de la Mano Negra en se basant sur une série de documents historiques dont elle a découvert l’existence. Ces derniers permettent de mieux contextualiser l’émergence de cette organisation secrète dans un environnement historique assez complexe, celui de l’anarchisme rural naissant des années 1870-1880 en Espagne.

3Au regard de la documentation disponible, c'est semble-t-il au tournant de l’année 1883 que le public espagnol entend parler pour la première fois d'une série de violences commises dans les provinces de Cadix et Séville par une mystérieuse organisation clandestine : la Mano Negra. L’auteure mentionne que le journal El Guadalate fait, par exemple, état en février 1883 d’une « association secrète de ravisseurs, d’assassins et d’incendiaires » à l’origine d’une série de délits de droit commun contre des propriétaires terriens du sud agraire de la péninsule ibérique. Pour les autorités politiques et les élites dirigeantes, les membres de la Mano Negra auraient pour objectif de renverser le gouvernement espagnol et d’éliminer l'aristocratie terrienne andalouse en recourant à des moyens extrémistes et violents.

  • 3  Sur cette thématique, consulter: Ángel Lopez Herrerín, Anarquía, dinamita y revolución social: Vio (...)

4À cette époque, quantité de preuves sont diffusées publiquement par les autorités afin de condamner toute personne soupçonnée d'une appartenance présumée à la Mano Negra.Une répression féroce se fait jour puisque les détentions dans les villes de Cadix et de Jerez de membres présumés de la Mano Negra passent de 300 personnes à plus de 2000 entre les mois de février et mars 1883. De manière plus large, c’est en réalité la Fédération régionale espagnole (FRE) qui est indirectement visée par cette répression puisque comme le note l’auteure : « si la Mano Negra avait pu compter avec le soutien d'autant de personnes qu'il y avait de prisonniers à ce moment-là, on n'aurait pas eu affaire à une société secrète, mais bien à un parti politique ». Inspirée par la fondation de l’Association internationale des travailleurs (AIT) à Londres et la diffusion des principes anarchistes dans toute l’Europe, la FRE est fondée à Barcelone en 1870 et incarne l’implantation durable d’un mouvement ouvrier anarchiste en Espagne. Pourtant la FRE n’exprime que trop fragilement les différences qui traversent la « condition ouvrière » dans la péninsule ibérique entre d’un côté les ouvriers des centres urbains et de l’autre, les journaliers des zones rurales d’Andalousie. L’Andalousie, territoire éminemment agricole, est en effet à cette époque largement dominée par le système de la grande propriété foncière. À cet égard, il constitue un terrain davantage favorable à un anarchisme de type révolutionnaire et insurrectionnel. Or la FRE incarne dans sa majorité davantage l’avant-garde d’un anarchisme syndicaliste de masse qui prend racine dans les milieux urbains de la Catalogne3. Dans ce contexte, on comprend mieux que le problème fondamental de la misère et du mécontentement spécifique des paysans andalous est largement occulté, tant par la lecture politique que font les historiens anarchistes de la Mano Negra que par celle effectuée par les historiens conservateurs.

5Grâce à la découverte de plusieurs documents de la Mano Negra, dont le fameux « Règlement et statuts de la Mano Negra : Société des pauvres contre ses voleurs et ses bourreaux », Lida entend démontrer que cette organisation secrète n’est pas l’irruption soudaine et spontanée d’une violence anarchiste au tournant de 1883, et ce comme beaucoup d’historiens le laissent naïvement entrevoir. Pour l’auteure, la Mano Negra s’inscrit en réalité dans une perspective plus longue d’antécédents historiques et d’une structuration de l’anarchisme rural en Andalousie qui prend ses racines dans la décennie 1870. Si ce document fût initialement utilisé en 1883 comme une des preuves décisives produites par les autorités afin d’établir un lien existant entre cette société secrète et la FRE, Clara E. Lida déclare que celui-ci était en réalité extrait d'un procès antérieur mené contre les associations politiques illicites, et se trouvait entre les mains des autorités espagnoles depuis au moins l’année 1879. À cet égard, ce document historique prouverait selon l’historienne argentine que durant la deuxième moitié des années 1870, l'existence d’une société secrète « La Mano Negra » et de son instance exécutive le tribunal populaire étaient d'ores et déjà connu des autorités espagnoles.

6L'hypothèse selon laquelle la Mano Negra aurait été fondée durant ces années-là coïncide pour Lida avec la chronologie dont il est fait état dans la déclaration initiale des statuts et qui renvoie en conséquence à la période 1874-1881. Cette période est aussi celle de l’interdiction de la FRE  en Espagne avec la persécution des militants et la fermeture consécutive de nombreux journaux favorables à la cause ouvrière. Alors que face à cette répression la masse des adhérents à la FRE fond, il apparaît clair qu’aucune activité politique ne pouvait véritablement se développer en Espagne si ce n'est sous la forme d'une organisation secrète. La Mano Negra — comme d’autres organisations secrètes — incarnerait un passage à la clandestinité de certains membres de la FRE, en particulier en Andalousie où de multiples soulèvements tout au long du XIXe siècle révèlent l'existence de groupes cherchant à canaliser le mécontentement des paysans vers d'autres formes d'expression politique. L’auteure conclut ainsi : « La Mano Negra a été l'instrument forgé par certains anarchistes du Sud pour poursuivre leurs activités politiques pendant l'interdiction de l'AIT ». Pour Clara E. Lida, c’est donc bien dans ces variables contextuelles qu’il faut interpréter l’émergence d’une organisation secrète comme la Mano Negra.

7En ouverture de la seconde partie, Clara E. Lida rappelle que depuis la publication de son article en 1969, peu de recherches historiques ont émergé sur la Mano Negra et qu’à de rares exceptions près la littérature académique demeure très largement « prisonnière des idées toutes faites du passé, parfois plus proches de l'opinion personnelle ou de l'idéologie de chaque acteur que d'une recherche historique ». À la différence de 1969, l’auteure constate néanmoins que les références à la Mano Negra et à la répression de 1883 sont devenues plus courantes dans l’historiographie espagnole et tout particulièrement dans ce qui a trait à l’histoire de l’anarchisme en terre ibérique. Pourtant, la production historiographique reste toujours prisonnière des perspectives traditionnelles, se plaçant seulement d’un point de vue des événements de 1883, sans jamais parvenir déconstruire ce récit historique au profit d’une approche plus distanciée du contexte social et politique.

  • 4  Xavier Guerra, « De l'Espagne au Mexique: le milieu anarchiste et la Révolution mexicaine (1910-19 (...)
  • 5  Et l’auteure de conclure que « La Mano Negra n'a pas été un phénomène de 1883. [...] Vouloir éluci (...)

8Reprenant l’argument déjà développé dans la première partie, Clara E. Lida énonce que « si de très petites sociétés secrètes comme la Mano Negra ont existé, cela n'a pu avoir lieu pendant la période de large expansion de la FRE, mais plutôt lorsque l'Internationale espagnole était en phase de repli et se réorganisait en petits groupes secrets, pour échapper à la proscription et à la répression qui ont suivi le coup d'État du général Manuel Pavía en janvier 1874 ». C’est donc dans cette période particulière, celle de la clandestinité anarchiste antérieure à 1883, qu’il convient de mettre en perspective ce que fût l’apparition des sociétés secrètes anarchistes comme la Mano Negra. S’attachant à cette tâche, Lida propose un vaste panorama de la question abordant tour à tour la problématique de l’organisation du mouvement anarchiste ibérique en petits groupes secrets, de l’émergence d’un discours sur la violence révolutionnaire et de la propagande par l’action en Andalousie ou encore l’influence internationale que connaissent — et dans une autre mesure feront connaître4 — les militants anarchistes espagnols5.

9Cet ouvrage est au final un apport précieux pour le lecteur français plus sensibilisé à l’histoire de l’anarchisme hexagonal qu’à celle du développement des organisations secrètes et de l’anarchisme révolutionnaire andalou de la fin du XIXe siècle ; un sujet somme toute peu abordé dans la littérature universitaire francophone. D’un point de vue plus académique, le principal bénéfice de ce petit opuscule de Clara E. Lida consiste à rappeler aux chercheurs en sciences sociales la fécondité à (re)contextualiser les phénomènes de terrorisme(s) ou de violence(s) politique(s) dans un temps long. Alors que les phénomènes de violence politique sont aujourd’hui trop souvent auscultés à la seule loupe du contemporain, le texte de Lida est sans aucun doute un vibrant plaidoyer pour une plus grande perspective socio-historique sur ces objets. Dans une perspective comparativiste d’étude des phénomènes protestataires (ou en anglais contentious politics), l’auteure met en effet en éclairage plusieurs pistes intéressantes de réflexion quant à la diffusion des pratiques et répertoires contestataires. Qu’il s’agisse des échos d’événements internationaux trouvant une résonance locale (l’épisode de la Commune de Paris) ou la question des médiums de diffusion (dont l'écrit est à l'époque le plus important), Clara E. Lida esquisse différentes thématiques qui résonnent comme un écho aux problématiques présentes sur la violence politique et le terrorisme. D’un point de vue plus strictement esthétique, on soulignera enfin le très beau travail d’édition réalisé par L’Échappé qui propose ici au lecteur une mise en page soignée rendant d’autant plus agréable la lecture de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Anne Steiner et Loïc Debray, RAF : Guérilla urbaine en Europe occidentale, L’échappée, 2006 ; Anne Steiner, Les En-dehors: Anarchistes individualistes et illégalistes à la « Belle époque », L’échappée, 2008 ; Dan Berger, Weather Underground: Histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain, L’échappée, 2010.

2   Clara E. Lida, «Agrarian Anarchism in Andalusia», International Review of Social History, vol.14, 1969, p.315-352.

3  Sur cette thématique, consulter: Ángel Lopez Herrerín, Anarquía, dinamita y revolución social: Violencia y represión en la España de entresiglos (1868-1909), Catarata, 2011 ; George Richard Esenwein, Anarchist ideology and the working-class movement in Spain, 1868-1898, University of California Press, 1989.  

4  Xavier Guerra, « De l'Espagne au Mexique: le milieu anarchiste et la Révolution mexicaine (1910-1915)» dans Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 9, 1973, p.653-687.

5  Et l’auteure de conclure que « La Mano Negra n'a pas été un phénomène de 1883. [...] Vouloir élucider son existence sur la base des nouvelles diffusées à cette époque-là appauvrit la compréhension du processus complexe par lequel est passé l'anarchisme espagnol depuis la fin de la Ier République jusqu'au début de la décennie suivante — cette longue période de clandestinité »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Clara E. Lida, La Mano negra. Sociétés secrètes et anarchisme rural en Andalousie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6974

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Auxiliaire de recherche, chaire de recherche du Canada sur les conflits identitaires et le terrorisme, Programme Paix et sécurité internationales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page